2

Sarcophagus Lid, Greco-Roman Period, 332–30 BC. Basalt. Museum of Fine Arts, Boston. Gift of heirs of Francis Cabot Lowell, 1875 75.9a-e

GATINEAU.- A journey that began thousands of years ago aome to a halt in Gatineau when the Canadian Museum of Civilization presents Tombs of Eternity: The Afterlife in Ancient Egypt. This major exhibition offers visitors a symbolic journey through a burial tomb to discover the secrets of life, death and beyond in ancient Egypt.

The exhibition captures one essence of the culture of ancient Egyptians through their funerary rites and practices. It also invites us to contemplate our contemporary attitudes and beliefs. Ancient Egyptians saw death not as the end of life but as the start of a new existence involving body and soul. They mummified mortal remains, inscribed messages on burial tombs, and filled the chambers with life-sustaining goods. In the process, they left a rich and detailed record of their beliefs, values and material culture.

Tombs of Eternity: The Afterlife in Ancient Egypt is a dramatic showcase for one of the world’s premiere collections of Egyptian antiquities held by the Museum of Fine Arts, Boston. The artifacts provide a detailed look at daily life and religious faith in Ancient Egypt.

“This is a fascinating and unique exhibition,” said Dr. Victor Rabinovitch, President of the Canadian Museum of Civilization Corporation. “The objects on display are extraordinary, and so too were the people who created them. The ancient Egyptians created an exceptional period of human civilization, and this exhibition helps us understand who they were, how they lived and what they believed.”

Tombs of Eternity: The Afterlife in Ancient Egypt presents more than 200 artifacts ranging from dazzling jewellery to human and animal mummies. Rare and fragile objects include sarcophagi, amulets, sculptures, beads, weapons and furniture. Each object provides a perspective into the afterlife, while illuminating the beliefs of this ancient civilization. The exhibition re-created a burial tomb using authentic artifacts from the Boston museum. The tomb takes visitors on a symbolic journey that reveals the secrets of life and death in Ancient Egypt.

5

Hunting Relief of Qar and Idu, Old Kingdom, 2338–2170 BC. Painted limestone. Museum of Fine Arts , Boston. Harvard University–Boston Museum of Fine Arts Expedition 27.1130

L’histoire de l’Égypte ancienne englobe au-delà de 3000 ans, et l’exposition inclut des objets issus de nombreuses époques différentes. L’exposition se divise donc en sept zones :

Ancient Egypt lasted for more than 3,000 years and Tombs of Eternity includes objects from many time periods. The exhibition is therefore divided in seven key themes:

1 | L’Égypte ancienne mise au jour / Unearthing Ancient Egypt

La plupart des artefacts regroupés dans l’exposition ont été mis au jour dans la première moitié du xxe siècle, à la faveur de fouilles scientifiques dirigées par l’archéologue américain George Andrew Reisner, dont les travaux étaient financés par l’Université Harvard et le Musée des beaux-arts de Boston. Personnage de tout premier plan dans les annales de l’archéologie, « Papa George » Reisner a mis au point des méthodes de documentation qui sont toujours en usage de nos jours.

Cette section est axée sur Reisner et les fouilles archéologiques.  Elle présente une chronologie sommaire de l’Égypte ancienne depuis l’unification du pays par le premier pharaon, Ménès, en 3150 av. J.-C., jusqu’à la conquête romaine en 31 av. J.‑C.

Most of the artifacts in the exhibition were discovered in the first half of the twentieth century during scientific excavations led by American archaeologist George Andrew Reisner. His work was sponsored by Harvard University and the Museum of Fine Arts, Boston. A reputed archaeologist, “Papa George” Reisner developed methods of documentation that are still in use today.

This section focuses on Reisner and the excavations. It also presents a basic chronology of Ancient Egypt, beginning with unification of the country under the first pharaoh, Menes, in 3150 BCE, and ending with the Roman conquest in 31 BCE.

3

© Harvard University—Boston Museum of Fine Arts Expedition

2 | Un voyage symbolique / A Symbolic Journey

C’est ici que commence votre voyage symbolique de la vie terrestre vers l’au-delà. Ce voyage vous entraîne dans un mastaba (« banc de pierre » en arabe) typique de ce genre de sépulture où étaient ensevelis les nobles dans l’Ancien Empire (2500-2350 av. J.‑C.). Ces tombes étaient communément construites du vivant de leur occupant, lequel veillait lui-même à chaque détail.

