143

Torse de divinité masculine en grès gris. Cambodge, art khmer, style de Koh-Ker, deuxième quart du Xe siècle. photo courtesy Pierre Bergé & associés

vêtu d'un sampot plissé à double chute en ancre antérieure et dont le bord supérieur est rabattu à l'avant. H_170 cm

Provenance: Succession José Garnier 1968 ; Collection Privée Belge.

Référence: Statue de Vajimurka/Hayagriva avec vêtement similaire reproduit dans « Angkor. Göttilches Erbe Kambodschas », catalogue d'exposition du 15/12/2006 au 09/04/2007 à la Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland à Bonn, n°39, p. 121.

Un autre modèle de Vajimukha/Hayagriva de style Prè Rup conservé au Musée Guimet, Paris, réf. MG 18099. Le vêtement et la posture légèrement rigide, ainsi que sa taille importante de ce torse est typique du style Koh-Ker.

L'empire khmer est fondé par Jayavarman II en 802. Son successeur Indravarman Il entreprend des travaux d'irrigation importants servant de base à la prospérité du royaume khmer. Ce système d'exploitation intensif des sols pour en faire des rizières fera du peuple khmer une des civilisations les plus développées de l'Antiquité. En un siècle, sous modèle indonésien, la civilisation khmère unifie son pays et acquiert une notoriété remarquable en Asie du Sud-est. La production importante de céréales permet à une grande partie de la population de se consacrer entièrement à la construction de temples et à développer leur religion, dans un premier temps l'hindouisme, puis le vishnouisme et le bouddhisme. Ainsi naît un nombre considérable de temples-montagnes autour d'Angkor, la capitale du royaume khmer. Ces temples-montagnes, construits sur des collines naturelles, sont des représentations du Mont Meru, le centre de l'Univers et le séjour des dieux dans la cosmologie indienne. La statuaire khmère est à son apogée au Xe et XIe siècle, on peut trouver des pièces de tailles impressionnantes et d'une finesse extrêmement soignée. Chaque roi fait de sa religion une religion d'état, ainsi sous Jayavarman IIe au IXe siècle il s'agit de l'hindouisme, sous Sûryavarman IIe au XIIe siècle le vishnouisme, sous Jayavarman VII le bouddhisme mahâyâna. Ces différentes religions font office de miroir de la société de l'époque. Angkor Thom est le dernier exploit de ce peuple riche en culture et en savoir. Mais les khmers sont victimes de leur propre grandeur et de l'épuisement de ressources, ainsi que de la force de l'empire thaï qui commence à s'étendre dans toute l'Asie du Sud-Est. Ainsi s'achève la grande période prospère du Cambodge.

Pierre Bergé & associés. Orient - Extrême Orient. Lundi 15 novembre à 14h00. Drouot-Richelieu - Salle 7 - Paris. EMail : contact@pba-auctions.com