image002

La vente de haute joaillerie de Sotheby’s Genève qui se tiendra le 16 novembre 2010 promet d’être un événement majeur du calendrier des enchères internationales cet automne. Cette vente très attendue aura pour pièce-phare un diamant comptant parmi les plus rares et les plus beaux jamais mis aux enchères. Ce diamant rose “Fancy Intense Pink” de 24,78 carats, revenant sur le marché après près de 60 ans, sera mis en vente aux côtés d’une sélection de quelques 500 lots, comprenant une importante collection de diamants rares et de pierres de couleur exceptionnelles, des pièces d’illustre provenance ainsi que des bijoux d’époque et des créations signées par les plus grands joailliers. L’extraordinaire qualité et la variété de la sélection sauront, à n’en pas douter, passionner les collectionneurs et amateurs de haute joaillerie du monde entier.

Pour David Bennett, Président du Département international de Haute Joaillerie pour l’Europe et le Moyen-Orient: “Il s’agit là de l’une des ventes les plus exaltantes que j’ai eu le plaisir d’assembler au cours de mes 35 années de carrière chez Sotheby’s, et ce, à bien des égards. Cette vente s’inscrit par ailleurs en droite ligne de la fantastique sélection que nous avions offerte à Genève en mai dernier. C’est un immense honneur de présenter à une audience internationale l’un ries diamants les plus convoités sur le marché: la beauté de ce diamant rose « Fancy Intense Pink» de 24,78 carats m’a hanté depuis que je l’ai vu pour la première fois, il y a quelques années."

Paysage

Un diamant « Fancy Intense Pink » de 24,78 carats d’une importance exceptionnelle.

La vente de novembre sera indéniablement dominée par un diamant rose extrêmement important et d’une beauté exceptionnelle: un diamant “Fancy Intense Pink” de taille « émeraude » et pesant 24,78 carats (illustration ci-dessus et en tête). Sa couleur, du rose le plus parfait, a été certifiée Fancy Intense Pink par le GemologicalGemological Institute of America (GIA). Par ailleurs, s’il est actuellement présenté comme étant de pureté VVS2, ce diamant pourrait, d’après le GIA, s’avérer "flawless" après repolissage. Il s’agit en outre d'un diamant de type IIa, une classification rare et très recherchée ne comptant que 2% des diamants répertoriés dans le monde.

Les diamants roses ont toujours été extrêmement prisés par les collectionneurs et les professionnels depuis leur découverte en Inde, il y a plusieurs siècles. Selon David Bennett, Président du Département international de Haute Joaillerie pour l’Europe et le Moyen-Orient: « un diamant rose a quelque chose d’exubérant, de plein de joie et d’intensément féminin qui le rend absolument irrésistible ».

Les diamants roses excédant les 20 carats sont d’une grande rareté. L’arrivée sur le marché de ce diamant représente donc un événement majeur dans le monde des gemmes. Estimé à CHF/US$ 27-38 millions, ce diamant provient d’une collection privée et revient sur le marché environ 60 ans après avoir été acheté à Harry Winston lui-même.

Diamants et Gemmes de couleur

Outre ce diamant rose, la vente comprend quatre diamants taille émeraude de couleur D – la couleur la plus parfaite pour un diamant blanc. Parmi ces derniers figurent des créations signées à l’instar d’une magnifique bague Graff sertie d’un diamant carré de 20,16 carats (est. CHF /US$ 2,535 millions, illustration à droite); une importante bague Harry Winston ornée d’un diamant taille émeraude de 20,18 carats (est. CHF/US$ 11,6 millions) et une bague avec un diamant de 16,27 carats, signée Van Cleef and Arpels (est. CHF/US$ 1,2-1,8 millions).

La sélection est complétée par une impressionnante bague ornée d’un diamant taille rectangulaire de 18,37 carats, de type IIa, de pureté Flawless et dont le polissage et la symétrie sont excellents (est. CHF/US$ 1 950 000-2 550 000 millions).