Les anciens Égyptiens tenaient à ce que leurs tombes accueillent des visiteurs venus y déposer des offrandes, y réciter des prières et y prononcer le nom du défunt, car ils croyaient que ces pratiques assuraient la survie de leur âme. La chapelle, généralement décorée de scènes animées, assurait cette fonction publique, procurant aux vivants un lieu pour communier avec leurs chers disparus.

This is where your symbolic journey from this life to the afterlife begins. The journey takes you through a typical mastaba (Arabic for bench) tomb used by nobles in the Old Kingdom (2,500–2,350 BCE). The tombs were usually built during the person’s lifetime, with the eventual inhabitant overseeing every detail.

Ancient Egyptians wanted visitors to come to their tombs to give offerings, recite prayers and to speak the name of the deceased. This was thought to keep the soul alive. The usually brightly-decorated chapel served this public function, providing a place for the living to commune with the dead.

4

© Harvard University—Boston Museum of Fine Arts Expedition

3 | La vie en Égypte ancienne / Life in Ancient Egypt

Les nécessités de la vie immortelle exigeant l’apport de biens temporels, les nobles de l’Égypte ancienne remplissaient leurs chambres funéraires d’articles d’usage courant et de fournitures indispensables au maintien de la vie. S’il était impossible d’y faire entrer l’objet réel – un grenier, par exemple – on pouvait lui substituer une image, un modèle ou une représentation symbolique. Les Égyptiens croyaient qu’au moment de la résurrection, tous ces objets allaient s’animer par magie. Cette section met en lumière des articles qui témoignent de la vie quotidienne des anciens Égyptiens, et se penche sur les liens familiaux très forts qu’ils entretenaient.

Immortal life required worldly goods. And so, Ancient Egyptian nobles filled their burial chambers with everyday objects and life-sustaining supplies, like beer, milk or even mummified cattle. If taking the real thing was impractical — a granary, for example — it could be replaced by an image, model or symbolic representation. The Egyptians believed that at the moment of rebirth, all these things would magically come to life. This section focuses on everyday objects and on family ties, which often tended to be very strong.

7

© Harvard University—Boston Museum of Fine Arts Expedition

4 | La parure du corps / Adorning the Body

Les images et les artefacts découverts dans les sépultures révèlent que les anciens Égyptiens attachaient beaucoup d’importance à leur apparence et à leur parure. La tenue vestimentaire était modeste – se composant généralement d’un pagne court en lin pour les hommes et d’une robe très simple pour les femmes – mais le maquillage, la coiffure et les bijoux étaient souvent très élaborés, reflétant la richesse et le statut social de ceux et celles qui les portaient.

Ancient Egyptians cared about how they looked. That’s evident in the images and artifacts discovered in Ancient Egyptian burial tombs. Clothing was simple — typically, linen kilts for men and simple dresses for women — but make-up, hairstyles and jewellery were often elaborate and reflected wealth and status.

07m

© Harvard University—Boston Museum of Fine Arts Expedition

5 | Taillés dans la pierre / Set in Stone

Les tailleurs et sculpteurs de pierre jouaient un rôle essentiel dans la construction et la décoration des monuments funéraires. Chacune de ces sépultures était destinée à durer éternellement, et les anciens Égyptiens ne connaissaient rien de plus durable que la pierre. Les simples tailleurs façonnaient les blocs qui entraient dans la construction des pyramides; les maîtres artisans créaient des sculptures et des bas-reliefs raffinés pour les nobles et les pharaons. Cette section s’intéresse au rôle des scribes, qui étaient très estimés pour leur capacité de lire et d’écrire les hiéroglyphes nécessaires à la décoration des tombes et à l’établissement des documents officiels.

In Ancient Egypt, everything was meant to last for eternity. Stone masons therefore played a vital role in the construction and decoration of burial tombs. Nothing known to the Ancient Egyptians lasted longer than stone. Simple masons carved blocks for the pyramids. Master craftspeople created fine sculptures and reliefs for nobles and pharaohs. This section explores the role of masons and of scribes, who were highly valued for their ability to read and write the hieroglyphs necessary for tomb decorations and official records.   

