carac_image1_1

Girolamo di Romano, dit il Romanino (c.1484/1487 - 1566) - "Christ portant la Croix".

TALLAHASSEE (ETATS-UNIS) [13.09.11] – Les autorités fédérales américaines ont ordonné au Brogan Museum de Tallahassee, en Floride, de ne pas retourner à l’Italie l’un des tableaux que cette dernière lui avait prêtés pour une exposition. Car il se pourrait que ledit tableau ait été volé à une famille juive, pendant la guerre, par le gouvernement de Vichy. 

Pour une exposition consacrée à la peinture baroque en Lombardie, la Pinacoteca di Brera, un musée de Milan, avait prêté au Borgan Museum, un musée de Floride, une cinquantaine d’œuvres. Ce prêt étant temporaire, il était convenu qu’à l’issue de l’exposition les œuvres prêtées retournent en Italie. Ce sera le cas pour toutes, sauf pour une : une peinture à l’huile réalisée par un artiste italien de la Renaissance, Girolamo Romano, représentant le Christ, la Croix et un voleur. Le musée a été sommé par les Etats-Unis de ne pas retourner cette œuvre à l’Italie tant que sa propriété n’est pas établie.

   Le 21 juillet 2011, le procureur des Etats-Unis à Tallahassee, Pamela Marsh, a indiqué au musée que le tableau était suspecté d’avoir appartenu à une famille juive, laquelle en aurait été illégalement dépossédée pendant la Seconde guerre mondiale, par le gouvernement de Vichy. Les autorités fédérales travaillent avec le ministère italien de la Culture afin d’identifier les véritables propriétaires de l’œuvre.

   Selon The New York Times, Chucha Barber, le directeur du Brogan Museum, aurait déclaré avoir été contactée par Lionel Salem, le petit-fils de Guiseppe Gentili, le propriétaire d’origine du tableau. Lionel Salem lui a confirmé que le tableau du musée correspondait à celui qui avait appartenu à son grand-père avant la guerre. Le tableau aurait ensuite était vendu dans une vente aux enchères organisée par le gouvernement, en 1941, après que la famille Gentili a fui la France.

   Bien que l’exposition du Brogan Museum soit terminée, les autorités italiennes ont autorisé le musée américain à continuer d’exposer l’œuvre de Girolamo Romano, pendant l’enquête. (www.artclair.com)