console_depoque_regence_attribuee_a_francois_roumier_vers_1720_d5432408h

Console d'époque Régence. Attribuée à François Roumier (1701-1748), vers 1720.. Photo Christie's

En chêne mouluré et sculpté, dessus de bois rapporté et peint à l'imitation du marbre brèche d'Alep, la ceinture ajourée centrée d'un masque flanqué de chimères et de rinceaux, reposant sur quatre montants cambrés sommés de masques d'animaux fantastiques, ornés de chimères et réunis par une entretoise centrée d'un masque de chimère. Hauteur: 85 cm. (33½ in.), Largeur: 143 cm. (56 1/3 in.), Profondeur: 63 cm. (24¾ in.). Estimate €200,000 - €300,000 ($297,067 - $445,600)

Provenance: Collection André Carlhian ; vente Ader-Picard, Palais Galliera, Paris, 7 décembre 1968, lot 93 (97 440 Francs).
Importante collection particulière constituée dans les années 1950 à 1970.

Literature: Connaissance des Arts, novembre 1968, numéro 201, p.86, Des sièges de qualité rare qu'avait jalousement gardéés un grand connaisseur André Carlhian.
Connaissance des Arts, mars 1969, numéro 205, p.117, Conseils aux acheteurs
Cat. expo. Louis XIV, Fastes et Décors, Musée des Arts Décoratifs, Paris, mai-octobre 1960, p. 24.
Plaisir de France, février 1969, numéro 364, Le 7 décembre: triomphe de la collection Carlhian.

Exhibited: Louis XIV, Fastes et Décors, Musée des Arts Décoratifs, Paris, mai à octobre 1960, n. 109.

Notes: Représentant le thème de la chimère, motif très en vogue dès 1720 et dont Bruno Pons, dans De Paris à Versailles, 1699-1736, Strasbourg, 1986, a démontré toute l'importance, cette console s'inscrit dans le répertoire ornemental des années 1720-1730. Cette période fut riche de grands sculpteurs au service des Bâtiments du Roi dirigés par Jules Degoullons et qui intervenaient sur les grands décors de boiseries dont les consoles, miroirs et fauteuils faisaient aussi partie.

Le riche dessin de notre console, mêlant chimères et d'autres animaux fantastiques bien plus rares dans le répertoire décoratif habituel de la Régence et du début du style Louis XV, semble s'inspirer d'une série de dessin de François Roumier (1701-1748) qui fut nommé sculpteur ordinaire du roi en 1721 et qui publia plusieurs recueils dont le Livre de plusieurs Desseins de Pieds de Tables en Consoles édité après sa mort en 1750 (voir B. Pons, op. cit, fig. 506-512). Il travailla pour la plupart des résidences royales dont Versailles qui conserve son chef-d'oeuvre : une magnifique table sculptée réalisée pour le cabinet doré des appartements privés de Louis XV à Versailles en 1737 (illustrée dans P. Verlet, Le Mobilier Royal Français, vol. I, n. 20). Roumier sculpta aussi des fauteuils du célèbre menuisier Jean-Baptiste Tilliard. Un autre recueil en 1725 étudie toutes les combinaisons possibles sur le thème des trophées dont il réalisa certains pour l'église des Jacobins au faubourg Saint-Germain à Paris. Roumier fut si fier de ses oeuvres qu'il répondit ainsi à des critiques sur ses trophées : "...[leur] élaboration est d'habitude laissée au goût de l'artisan qui sait comment choisir et composer en fonction des contraintes de l'espace dans lesquels ils sont placés", (voir K. Scott, The Rococo Interior : Decoration and Social Spaces in Early Eighteenth-Century, Paris, 1995, p.69). Les oeuvres de Roumier sont empreintes d'une fantaisie plus libre que celles de Jules Degoullons et de son atelier mais elles restent difficiles à distinguer de celles des frères Slodtz qui égalent Roumier dans la richesse et l'inventivité des ornements.
Notre console se rapproche de dessins issus du Livre de Plusieurs Desseins de Pieds de Tables en Consoles, illustré dans B.Pons, ibid, fig. 506-512 : le masque de faune composé de feuilles d'acanthes de notre entretoise se retrouve sur la fig. 508, tandis que la cambrure plus allongée des pieds est illustrée dans la fig. 509. Un dessin de Mathieu Legoupil, lui aussi membre des Bâtiments du Roi, illustre un masque animal proche de celui de notre entretoise (illustré dans B. Pons, op. cit., fig. 426). Ces dessins montrent l'influence réciproque de tous ces sculpteurs des Bâtiments du Roi.

Christie's. 500 Ans: Arts Décoratifs Européens, 4 - 5 May 2011. Paris www.christies.com