img17001_201203240026_141

img17001_201203240026_143

img17001_201203240026_139

img17001_201203240026_137

Vase en céramique de Biên Hoà, Vietnam, 1950-1960. Photo HdV de La Rochelle Sarl

à décor en léger relief de personnages, cavaliers, animaux divers et oiseaux de couleur brune sur fond beige;  haut. 40 cm, Estimation : 200/250€

HdV de La Rochelle Sarl. SAMEDI 24 MARS à 14H00. 20, rue Saint Louis 17000 La Rochelle. Tél. : 05.46.41.13.62 - Fax : 05.46.41.64.91 - Email : gueilhers.lavoissiere@wanadoo.fr

NoteLa céramique de Biên-Hòa 邊和 (nord de Saïgon) forme un groupe particulier de la production vietnamienne dans la mesure où elle doit sa renaissance et son évolution à l'intervention directe des autorités coloniales françaises. En 1903, est fondée, à l'initiative de Georges Maspéro, l'École des Arts Appliqués de Biên-Hòa qui a pour but de former des fondeurs d'art et surtout potiers et des céramistes, en s'appuyant sur une ancienne tradition populaire locale . La formation de l'École allie à l'esthétique issue de l'histoire vietnamienne (Dongson, Âu-Lạc, Thanh-Hóa, Giao-Chỉ, Chàm, Lê Antérieurs, Lý, etc.) des éléments chinois, khmers et français (Art Nouveau puis Art déco), ce qui donne à la production de Biên-Hòa un caractère synchrétique tout à fait particulier. La plupart des pièces sortent de l'École, mais les élèves installent des ateliers une fois leur diplôme obtenu, les potiers locaux s'inspirent de l'enseignement dispensé et quelques artistes et céramistes français installés à Saïgon ou de passage viennent tourner, travailler, émailler et créer à Biên-Hòa. En 1916, le céramiste Georges Serré, né à Sèvres en 1889 et qui travailla à la Manufacture Nationale, est nommé directeur de l'École des Arts Appliqués de Biên-Hòa. Autour de l'École se développa un centre actif de travail de la terre cuite et de la céramique durant toute la période coloniale. Une Association des Potiers et des Fondeurs de Biên-Hòa fut créée.

Les fours de Biên-Hòa continueront de fonctionner après 1954, mais la production deviendra de plus en plus ordinaire et stéréotypée, que l'on connaît sous le nom de céramiques de Đồng-Nai.