aFin de journée estivale autour du lac de l'Épée restituée (ou Petit Lac). Le soleil décline, les ombres s'allongent et la chaleur se fait moins pesante. De nombreux petits cercles d'hommes assis sur les talons, bras posés sur les genoux, apparaissent ici et là sous les vieux arbres. Les regards sont concentrés, les paroles plutôt rares. Les badauds vont et viennent, jettent un coup d'œil, discutent, commentent, repartent...
Piqué par la curiosité, un touriste s'approche à pas feutrés, le cou tendu comme un héron et découvre au milieu du petit attroupement la cause de tant de passion : un plateau quadrillé sur lequel sont placés des jetons. Il s'agit bien d'échecs, mais d'un genre particulier où les pions sont ornés d'idéogrammes chinois : char, cheval, roi, canon, éléphant, etc... En vietnamien, on les appelle côø töôùng, ce que l'on pourrait traduire en français par échecs chinois ou royaux.
Ce genre de scène se déroule surtout sur la berge occidentale du lac, en face de la statue géante du roi Lê Loi, dans la cour du Temple Ngoc Son ou dans la rue Hàng Khay.
Autour du Petit Lac, on compte certains jours une trentaine de petits groupes comportant chacun de 5 à 6 joueurs. Personne ne sait vraiment quand ce jeu a fait son apparition sur ces berges - et ailleurs dans la ville également puisqu'il est pratiqué un peu partout sur les trottoirs de la capitale. Néanmoins, selon des anciens, il y a 2 décennies, il n'y avait qu'un seul petit cénacle de joueurs dans la rue Lê Thai Tô.
Selon M. Phuong, joueur depuis 30 ans, les échecs chinois donnent naissance à des "hommes prudents" qui, lorsqu'il s'agit de prendre des décisions importantes, "savent analyser la situation, définir une stratégie pour ensuite prendre le bon chemin". Ce jeu passionne non seulement les anciens mais aussi les jeunes. "Les échecs chinois réunissent toutes les générations", explique Nguyên Dang Khoa, 30 ans, un grand passionné. Selon lui, ce jeu de réflexion permet de faire éclore en l'homme certaines qualités morales telles que réflexion, prudence, patience. Les échecs font aussi travailler les méninges et la mémoire. Il n'hésite pas à affirmer que "les joueurs d'échecs sont plus dynamiques et plus actifs que les autres".
(source : Hà Anh/CVN)