takingShapeBig

"La Guerra de todo el pueblo", de Duvier Del Dago, 2007. (photo D.R./Le Monde)

L'ouverture d'une nouvelle galerie mérite toujours d'être saluée. Celle-ci, installée dans les anciens locaux de Valérie Cueto - partie à New York chasser des collectionneurs plus argentés ou moins pusillanimes que ceux qui, selon elle, croisent sous nos climats -, affiche en outre une originalité, et une ambition. L'originalité, c'est d'être l'oeuvre d'une artiste. Rien d'associatif, toutefois : Odile Ouizeman semble avoir décidé de mener sa barque selon les règles du capitalisme moderne, qui prévalent dans le marché de l'art. Lire la suite de l'article de Harry Bellet http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-892751,0.html?xtor=RSS-3246

Galerie Odile Ouizeman, 10, rue des Coutures-Saint-Gervais, Paris-3e. Tél. : 01-42-71-91-89. Jusqu'au 31 mai.