Sujets à un intérêt toujours plus grand dans le monde de la haute joaillerie, les pierres de couleur sont magnifiquement représentées dans la vente par une somptueuse bague ornée d’un diamant rose « Fancy Intense Pink » de 4,59 carats (est. CHF/US$ 1’150’000-2’150’000) et par une bague exceptionnelle sertie d’un diamant jaune « Fancy Vivid Yellow» taillé en coeur et pesant 12,16 carats (est. CHF/US$ 950’000 1’300’000).

Des pièces signées par les plus grands joailliers complètent la sélection, à l’instar d’une création Boucher on des années 1960, une très belle bague en saphir et diamants ornée d’un saphir du Cachemire taille coussin de 9,47 carats (est. CHEF/US$ 500’000-700’000, illustration à gauche) et d’une superbe bague en diamants et rubis barman, dessinée par le joaillier italien de renom Settepassi (est. CHF/US$ 500 000-800 000).

4

En mai dernier, Sotheby’s Genève vendait une bague Toi et Moi en diamants bleu et blanc d’Alexandre Reza pour sept millions de francs — une enchère record pour un bijou du célèbre joaillier français. Fort de ce succès, la vente à venir comprendra une splendide paire de boucles d’oreilles en diamants blancs et bleus « Fine Fancy Blue ». Illustration parfaite de l’excellence et du classicisme moderne des créations d’Alexandre Reza, ces boucles d’oreilles d’une extrême élégance sont composées d’un ensemble de trois diamants taille poire auquel est suspendu un diamant « Fancy Blue » taille poire de 5,01 carats et un diamant blanc de 5,61 carats de taille similaire (est. CHE 1US$ 600’000-1’200’000, illustration ci-dessus).

Bijoux d’illustre provenance

La vente de cet automne sera marquée par une sélection de bijoux jouissant d’une provenance exceptionnelle, à l’instar de la spectaculaire Collection de Cristina Ford, seconde épouse d’Henry Ford Il, petit-fils d’Henry Ford, Fondateur de la Ford Motor Company. Figure importante de la scène mondaine internationale des années 1960 et 1970, Cristina Ford rencontra son époux en 1960 lors d’une fête donnée par le Prince Ramier III et la Princesse Grace de Monaco. D’origine italienne, elle Fut conviée à des Fêtes de légende comme la célébration donnée par le Shah d’Iran en l’honneur du 2500ème anniversaire de l’Empire Perse ou le désormais mythique bal en noir et blanc organisé par Trauma Capote en 1966.

3

L’impressionnante collection de bijoux qui sera mise en vente se compose de pièces, majoritairement Van Cleef & Arpels, datant des années 1960 et 1970 et comprenant des parures en turquoise et corail, ainsi qu’une parure en diamants et émeraudes de Colombie. Le bracelet en émeraudes et diamants illustré ci-dessus est estimé à CHF/US$ 80’000-120’000.

La vente sera également marquée par une remarquable sélection de bijoux ayant appartenu à Christina Onassis. Née à New York en 1950, Fille unique de l’armateur grec Aristote Onassis, cette dernière dirigea l’empire Onassis à la mort de son père en 1975, se révélant être une excellente femme d’affaires. Elle disparut en 1988 en Argentine, à l’âge de 37 ans.

2

Beaucoup de bijoux de la collection de Christina Onassis étaient signés Van Cleef and Arpels. Parmi ces derniers Figurent dans la vente un bracelet en rubis et diamants (est. CHF/US$ 25000-35000, illustration ci-dessus), ainsi qu’un collier et des boucles d’oreilles en rubis et diamants (est. CHF/US$ 75’000-130’000, illustration à ci-dessous).

