c

Bruxelles, milieu du XVIe siècle. La Résurrection des Exemples de la Renommée (fragment)

Tapisserie en laine et soie. (Restaurations et parties retissées). 190x 350 cm. Estimation : 115 000 / 120 000 €

Ce fragment reprend presque entièrement le Modèle de la tapisserie intitulée La Renommée, de la très célèbre suite Los Honores, mentionnée pour la première fois dans un inventaire des tapisseries de Charles Quint datant de 1544 et faisant partie du patrimoine royal d'Espagne (Palacio de La Granja de S. Ildefonso). Ces neuf tapisseries furent tissées dans la manufacture de Pierre van Aelst entre 1520-1525. La suite trouvait son origine dans l'élection de Charles devenu empereur en 1519 à la suite de son grand-père Maximilien Ier, et son couronnement en 1520. Les tapisseries forment un grand «miroir de prince», une représentation allégorique des qualités que doit posséder un jeune souverain et Les défauts qu'il doit éviter s'il veut accéder à la plus haute récompense que peuvent espérer un gentilhomme et un prince: la Gloire terrestre, la Noblesse éternelle et l'Honneur suprême.

Conçue dans l'esprit des Triomphes de Pétrarque, assise sur un éléphant et sonnant dans deux trompettes, Fama ou la Renommée y fait ressusciter devant son temple un grand nombre de figures historiques . De cette façon, elle triomphe de la Mort grâce aux écrits historiques qui immortalisent les actions des hommes, scandaleuses ou héroïques. Ces deux apparitions de la Renommée sont illustrées dans les angles supérieurs de la tapisserie: à gauche Perseus traversant les airs sur son cheval Pégasus et tenant la tête coupée de Méduse, à droite un être monstrueux appelé MALA FAMA. Les deux tribunes du temple sont peuplées d'auteurs de L'antiquité et du Moyen Age. Leurs écrits ont tiré de l'oubli les faits de nombreux personnages.

d

A l'avant-plan quelques cavaliers impressionnants tirent l'attention dans la foule d'exemples illustrant Les deux apparitions de la Renommée qui remplissent le reste de la composition.

Le fragment étudié reprend la partie inférieure gauche de l'immense composition (490 x 1030 cm) originale.

Le cavalier habillé à l'orientale ne porte pas de Nom sur l'édition principale pour Charles Quint, Mais la figure même est empruntée au Martyre de Jean dans les gravures sur bois de l'Apocalypse de Dürer (1498). Sur le fragment, son cheval porte une inscription se terminant en VRTHA. Au Milieu SAMSON porte un pilier.

f

Derrière lui se trouve CAMILLA, dédiée par son père à la déesse Diane (Virgile, Aeneis). Les rois de Troie Troilus (TROS), petit-fils de Dardanus, et Déiphobos (DEIPHO), fils de Priam et arrièrepetit- fils de Tros selon leur filiation dans la Genealogia deorum de Boccace, sont également présents. Hercule portant sa massue (HERCVLES) se tient à côté du cavalier Alexandre (ALEXADER). A l'extrême droite Achille est agenouillé, identifié sur la tapisserie de Charles Quint, pas sur le fragment. En haut, derrière Alexandre se trouve le nom d'Ulysse (VLHSSE).

Le personnage féminin à l'extrême gauche, identifiée ISIS, ne correspond pas au personnage de la version originale, ni celui derrière le cavalier oriental. Cette héroïne est issue de L'oeuvre De Mulieribus Claris de Boccace et elle y est décrite comme une reine d'Egypte et un des premiers législateurs à avoir reçu les «honneurs».

Le buste derrière Samson, frappant par son costume contemporain et sa physionomie très particulière, ne porte pas de nom sur le fragment, mais sur la version originale il est nommé SOCRATES. Or ce philosophe de l'Antiquité est déjà représenté sur la tribune supérieure à l'extrême droite de la composition originale.

On ne connaît pas les peintres, fort nombreux, qui ont dessiné cette suite. Certains personnages rappellent le style de Bernard van Orley, peintre de la cour à partir de 1518, d'autres font penser à Jan Gossart.

Bibliographie : G. Delmarcel, Los Honores. Tapisseries flamandes pour Charles Quint, Gand, 2000.
ID., La tapisserie flamande du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1999.

Vente du Mardi 4 août 2009.Archéologie, Haute Epoque, Mobilier XVIIe et XIXe siècles. Kohn - Cannes. M. Chakib Slitine. Pour tous renseignements, veuillez contacter la maison de ventes au +33 (0) 1 44 18 73 00