2

Vases à décor de la "famille verte" (détail). Époque Kang-Hi (fin du XVIIe siècle), porcelaine de Chine, monture en bronze, Strasbourg, Musée des Arts décoratifs. Photo © Martine Beck Coppola

3

Trois vases balustre à couvercle. Fin du XVIIe siècle, porcelaine du Japon "Imari", Strasbourg, Musée des Arts décoratifs. Photo © Martine Beck Coppola

À l’instar des cercles aristocratiques de son époque, Louis René de Rohan, dernier prince-évêque de Strasbourg, était fasciné par l’Extrême- Orient. Adepte du « goût chinois » caractéristique de son siècle, il réunit un ensemble décoratif exceptionnel de porcelaines chinoises et japonaises. Grand bâtisseur, le prélat conçoit d’imposants projets pour son château de Saverne dont un extraordinaire kiosque chinois. En présentant cette exceptionnelle collection qui a survécu à bien des bouleversements historiques, l’exposition du Musée des Arts décoratifs de la Ville de Strasbourg rendra compte aussi bien de la personnalité du cardinal de Rohan que de l’importance des objets d’Extrême-Orient qu’il a réuni en l'espace de quelques années.

Louis René de Rohan, the last prince-bishop of Strasbourg, was fascinated by the Far East, an enthusiasm that was common among the aristocratic circles of the time. He shared the fin-de-siècle taste for all things oriental, and acquired a remarkable collection of Chinese and Japanese porcelain. The man of the cloth also fancied himself an architect, and imagined spectacular alterations to his chateau in Saverne, and to its grounds, where this dreamt-of, imaginary Orient could be seen twinkling at nightfall. The Strasbourg Fine Arts Museum presents an exceptional ensemble which, having survived many historical upheavals, is remarkable as much for the light it sheds on the personality of Cardinal de Rohan as for the exhibits’ significance in Far-Eastern art history.

4

Deux vases cornet. Fin du XVIIe siècle, porcelaine du Japon "Imari",Strasbourg, Musée des Arts décoratifs. Photo © Martine Beck Coppola

1

Deux bouteilles à décor de la "famille rose". Époque Kien-Lung (XVIIIe siècle), porcelaine de Chine, Strasbourg, Musée des Arts décoratifs. Photo © Martine Beck Coppola

L’exposition présentera la collection de céramiques de Chine et du Japon et des objets d’Extrême-Orient constituée par le cardinal Louis René de Rohan. Ces objets, conservés au château de Saverne jusqu’à la Révolution, demeurent le seul témoignage de l’ensemble d’oeuvres d’art et d’objets de curiosités assemblés par le dernier prince-évêque de Strasbourg. Ils sont à la fois le reflet de la richesse de ces collections mais aussi du goût des porcelaines d’Extrême-Orient qui se développe au XVIIe siècle et se poursuit tout au long du siècle suivant dans les maisons royales et les cercles aristocratiques d’Europe. De magnifiques vases chinois et japonais des XVIIe et XVIIIe siècles en forment le fonds essentiel. Après avoir connu bien des déménagements et des vicissitudes, ces objets ornent depuis les années 1930 les appartements du Palais Rohan de Strasbourg.

The exhibition will show the complete ceramics from China and Japan, as well as the Far- Eastern artefacts collected by Louis René de Rohan. These objects, which were kept at the Saverne castle until the French Revolution, are the only remaining testimony of Strasbourg’s last princebishop’s collection of artefacts and curiosities. They reflect the richness of this collection but also the taste for Oriental porcelain that developed in the 17th century and lasted throughout the following century among the royal houses and aristocratic circles of Europe. Magnificent Chinese and Japanese vases of the 17th and 18th centuries make up the core of the collection. After many vicissitudes, these artefacts found their way to Strasbourg and have adorned the apartments of the Palais Rohan since the 1930s. 

5

Coffre. XVIIIe siècle, laque du Japon. Le piétement, perdu vers la fin du XIXe siècle, a été remplacé provisoirement par une petite table d'époque Louis XV. Strasbourg, Musée des Arts décoratifs. Photo © Martine Beck Coppola

6

Composition de cinq vases à fond vert à décor "graviata" et deux dragons en terre cuite. Vases : époque Kien-Lung, porcelaine de Chine, dragons : époque Ming (XVI-XVIIe siècles), terre cuite, Strasbourg, Musée des Arts décoratifs. Photo © Martine Beck Coppola

Le « goût pour la Chine » de Louis René de Rohan sera abordé au travers de l’étude approfondie de la collection et de son histoire mouvementée entre les deux prestigieuses résidences Rohan d’Alsace, mais aussi par l’évocation du kiosque chinois élevé dans le parc de Saverne à la demande du prince-évêque.

The exhibition will explore Louis de Rohan’s “Chinese taste”, as well as giving an in-depth account of the collection’s eventful history and its peregrinations between the two prestigious Rohan residences in Alsace. It will also refer to the Chinese pavilion built in the Saverne grounds at the bishop’s behest.

hdbelieralattache

Salins de Montfort, élévation du kiosque de Saverne. Encre et lavis aquarellé sur papier, Strasbourg, Cabinet des Estampes. Photo © Mathieu Bertola

hdbonheurdujourdelimperatriceeugenie

Peintures sous verre (détail). Chine, Hôtel de ville de Strasbourg. Photo © Martine Beck Coppola

Exposition et catalogue s’attacheront à dépeindre la personnalité du brillant prélat bâtisseur, à retracer l’histoire de la construction du château et du kiosque de Saverne élevés à partir de 1780 d’après les plans de l’architecte Nicolas-Alexandre Salins de Montfort, et leur ambitieux programme de décoration intérieure et d’ameublement. La Révolution, qui mit un terme à ces projets grandioses, intégra les céramiques extrême-orientales devenues bien national au Muséum départemental de Strasbourg. Composée d’une cinquantaine de pièces, cette collection sera analysée par rapport à son intérêt artistique et historique. D’abondantes illustrations viendront enrichir le propos et faire revivre l’attrait pour une Chine fantasmée au temps des Lumières sur leur déclin.

Both the exhibition and the catalogue will attempt to convey something of the personality of the brilliant churchman and architect. It will retell the history of the chateau and pavilion, which were begun in 1780 after designs by architect Nicolas-Alexandre Salins de Montfort, and give an account of their lavish decoration and furnishings. The French Revolution put an end to the ambitious project, and the Far-Eastern ceramics were seized as national property and incorporated into the Strasbourg departmental museum. This collection includes 50 pieces, and is remarkable both for its historical interest and its artistic value. The exhibition shall be enhanced by many illustrations which will evoke the late-Enlightenment fascination for a distant, fantastic China.

hdcabinetdetoilettedelimperatriceeugenie

Paire de vases à couvercle à décor bleu et blanc. Fin de l'époque Ming (milieu du XVIIe siècle), porcelaine de Chine, Strasbourg, Musée des Arts décoratifs. Photo © Martine Beck Coppola

hdcoupedesvendanges

Pagode (détail). Époque Kien-Lung (XVIIIe siècle), porcelaine de Chine provenant du château de Saverne, sur son socle d'origine, Strasbourg, Musée des Arts décoratifs. Photo © Martine Beck Coppola

Du 19 septembre 2008 au 4 janvier 2009. Musée des Arts décoratifs de la Ville de Strasbourg