murakami_versailles1

Takashi MURAKAMI - Tongari-Kun 2003 - 2004, Fibre de verre, acier et huile, acrylique et peinture uréthane - 700 x 350 cm © 2003 - 2004 Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. All right reserved. Photo: Florian Kleinefenn - Salon d'Hercule / Château de Versailles

"Pour un japonais, y compris moi, le Château de Versailles est l’un des plus grands symboles de l’histoire occidentale. C’est l’emblème d’une ambition d’élégance, de sophistication et d’art dont la plupart d’entre nous ne pouvons que rêver.Bien sûr nous comprenons que l’étincelle qui a mis le feu aux poudres de la révolution est directement partie du centre du bâtiment.

Mais, sous de nombreux aspects, tout est transmis à travers un récit fantastique venant d’un royaume très lointain. Tout comme les français peuvent avoir du mal à recréer dans leur esprit une image exacte de l’époque des Samouraïs, l’histoire de ce palais s’est étiolée pour nous dans la réalité.

Donc, il est probable que le Versailles de mon imagination corresponde à une exagération et à une transformation de mon esprit jusqu’au point d’être devenu une sorte de monde irréel à part entière. C’est ce que j’ai essayé de saisir dans cette exposition.

Je suis le chat du Cheshire qui accueille Alice au pays des merveilles avec son sourire diabolique, et bavarde pendant qu’elle se balade autour du Château.D’un sourire enjoué, je vous invite tous à découvrir le pays des merveilles de Versailles.".
Takashi Murakimi

test_page_murakami3

43D7BE32_C1F3_493F_52A5_2C0A0626E6B4File

Takashi MURAKAMI Oval Buddha Silver 2008, Argent - 136.5 x 80.5 x 78 cm - Courtesy Blum & Poe, Los Angeles © 2008 Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. Château de Versailles/Salon de l’Abondance © Florian Kleinefenn

PARIS.- Versailles has always brought together the greatest creative artists. Louis XIV brought Louis Le Vau, Jules Hardouin-Mansart, Robert de Cotte, Charles Le Brun, André Le Nôtre, Jean-Baptiste Lully, Michel-Richard de Lalande, Molière, Carlo Vigarini, François Francine and Gianlorenzo Bernini, who created great works here. Subsequent rulers invited Jean-Baptiste Lemoyne, Jean-Marc Nattier, Jean-Henri Riesener, Richard Mique, Jacques-Ange Gabriel, Hubert Robert, André Ernest Modeste Grétry and many others. Louis Philippe, who established the Musée de l’Histoire de France (Museum of the History of France) at Versailles, made use of the most illustrious artists of his era. We owe some of the masterpieces of the Galerie des Batailles and the Salles des Croisades, to such artists as Eugène Delacroix, Horace Vernet and Louis-Ernest Meissonnier.

It is in keeping with this spirit of openness to creativity that the Etablissement Public du Musée et du Domaine National de Versailles now wants to allow great artists of our own era to work at the locations under its care.

Following the international success of the exhibition Jeff Koons Versailles in 2008, and the remarkable creation of site-specific works by Veilhan in 2009, it is now the turn of Takashi Murakami who is invited this year to present his work at Versailles. By creating new works for this occasion, which will be added to existing ones from his repertoire, he will continue Versailles’ long tradition of openness to creativity.

Murakami is one of the most celebrated artists of our time. The combination of his fame with that of the Château of Versailles will show the degree to which, despite the centuries that separate them, the masters of the past are able to enter into dialogue with those of the present, and vice versa. Murakami’s talent has created new imagery, drawing on both the resources of the tradition of his country, from the Japanese cartoons known as manga, but also pop culture. His virtuosity, his familiarity with precious materials and his sense of the mediating role of art, find, within the vast “machine” of creation, innovation and communication which is Versailles, a fascinating echo.

Murakami-Versailles is an exceptional occasion which sees the Château of Versailles reconnect with the artists of its day through the medium of a walk allowing you to (re)discover the known and unknown spaces of the estate. If there is a place where risks must be taken to create a true expression of our era and not an imitation, which is often easy to do, it is Versailles. Contemporary artistic creation allows another perception of this living, ever-changing monument. It is not a fixed model of one single era, it is difficult to define, but, like every element of our heritage, the fruit of a complex amalgamation of expressions and interventions, contemporary ones included. Artistic creation contributes a little to breaking the clichés surrounding this location which materialise in the uses of the spaces, which are sometimes conventional and narrow. By revealing its complexity, its substance, its different layers which have been buried under habit, it is a question of offering new points of view of a site which everyone believes they already know.

