untitled1Dimanche 12 AVRIL. Deuxième corrida de la Feria de Pâques.

Temps frais et pluvieux, les précipitations s’atténuant par la suite (éclairage allumé dès le paseo). 4/5 entrée.

6 toros de MIURA (16 recontres à la cavalerie ; tous applaudis à l’arrastre, excepté le 3e, qui a été ovationné), très sérieux de morphologies et très variés de robes (5e et 6e avec le fer en bas de la cuisse ; les quatre premiers sur le haut de la cuisse), inégalement armés (1er et 2e astigordos et discrets d’armures ; 4e avec le piton gauche explosé ; 5e et 6e plus sérieux de têtes), braves en général (excepté le 3e) et inégaux en forces, donnant un jeu varié (les meilleurs pour le toreo furent les 2e et 5e, les autres s’avérèrent mobiles avant de se réserver progressivement), pour Juan José PADILLA (grenat & or) : ovation et deux oreilles, Rafael Rubio « RAFAELILLO » (bleu nuit & or) : ovation après deux avis avec légère division d’opinions et ovation après un avis, Julien LESCARRET (noir Carpe diem & or) : une oreille et deux avis avec silence.

Présidence : M. Serge Louis, assisté de MM. Bosc et Garcin. Durée de la course : 2h43.

- Le paseo a été retardé de 30 minutes afin de remettre la piste en état suite aux précipitations des dernières 48 heures.
- Juan José Padilla a dédié le 1er toro au Ciel.
- Le 2e toro a été estoqué après 15 minutes de faena.
- Le banderillero José Mora (vermillon & noir) a salué (5e).
- Julien Lescarret a offert la faena du 6e toro à son valet d’épées.
- Juan José Padilla est sorti en triomphe par le Grand escalier des arènes d’Arles.
Ch. Chay www.corrida.tv

Féria d'Arles 2009 reportage vidéo - www.corrida.tv (94 Mo)

3Devise : rouge et verte.
Señal : “hendida y muesca à gauche, despuntada con golpe à droite”
Finca : "Zahariche" Lora del Rio
Ancienneté : 30 avril 1849

Si l’on considère que les apports Gallardo et Saavedra sont certains mais minoritaires, la ganaderia de Miura est surtout l’unique représentante de la race Cabrera, une des plus anciennes qui aient perduré jusqu’à aujourd’hui. Pourtant, comment ne pas considérer qu’au fil du temps, le patient amalgame auquel se sont livrées cinq générations de ganaderos dans une même famille, a donné naissance à une race à part entière. Miura, tout simplement !

2Juan José Padilla est né le 23 mai 1973 à Jérez où il a pris l’alternative le 18 juin 1994 des mains de Pedro Castillo et du Niño de la Taurina. Il a confirmé son alternative à Madrid le 10 septembre 1996 des mains de « Frascuelo », témoin, Juan Carlos Vera, face à des toros du marquis d’Albasserada. En 2008 il a toréé 42 corridas au cours desquelles il a coupé 76 oreilles et 6 queues. Grand spécialiste des toros de Miura, il fait partie du club très fermé de ceux qui ont osé en combattre six avec Joselito El Gallo, Joaquin Bernardo et Antonio Chenel “Antoñete” notamment

3Rafael Rubio “Rafaelillo” est né le 16 juillet 1979 à Murcia où il a pris l’alternative le 14 septembre 1996 des mains d’Enrique Ponce et Rivera Ordoñez face à des toros de Salvador Domecq. Il a confirmé son alternative à Madrid le 27 juillet 2003 face à des toros de Jaral de la Mira des mains d’Alberto Ramirez et Lopez Chaves. Au cours de la temporada 2008 il a toréé 20 corridas au cours desquelles il a coupé 16 oreilles et 1 queue, triomphant notamment face aux Miura à Pamplona et Mont de Marsan.

3Julien Lescarret est né le 18 août 1980 à Bordeaux. Il a pris l’alternative à Eauze le 7 juillet 2002 des mains de Stéphane Fernández Meca et Antonio Barrera face à des toros d’El Torero. Il a confirmé son alternative à Madrid le 10 juillet 2005 des mains de José Luis Moreno et Sergio Aguilar face à des toros d’El Romeral. En 2008, il a participé à 12 corridas dans la plupart des grandes ferias françaises et a coupé 6 oreilles.