2

Maisons sur pilotis, costumes des femmes, festivals des gongs et chants lyriques... Ces symboles de la culture des Muong sont de plus en plus rarement observés dans la vie quotidienne des villageois. Situation alarmante.

Dans les hameaux des Muong, province montagneuse de Hoà Binh (Nord), plusieurs villageois n'aiment plus habiter dans des maisons sur pilotis. Ils n'aiment pas non plus utiliser leur langue propre dans la vie quotidienne, déplore la directrice du Service provincial de la culture et de l'information, Hoàng Thi Chi
ên.

Les jeunes préfèrent s'intégrer au rythme de la vie moderne plutôt que de valoriser les caractères spécifiques légués par leurs ancêtres. C'est pour cette raison que les costumes typiques des Muong, avec des motifs de brocatelle, ont presque disparu de la vie quotidienne. Très rares sont les mariages qui respectent les règles traditionnelles, remarque Mme Chiên. Elle sonne l'alarme aussi sur les risques de dévaluation d'autres valeurs culturelles : poème historique, jeux populaires, alcool de riz bu au chalumeau de bambou, gongs, chants religieux utilisés dans les cérémonies de culte.... L'utilisation de la langue des Muong devient de plus en plus rare.

Inquiet de la disparition des maisons sur pilotis, Nguyên Phuc Khôi, vice-directeur du Service de la culture et de l'information de la province de Ninh Binh, également peuplée par les Muong, souligne l'importance de protéger l'existence de cette habitation typique. Pour sa part, Ngô Quang Hai, membre du Conseil des ethnies de l'Assemblée nationale, accorde une grande attention à la conservation des cultures de gongs, qui constituent un trait typique des Muong. De la naissance jusqu'à la mise en terre, les Muong sont étroitement liés aux échos des gongs, explique-t-il.

La culture des Muong disparaîtra sans la présence des caractères précités, affirme Mme Chiên. En revanche, ces derniers temps, plusieurs maisons sur pilotis ont été transférées vers les zones urbaines pour but de loisir. Objet de collection favori des citadins, les gongs des Muong se font de plus en plus rares dans les hameaux, d'autant plus qu'ils sont très recherchés pour décorer les restaurants ou les zones touristiques, déplore Mme Chiên.

Quel scénario pour une bonne conservation ?

La protection de la culture des Muong concerne la conservation des villages traditionnels, des fêtes typiques, des maisons sur pilotis, de l'art culinaire traditionnel, des costumes, des arts populaires, des gongs, fait remarquer Ngô Quang Hung, vice-directeur du Département de la culture ethnique, relevant du ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme.

Pour sa part, le Docteur Nguyên Van Binh, expert de l'Administration nationale du tourisme, met l'accent sur la valeur des paysages et la protection de l'environnement. "Les touristes cherchent en effet les caractères propres d'une région et non les services modernes", explique-t-il. Hoàng Thi Chiên partage cet avis. Elle souligne que la beauté des villages traditionnels constitue l'attrait de la région. "À mon avis, il faudrait investir davantage dans la préservation des villages typiques des Muong", remarque-t-elle. Elle évoque aussi l'importance de l'originalité de la production agricole des Muong pour inviter les visiteurs à la découvrir. (Ngân Huong/CVN)