Murakami-Versailles is a walk, a trail through the “landscape area” of Versailles. For his first major retrospective in France, in the 15 rooms of the
Château and in the gardens, the artist presents 22 major works, , of which 11 have been created exclusively for this exhibition. The general public will be able to view and admire his creations, which are often technical masterpieces. The allegories and other myths of Versailles thus carry on a dialogue with the dreamlike creatures of Takashi Murakami, sometimes inspired by traditional Japanese art. “I seek to produce a creative process which is a bridge between the past and the future” he likes to remind us.

The temporary installation of the works of one of the best-known artists on the contemporary scene, at one of the most visited monuments in the world is a surprising ‘story within a story’. It is the question of the in situ which underlies this proposition. Numerous cultural institutions have attempted ‘clashes’ in recent years between historical heritage and contemporary work. The radicality of this exhibition seems different to us, as much through the chosen location as through the structure of the journey.

Echo, dialectic, opposition, counterpoint … it is not our role to decide. This unique experience seeks above all to spark a reflection on the contemporary nature of our monuments and the indispensable need to create our own era. Notre Dame, Les Invalides, the Panthéon, the Louvre, Versailles, to name but a few of the best-known, contemporary in their time, are genuinely multilayered with numerous interventions, beside which Murakami-Versailles is on a more modest scale. And yet on each occasion there are the same objectives : never to minimise the singular character of every artistic gesture and never to turn the pure imagination of the creator into heritage.

Some principles which have guided us for this unique three months experience : avoid the trap of contemporary art “integrated” with the historical monument; (re)discover a space; rejoice about working with a living artist and the resulting emotions, failures and surprises; give pleasure. Trust one of the best artists of our time to reveal another Versailles, a Versailles of today, a living monument from the perspective of its utility value; this is the intention of this event. Through sensual pleasures, the walk, a new labyrinth of Versailles, has the purpose of both distracting and entertaining the walker, beyond the clichés.

This is an ephemeral extravagance, a risk to be taken. Versailles, formerly a “field of experiments and a multidisciplinary laboratory” for the most audacious creations, notably during parties, deserves this contemporary artistic expression.

7EE5C15A_B620_EC9E_BEB6_9506E12B4122File

L'atelier de Takashi Murakami, Lucky Wide Studio près de Tokyo, photo : Koichiro MATSUI. All Artworks © Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. All Rights Reserved.

712278E1_D19A_2E91_F73C_0737BB7298A6File

L'atelier de Takashi Murakami, Lucky Wide Studio près de Tokyo, photo : Koichiro MATSUI. All Artworks © Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. All Rights Reserved.

19C70EA8_1AAA_9883_2154_9C7AA9B19298File

Lucky Wide Studio près de Tokyo, photo : Koichiro MATSUI. All Artworks © Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. All Rights Reserved.

B1EADB7F_F655_FA67_4F8B_96423907C974File

L'atelier de Takachi Murakami, Lucky Wide Studio près de Tokyo, photo : Koichiro MATSUI. All Artworks © Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. All Rights Reserved.

Portrait de Takashi Murakami. All artworks © Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. All right reserved. Photo: Kenji Yagi

Takashi Murakami est un des artistes japonais des années 90 les plus profonds et provoquant le plus de réflexion. Ses oeuvres vont de tableaux de style bande dessinée à des sculptures quasi minimalistes, des ballons gonflables géants, la réalisation d’événements, des montres, des T-shirts et d’autres produits fabriqués en série, dont bon nombre porte le caractère de sa signature, Mr. DOB.

Takashi Murakami est né à Tokyo en 1963 et est titulaire d’un BFA, d’un MFA et d’un Doctorat de l’Université Nationale des Beaux Arts et de Musique de Tokyo. Il a réalisé récemment des spectacles en solo à la Marianne Boesky Gallery de New York (2003) ; à la Fondation Cartier pour l’art contemporain de Paris (2002) ; au Musée d’Art Contemporain de Tokyo (2001) ; au Musée des Beaux Arts de Boston (2001) et à la Galerie Emmanuel Perrotin, de Paris (2001).

