2

Jean-François Hache (10 Janvier 1730 - 19 Août 1796). Précieux petit secrétaire. Epoque Transition Louis XV-Louis XVI

Placage et loupe de noyer, souligné de filets de citronnier et de bois noir, ouvrant à un abattant, Marqueté de décors géométriques. Montants arrondis à cannelures simulées. Terrasse en marbre blanc.Etiquettes dans un tiroir des Haches à Grenoble. H. 115 cm, L. 77 cm, P. 36 cm

Note: Le secrétaire classique mesure 1,40 à 1,60 m de haut et 0,80 à 1,10 m de large. Plus grand il devient encombrant et difficile à placer et se trouve de ce fait souvent déprécié. En revanche les très petits secrétaires à hauteur d'appui (moins de 1, 20 m de haut), appelés parfois sans raison secrétaires de dame, sont recherchés comme le sont les modèles hors série tels que les secrétaires d'angle ou quelques petits secrétaires de forme violonée. Le Mobilier français du Moyen-Age à Louis XV Tome 1, Pierre Kjelleberg, éd. Guy Le Prat, 1979, Paris.

Deux meubles similaires sont reproduits dans l'Ouvrage de Pierre et Françoise Rouge, Le génie des Hache, Ed. Faton, Dijon, 2005, p. 478.
Ces secrétaires, qui sont rares par leurs petites dimensions, illustrent la production nombreuse et variée, mais toujours de qualité, qui sort des ateliers de Jean-François Hache, dans la décennie 1770.

Vente du Mardi 4 août 2009.Archéologie, Haute Epoque, Mobilier XVIIe et XIXe siècles. Kohn - Cannes. M. Chakib Slitine. Pour tous renseignements, veuillez contacter la maison de ventes au +33 (0) 1 44 18 73 00

Jean-François Hache, dit l'ainé (10 janvier 1730 - 19 août 1796) fils de Thomas, est le plus célèbre de la dynastie. En 1756, il fait un séjour de quatre mois à Paris. Il est peut-être en contact avec Jean-François Oeben, l'ébéniste de Louis XV, ou au moins peut-il étudier la production du maître. De retour à Grenoble, il prend progressivement le relai de son père et impose à partir de 1760 les formes plus élancées du style Louis XV. Les pieds s'allongent en courbures souples terminées par des sabots. Il simplifie le maniérisme de son père et impose des grands cartouches contournés sobrement. Il réalise des marqueteries en mosaïque.

Quelques meublesde Jean François Hache :

3

Jean-François Hache. Commode époque Louis XV, 85 x 127 x 67 cm. Classée Monument Historique. Château de Sassenage. Vendue le 30 mai 2008 à Drouot

4

Table à jeux Tric-Trac, noyer époque LXV, travail de Jean-François HACHE, estampillée:HACHE FILS A GRENOBLE, étiquette millesimée 1773. H:74 X L: 85,5 P:65,5 cm. Estimation : 4000/5000 euros. Vendue: 7100 euros www.maisonslaffitte-encheres.com

4

Bureau cylindre signé Jean-François Hache, vers 1770. Bois de noyer, marqueterie sur la partie cylindrique, cuir. l : 151 cm ; L : 80 cm , h : 120 cm. Grenoble. Collection Musée Dauphinois (inv : 93.9.1) www.musee-dauphinois.fr

Ce bureau, fabriqué par Jean-François Hache, a appartenu, au XIXe siècle au maître-gantier grenoblois, Reynier. Il témoigne du travail de qualité développé au XVIIIe siècle dans les ateliers de la célèbre dynastie des ébénistes dauphinois, les Hache, dont la production bénéficie aujourd'hui encore d'une renommée nationale et internationale.

4

Commode Jean-François HACHE, Grenoble, XVIIIème siècle. Etiquette entière juin 1784. Vendue par Rigot Antiquaires, Lyon

4

Secrétaire en Pente. Grenoble 1778, Jean-Francois Hache. Epoche Transition. Gestempelt: HACHE FILS A GRENOBLE. 87 cm hoch, 74 cm breit, 44 cm tief. www.gierhards.com

4

Rare et important bureau à cylindre. Etiquette de HACHE Fils à Grenoble datée 1774. Epoque XVIIIème siècle

en placage de bois indigènes partiellement teinté sur des fonds de noyer à décor de cubes dans des encadrements de dessins géométriques ou de bois teintés noir, il présente un gradin ouvrant par un rang de trois tiroirs, le cylindre découvrant six tiroirs et douze casiers à décor architecturé, deux tablettes latérales, quatre tiroirs en caisson, pieds cambrés à sabots. H.126cm L.150cm P.92cm GD. Vendu 73 000€ le Lundi 11 avril 2005 par Anaf Arts Auction www.anaf-arts.com 

Bibliographie: -Catalogue de l'exposition, Hache, ébénistes à Grenoble, octobre 1997-1998, Grenoble Musée dauphinois.

