coffret_rectangulaire_en_marqueterie_boulle_etain_1324999595047347

coffret_rectangulaire_en_marqueterie_boulle_etain_1324999595207478 

Coffret rectangulaire en marqueterie Boulle d'étain, de cuivre et de nacre sur fond d'ébène. Epoque Louis XIV. Photo Europ Auction - Paris

dessinant des motifs floraux, des rinceaux terminés par des serpents couronnés, des grappes de fruits stylisés, des pampres et deux putti en nacre appuyés sur des colonnes terminées par des feuillages. L'intérieur du couvercle est décoré d'un panneau en vernis Martin rouge et ocre, représentant une halte de cavaliers au bord d'une rivière. L 33, P 24 cm. Estimation : 120 000 / 150 000 €

Le célèbre ébéniste de Louis XIV, André-Charles Boulle (1642 - 1732), n'est pas l'inventeur de ce genre de marqueterie qui porte son nom mais son mérite fut de la porter à la perfection et d'en tirer de merveilleuses ressources. Depuis la fin du XVI° siècle, les Italiens incrustaient dans leurs meubles des pièces de rapport en cuivre, en étain, en ivoire, en nacre et en écaille, pour former de légers et capricieux ornements dont ils avaient emprunté l'idée aux artisans mauresques et aux décorateurs antiques. Marie de Médicis, puis Mazarin firent connaitre ces sortes de travaux en France, ou on les imitait avant Boulle. Les ouvrages de Boulle doivent beaucoup de leur splendeur à ces moulures vigoureuses, ces masques charmants, ces nobles bas-reliefs intimement associés à l'ébénisterie. L'ébéniste choisit des lamelles de matériaux divers, bois, écaille, métal, qu'il superpose et découpe ensemble. Les éléments obtenus sont ensuite insérés les uns dans les autres de façon à obtenir un décor aux coloris contrastés. Lorsque les motifs de métal se détachent sur un fond d'écaille ou de bois, c'est la “première partie”; dans le sens contraire, le dessin est similaire, mais les matières sont inversées : c'est “la contrepartie”.

Europ Auction - Paris. Mercredi 18 janvier 2012. Drouot Richelieu - Salles 5 & 6. Tel. +33 (0) 1 42 46 43 94