En plus de son oeuvre artistique, Takashi Murakami est un conservateur, un entrepreneur et un étudiant en sociologie japonaise contemporaine. En 2000, Murakami a été le conservateur d’une exposition d’art japonais intitulée Superflat qui représentait un mouvement tourné vers les divertissements de masse et leurs conséquences sur l’esthétisme contemporain. Murakami est aussi connu dans le monde entier pour sa collaboration avec le designer Marc Jacobs à la création de sacs à main et autres produits pour la maison de haute couture Louis Vuitton.

L’oeuvre de Takashi Murakami a été exposée dans des musées prestigieux dans le monde entier, y compris le Musée Métropolitain d’Art de Tokyo, le Musée des Beaux Arts de Boston et une récente rétrospective solo au Bard College Museum of Art.

À travers son oeuvre, Murakami a joué avec les oppositions entre l’Est et l’Ouest, le passé et le présent, l’art supérieur et la culture inférieure tout en restant amusant et accessible en permanence. Son oeuvre représente les mondes des dessins animés japonais populaires contemporains et la peinture japonaise historique (il a reçu une formation classique et possède un Doctorat en style traditionnel nihon-ga. Son personnage récurrent, M. DOB, apparaît sur des T-shirts, des posters, des porte-clés (...) dans le monde entier et a même pris vie sous forme d’une sculpture 3-D. Murakami a aussi été le conservateur de « Super Flat », une exposition regroupant des artistes japonais contemporains.

gdg_murakami

Takashi MURAKAMI - Flower Matango (d) - 2001 - 2006 FRP, peinture à l'huile, acrylique et métal - 315 x 204,7 x 263 cm ©2001 - 2006 Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. All right reserved. Photo: Florian Kleinefenn - Galerie des Glaces / Château de Versailles

Versailles a su, de tout temps, convoquer les meilleurs créateurs. Louis XIV y appelle Louis Le Vau, Jules Hardouin-Mansart, Robert de Cotte, Charles Le Brun, André Le Nôtre, Jean-Baptiste Lully, Michel-Richard de Lalande, Molière, Carlo Vigarini, François Francine, Gianlorenzo Bernini, dit Le Bernin, qui y réalisèrent des oeuvres marquantes. Les règnes suivants y invitèrent, Jean-Baptiste Lemoyne, Jean-Marc Nattier, Jean-Henri Riesener, Richard Mique, Jacques-Ange Gabriel, Hubert Robert, André-Ernest-Modeste Grétry et tant d’autres. Louis Philippe, instituant à Versailles le Musée de l’Histoire de France, passa commande aux plus illustres artistes de son siècle. On doit à Eugène Delacroix, à Horace Vernet et à Louis-Ernest Meissonnier … quelques uns des chefs d’oeuvre de la Galerie des Batailles ou des Salles des Croisades.

C’est par fidélité à l’égard de cet esprit de disponibilité à l’égard de la création que l’Établissement Public du Musée et du Domaine National de Versailles souhaite aujourd’hui permettre à des artistes marquants de notre époque de s’exprimer dans les lieux dont il a la garde.

Après le succès international de l’exposition Jeff Koons Versailles, en 2008, et le remarquable travail de création d’oeuvres spécifiques de Xavier Veilhan, en 2009, c’est Takashi Murakami qui, cette année, est invité à présenter son oeuvre à Versailles. En prenant le parti de créer à cette occasion des oeuvres nouvelles qui s’ajouteront à certaines autres appartenant déjà à son répertoire, il s’inscrit bien dans la tradition d’ouverture à la création de Versailles.

Murakami est l’un des artistes les plus célèbre de notre temps. La confrontation de sa célébrité à celle du Château de Versailles permet de mesurer à quel point, par dessus les siècles qui les séparent, les chefs d’oeuvre du passé savent dialoguer avec ceux du présent et ceux du présent avec ceux du passé. Le talent de Murakami a su créer une imagerie nouvelle, puisant à la fois dans les ressources de la tradition de son pays, dans celles de la bande dessinée japonaise - le manga - mais aussi dans toutes les expressions des cultures pop. Sa virtuosité, sa familiarité avec les matériaux précieux, son sens de la fonction médiatique de l’art trouvent, dans cette vaste « machine » à créer, à innover et à communiquer que fut Versailles, un écho tout particulièrement intéressant. Jean-Jacques Aillagon. Président du Château de Versailles, Président de l'Etablissement public du musée et du domaine national de Versailles., Juin 2010

abaondance_murakami

Takashi MURAKAMI Oval Buddha Silver 2008, Argent - 136.5 x 80.5 x 78 cm - Courtesy Blum & Poe, Los Angeles © 2008 Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. Château de Versailles/Salon de l’Abondance © Florian Kleinefenn