1

Autre pièce d’illustre provenance: un bracelet en diamants et rubis, signé Petochi, ayant appartenu à la collection de la Comtesse Mona Bismarck. Née Mona Travis Strader en 1897 à Louisville, Kentucky, célèbre pour son sens unique de la mode et du style, elle épousa en 1953 le Comte Edouard Bismarck, petit-Fils du premier Chancelier d’Allemagne Otto von Bismarck. Suivant la mort de la Comtesse en 1983, une grande partie de sa collection de bijoux fut vendue par Sotheby’s Genève en 1986. Témoignant de la passion de Mona BismarckBismarck pour les diamants et les rubis, le bracelet mis à l’encan est serti de six rubis birmans ovales taille coussin, entourés de diamants taille circulaire et coussin, montés sur or jaune et platine (est. CHF/US$ 80 000-140 000, illustré ci-dessous).

a

Parmi les pièces d’importance historique figure un Fascinant bracelet manchette en diamants, fabriqué par Cartier en 1938 pour Abbas Hilmi Il, le dernier Khédive d’Egypte et du Soudan (1874-1944). Décoré en son centre par un diamant taille rose et des diamants Forme coussin, ce bracelet, illustré ci-dessous, est estimé à CHF/US $80 000-110 000.

7

Bijoux d’époque et signés par les plus grands joailliers

La vente de cet automne n’offre pas moins de 32 élégantes créations Cartier, 45 Van Cleef & Arpels, 17 Bulgari et une sélection de bijoux signés Adler, Suzanne Belperron, Boucheron, Buccellati, Chanel, Chopard, Dali, de Grisogono, M. Gérard, Graff, Hemmerlé, JanesichJanesich, Marchak, Mauboussin, Alexandre Reza et Tiffany.

9

La vente propose un bel exemple de la série « Grands fauves » de Cartier avec un bracelet « Panthère » en onyx, émeraudes, saphirs et diamants estimé à CHF/US$ 70 000-100 000 (illustration ci-dessus).

10

La vente présente d’autres pièces importantes signées Cartier, notamment un magnifique collier en rubis birmans et diamants datant de 1939 (est. CHF/US$ 450’000-650’000, illustration ci-dessus) et un collier du plus grand chic, serti de diamants taille brillant et marquise et agrémenté sur le devant d’un diamant taille poire (est. CHF/US$350’000-550’000, illustré ci-dessous).

12

Le grand art de la maison Van Cleef & Arpels est par ailleurs mis en valeur par un ensemble de bijoux d’époque et de créations modernes du célèbre joaillier parisien. Datant d’environ 1945, une broche “dentelle” en rubis, émail et or, reproduisant la finesse de la dentelle de Valenciennes est ainsi estimée à CHF/US$ 15’000-25’000 (illustrée ci-dessous), tandis qu’un somptueux bracelet en saphirs et diamants pavé de quatre rangées de saphirs calibrés en serti mystérieux sera mis à l’encan avec une estimation de CHF/US$ 70 000-90 000.

13

Les créations modernes de Van Cleef & Arpels sont également illustrées par une paire de boucles d’oreilles “Cadix” en rubis et diamants, représentant des fleurs dont les pétales sont montés en serti mystérieux avec des rubis calibrés (est. CHF/US$ 800000-120000) et une broche « Cadix » en rubis et diamants (est. CHF/US$ 120 000-180 000 le tout illustré ci-dessous.

14

Le style et l’imagination sans pair de David Webb sont illustrés par quelques 90 pièces provenant d’une importante collection privée. Doué d’un sens unique pour créer des bijoux reflétant l’esprit de l’époque, David Webb s’imposa dans les cercles mondains dès le début des années 1960. Innovant tout au long de sa carrière, il eut recours des pierres comme le corail, la turquoise, le lapis et le jade pour des créations modernes. Lançant les tendances plutôt que de les suivre, Webb Fut salué comme ‘le Fabergé d’aujourd’hui” par le Women’s Wear Daily. Sa renommée se poursuit au-delà de sa mort, en 1975, dans les salons Webb de la Madison Avenue. Illustrant le vaste répertoire de Webb, le bracelet “Chimère” en émail, néphrite, rubis et diamants, illustré à droite, sera offert avec une estimation de CHF/US$ 60 000- 100 000.

15

Toutes les photos sont by courtesy Sotheby's.