La production de Jean-François Hache marque l'apogée d'une dynastie d'ébénistes partis de Toulouse à la fin du XVIIè siècle pour s'installer à Chambéry. Tout au long du XVIIIè siècle les divers ateliers de la famille Hache prospèrent. Ils sont reconnus comme les plus talentueux artisans-ébénistes de la région, travaillant exclusivement pour les plus grandes familles. Cependant cette extraordinaire réussite s'arrêtera à la Révolution. De son côté, Jean-François Hache semblait tout avoir planifié afin de parvenir à la pérennité et la réussite commerciale de son atelier. En 1756, âgé seulement de 26 ans, il séjourne plusieurs mois à Paris afin de s'imprégner du répertoire des formes de la capitale. Au cours de ce voyage, il fait la connaissance de Jean-François Oeben (1721-1763), ébéniste du Roy et inventeur du bureau à cylindre, qui plaide en sa faveur lors d'un vol d'échantillons de bois. De cette rencontre, Hache fut profondément marqué, preuve en est notamment le décor en marqueterie de faux cubes du cylindre de notre bureau, travail caractéristique de l'oeuvre de Oeben.

Mais plus que toute autre chose, ce bureau est dans la lignée de l'oeuvre globale des Hache. Sa partie infèrieure, conserve l'influence d'un bureau plat de Pierre Hache (Hache, ébénistes à Grenoble, op.cit., p.51, illustration 12). Tandis que l'exceptionnelle diversité des essences de bois de ses panneaux de marqueterie est caractéristique des plus belles pièces sorties de cet atelier d'excepetion.

Plusieurs bureaux à cylindre de Jean-François Hache sont répertoriés, le plus souvent de goût Louis XV, ils présentent des panneaux de marqueterie plus ou moins élaborés. Le comte de Salverte illustre un bureau à cylindre décoré de très beaux panneaux de marqueterie, exécutés par Jean-François Hache pour le premier président du parlement du Dauphiné, anciennement dans la collection de Madame la comtesse de Bonvouloir (Comte de Salverte, Les ébénistes du XVIIIè siècle, leurs oeuvres et leurs marques, planche XXVIII). Un bureau à cylindre daté 1773, de même modèle que celui présenté, porte l'estampille Hache fils à Grenoble, il fait partie des collections du centre hospitalier universitaire de Grenoble (illustré dans Hache, ébénistes à Grenoble, op.cit., 9.101, illustration 67). Un autre exemplaire, de style Louis XVI, appartient au Musée dauphinois de Grenoble (Hache, ébéniste à Grenoble, op.cit, o.132, illustration 91); tandis qu'un dernier, toujours de style Louis XVI, marqueté de trophées et de quadrillages dans des encadrements de rinceaux figurait dans la vente des musées de Saint-Pétersbourg à Berlin, le 6 novembre 1928, lot 84.

Jean-François Hache (1730-1796), né à Grenoble en 1730 et fait son apprentissage dans l'atelier familial, sous la direction de son père Pierre (1705-1776); puis s'installe à son nom en 1754: il estampille Hache fils à Grenoble. Il développe un important atelier et étend ses activités à des fournitures annexes de l'ébénisterie. A partir de 1765, il appose, outre son fer, des étiquettes dans ses meubles afin de faire mieux connaitre toute la diversité de sa production. En 1770, il est nommé comme son père auparavant, Ebéniste du duc d'Orléans. Au moment de la Révolution, il est arrêté et emprisonné pour ses relations avec de nombreuses familles nobles de la région. Il meurt ruiné en 1796.

4

Jean-François Hache, dit l’aîné (1730-1796) Commode en bois de placage, à trois tiroirs sur deux rangs. www.nice-encheres.com

Galbée sur ses trois faces, reposant sur de fins pieds se terminant en roquillards. Commode effectuée d'avant 1770, probablement 1768. Dim.: 84 x 112 x 61 cm. (marbre restauré et accidenté, état d’usage et petits dégâts dus à l’humidité

Bibliographie:  “La dynastie des Hache” René Fonvielle).

4