Murakami Versailles est un moment exceptionnel qui voit le Château de Versailles renouer avec les artistes de son temps au cours d’une promenade qui fait (re)découvrir des lieux connus et méconnus du domaine.

Murakami Versailles est une promenade, un itinéraire, un parcours dans le « paysage-territoire » de Versailles. Pour sa première grande rétrospective en France, l’artiste présente dans quinze salles du Château et dans les jardins, plusieurs de ses oeuvres majeures. Ses créations, souvent des tours de force techniques, vont ainsi pouvoir être vues et appréciées par l’insaisissable grand public.

Les allégories et autres mythes Versaillais dialoguent ainsi avec les créatures oniriques de Takashi Murakami parfois inspirées de l’art traditionnel Japonais. « Je cherche à produire un processus créatif qui soit un pont entre le passé et le futur » aime-t-il rappeler.

Surprenante mise en abîme que l’installation temporaire des oeuvres d’un des artistes les plus connus de la scène contemporaine dans un des monuments les plus fréquentés du monde. C’est la question de l’in situ qui est sous-jacente à cette proposition. De nombreuses institutions culturelles ont tenté ces dernières années des confrontations entre le patrimoine historique et l’oeuvre contemporaine. La radicalité de cette exposition nous semble différente tant par le lieu choisi que par la systématisation du parcours.
Écho, dialectique, opposition, contrepoint… Il ne nous appartient pas de trancher. Ce moment unique veut avant tout susciter la réflexion sur la contemporanéité de nos monuments et l’indis¬pensable nécessité de la création de notre temps. Notre-Dame de Paris, les Invalides, le Panthéon, le Louvre, Versailles, pour ne citer que quelques-uns des plus connus, sont de véritables mille-feuilles d’interventions, en leur temps contemporaines, à côté desquelles Murakami Versailles est d’une échelle plus modeste. Pourtant à chaque fois les mêmes objectifs : ne jamais réduire à néant le caractère singulier de tout geste artistique et ne jamais patrimonialiser l’irréductible imaginaire du créateur.

Quelques principes qui nous ont guidé pour cette expérience unique de trois mois : éviter le piège de l’art contemporain « intégré » au monument historique ; (re)découvrir un lieu ; se réjouir de travailler avec un artiste vivant et des émotions, des échecs et des surprises qui en résultent ; donner du plaisir. Faire confiance à l’un des meilleurs artistes de notre temps pour révéler un autre Versailles, un Versailles d’aujourd’hui, monument vivant sous l’angle de sa valeur d’usage, tel est le propos de cet événement. Plaisirs des sens, au cours d’une marche, nouveau labyrinthe versaillais dont la seule finalité est de divertir, aux deux sens du terme, le promeneur, au delà des clichés.

Une folie éphémère, un risque à prendre, car Versailles, autrefois « terrain d’expériences et laboratoire » multidisciplinaire des créations les plus audacieuses, notamment lors des fêtes, mérite ce regard artistique contemporain. Laurent Le Bon. Commissaire de l'exposition. Directeur du Centre Pompidou-Metz

S’il existe un lieu où il faut se risquer à créer une manifestation de notre époque et non un pastiche facile, tentation souvent préférée, c’est Versailles. La création artistique contemporaine permet une autre perception de ce monument vivant, réalité toujours changeante, qui n’est pas un modèle figé d’une époque unique, d’ailleurs bien difficile à définir, mais, comme tout élément de notre patrimoine, le fruit d’une stratification complexe de regards et d’interventions, y compris contemporaines. Elle contribue à briser un peu les clichés afférents à cet endroit qui se matérialisent par une pratique du lieu, parfois convenue et très concentrée. Il s’agit d’offrir des points de vue nouveaux sur un site que tout le monde pense connaître en révélant ainsi sa complexité contemporaine, sa substance, son épaisseur enfouie sous l’habitude.