2811une

6 | Croyances et rites sacrés / Beliefs and Sacred Rituals

Pendant presque toute son histoire, l’Égypte ancienne a été une société essentiellement polythéiste. Les textes anciens identifient plus de 700 dieux et déesses, dotés chacun de leurs propres attributs et pouvoirs. Les tombes étaient ornées de prières écrites sollicitant l’assistance des dieux dans cette existence et dans l’au-delà. Des temples étaient érigés en l’honneur de divinités bien précises. Cette section se penche sur la nature et la profondeur de cette foi puissante et complexe.

For most of its 3,000-year history, Egyptians believed in multiple gods. Ancient texts identify more than 700 gods and goddesses. Each one had unique roles and powers. Burial tombs were adorned with written prayers that asked for the help of the gods in this life and the next. Temples were built to honour specific gods. This section of the exhibition explores the nature and depth of this powerful and complex faith.

7 | Des corps éternels / Everlasting Bodies

Les anciens Égyptiens croyaient que le corps humain était requis dans l’au-delà, où il pouvait être uni aux formes spirituelles du défunt (le ka et le ba) pour former l’akh immortel. Le Livre des morts égyptien précise que le ka et le ba devaient franchir le monde d’en-dessous où ils étaient mis à l’épreuve. Si les épreuves étaient franchies avec succès, ils réintégraient le corps pour former l’être immortel. La préservation des dépouilles mortelles revêtait donc une importance cruciale. C’est ainsi que les anciens Égyptiens sont passés maîtres dans l’art et la science de la momification. Cette section se penche sur ce procédé très élaboré et sur ses incroyables résultats.

Ancient Egyptians believed that the human body was required in the afterlife where it could be reunited with the deceased’s spirit (the Ka and Ba) to form the immortal Akh. In the Egyptian Book of the Dead, the Ka and the Ba travelled through the underworld and were tested. If they passed the tests, they would be reunited with the body to become immortal. The preservation of human remains was therefore of the highest importance. And so the Ancient Egyptians became masters of the art and science of mummification. This section explores that complex process and its incredible results.

Pour les anciens Égyptiens, la mort ne signifiait pas la fin de la vie mais plutôt le début d'une nouvelle existence. Voilà pourquoi ils momifiaient les morts et garnissaient leurs tombeaux des objets qui leur seraient nécessaires pour leur vie éternelle. De nos jours, ces objets et dépouilles forment un tableau riche et détaillé de la vie, de la mort et des croyances qui avaient cours dans  la vallée du Nil. Découvrez les trésors de cette culture prodigieuse alors que le Musée canadien des civilisations présente Tombes éternelles – L'Égypte ancienne et l'au-delà.

Cette présentation unique élaborée par le Musée canadien des civilisations met en évidence plus de 200 artefacts du Musée des beaux-arts de Boston, l'un des plus importants gardiens d'antiquités égyptiennes au monde. Le contenu de l'exposition a été enrichi par le Musée des civilisations, qui a aussi déterminé les thèmes de l'exposition et développé sa présentation originale et innovatrice.

Ces artefacts relatent l'histoire des nobles égyptiens qui construisaient leurs tombeaux à l'ombre des impressionnantes pyramides de Gizeh. Des momies humaines et animales seront exposées de même que des sarcophages, des bijoux, des poteries, des sculptures, des meubles, des amulettes et de majestueuses œuvres d'art. Les artefacts couvrent 3 000 ans d'histoire de l'Égypte et témoignent de la richesse et de la diversité de cette grande civilisation.

Le tombeau recréé symboliquement par l'équipe du Musée des civilisations est particulièrement remarquable. Pénétrez dans le tombeau et vous entreprendrez un fabuleux voyage qui vous dévoilera les secrets de la vie et de la mort dans l'Égypte ancienne.

Le voyage se poursuit avec Momies : Secrets des pharaons. À la fois expédition historique et aventure scientifique, ce superbe film IMAXMD  raconte la découverte, à la fin du XIXe siècle, d’une tombe contenant les momies de douze pharaons égyptiens.

Cette exposition est organisée par le Musée des beaux-arts de Boston en collaboration avec le Musée canadien des civilisations.