affiche_baba_bling

PARIS.- du mardi 05 octobre 2010 au dimanche 30 janvier 2011, le Musée du Qai Branly prséente: "Baba Bling, Signes intérieurs de richesse à Singapour". Cette exposition témoigne d´une histoire fascinante : comment une communauté d’immigrés a créé une culture unique en laissant sa propre culture d’origine s’imprégner des influences, coutumes et croyances de leur pays d’adoption.

A Singapour, le terme « Baba » désigne un « homme chinois » et, par extension, les descendants des communautés chinoises qui se sont intégrées dès le 14e siècle dans le sudest asiatique et qui ont incorporé au fil des siècles de nombreux aspects de la culture malaise dans leur culture d’origine. Le « Baba » désigne aussi le chef de famille qui a intégré des éléments de la culture européenne, via ses parents et ses grands parents pendant la période coloniale.

L’intégration interculturelle qui s’amorce avec ce processus est une leçon d’ouverture d’esprit et de tolérance, deux sujets plus que jamais d’actualité. L’exposition présente un ensemble d’environ 480 pièces de la culture luxueuse et raffinée de ces communautés chinoises implantées à Singapour.

Les objets présentés - mobilier, textiles ornés de perles et de broderies, porcelaine… - qui empruntent leurs formes, motifs et couleurs aux cultures chinoises et malaises, marquent l’identité des Peranakan. Ils datent pour la plupart de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle. Cette période correspond à un important essor économique ayant permis à de nombreuses familles chinoises de Singapour de s’enrichir. Elle marque ainsi l'apogée des communautés Peranakan qui s'est matérialisée en partie par un art de vivre dont la maison était le coeur et le signe extérieur le plus important. Baba Bling

L’Asie du Sud-est a été un carrefour commercial qui a attiré de nombreux marchands. Certains d’entre eux s’y installèrent et se marièrent avec des femmes de la population locale.

Le terme malais Peranakan - qui signifie « enfant de » ou « né de » - est utilisé pour faire référence aux enfants de ces couples mixtes. Par extension, il désigne les différentes communautés d’immigration ancienne en Asie du Sud-est, qui ont incorporé de nombreux aspects de la culture malaise dans leur culture.

Les Peranakan comprennent plusieurs groupes ethniques d’origines indiennes et chinoises. L’exposition, qui présente la collection unique au monde du musée Peranakan, se concentre sur les Peranakans aux origines chinoises et malaises – les Baba – qui forment le groupe le plus large. Après la seconde guerre mondiale, les grandes habitations où des familles « Baba » de plusieurs générations vivaient ensemble, sont vendues et délaissées au profit d’appartements individuels. L'influence de cette communauté commence à décliner.

Les objets décoratifs, les parures et les mobiliers luxueux transmis de père en fils sont alors dispersés ou abandonnés ; ils ne correspondent plus à la mode et aux intérieurs des années 60, ni fonctionnellement ni esthétiquement. La culture « baba » étant menacée de disparition, les conservateurs malais commencent à collecter des objets. Dans les années 1980, ces objets sont vendus aux enchères. Les « Baba », pour faire revivre leur culture, produisent aujourd'hui des pièces de théâtre, des oeuvres littéraires et poétiques, de la musique.

Baba_2

Ensemble de trois épingles à cheveux de style singapourien (2 pièces)

PARIS.- This exhibition tells a fascinating story: how an immigrant community created a unique culture by abandoning their own original culture and immersing themselves in the influences, customs and beliefs of their adopted country.

In Singapore, the term “Baba” designates a “Peranakan Chinese man”, and by extension, the descendents of Chinese traders who settled in Southeast Asia and assimilated certain aspects of Malay culture into their culture of origin. “Baba” also refers to the head of family who integrated elements of European culture through his parents and grandparents during the colonial period.

The intercultural integration that lay behind the Peranakan identity is a lesson in open-mindedness and tolerance, two subjects that have never been more relevant today.

A collection of approximately 480 artefacts has been assembled for this exhibition in order to highlight the luxurious and refined culture of the Peranakan Chinese established in Singapore. The artefacts on display – furniture, valuable textiles decorated with beads and embroidery, and porcelain – which borrow their shapes, patterns and colors both to Chinese and Malay cultures, mark the Peranakan identity.

Most of them date from the late nineteenth century or early twentieth century. This period corresponds to the economic boom in the colonial economy that made it possible for numerous Peranakan Chinese families in Singapore to get rich. It also marks the peak of these communities and this was materialised in part through a lifestyle whose heart and most important external sign was the home.