Pour Brigitte Seth et Roser Montllo Guberna, qui cultivent le décalage et l'absurde dans des espaces entre danse, théâtre et musique depuis leurs premières performances, en 1998, cette nouvelle création, imaginée sous la forme d'un concert théâtral dansé, est l'aboutissement d'une réflexion profonde sur les multiples formes que peuvent prendre le corps et les intonations de la parole. Dans Récitatifs toxiques, ce duo féminin de choc qui chorégraphie, danse et joue la comédie en parlant français et espagnol, puise dans les Crimes exemplaires de l'écrivain Max Aub des récits brefs et concis qui tous racontent une pulsion de meurtre à partir de situations des plus banales. La férocité et l'humour noir de ces confessions qui font rire et trembler à la fois inspirent les motifs d'une danse qui, grâce à son pouvoir d'abstraction poétique, prolonge étrangement ces histoires à l'origine déballées à la barre d'un tribunal. Cela commence par exemple par « Je l'ai tué parce qu'il était plus fort que moi », « Je l'ai tué parce que j'avais mal à la tête » ou encore par « Je l'ai tué parce que je ne pouvais pas me souvenir de son nom ».
Lire la suite
http://www.lefigaro.fr/culture/20070112.FIG000000160_toxique_et_roboratif.html