rare_bergere_par_jacques_pierre_letellier_133344620879997

rare_bergere_par_jacques_pierre_letellier_1333446209033366

rare_bergere_par_jacques_pierre_letellier_1333446209227212

11_2

Rare berère par Jacques-Pierre Letellier (seconde moitié du XVIIIe siècle), reçu Maître en 1747. Paris, époque Louis XV, vers 1755-1760photo Kohn

Hêtre repeint, chanvre d'origine, damas bis cannetillé vert (XVIIIe siècle, Tours?) et clou en bronze doré. H. 100 cm, L. 78 cm, P. 80 cm. Lot 11. Estimation : 50 000 / 70 000 €

Bergère en cabriolet à dossier cintré chantourné et enveloppant en hêtre mouluré, sculpté et peint. L'architecture générale de ce siège a été conçue tout en courbes et en contre-courbes sinueuses moulurées surlignées de motifs végétaux et d'agrafes au centre de la traverse supérieure du dossier, au centre de la ceinture et à l'amortissement du piètement cambré.

La retenue dans la forme des supports d'accotoirs, plus droits, ainsi que l'élégance mesurée déployée sur ce siège indiquent une réalisation au crépuscule du goût rocaille, vers 1755-1760.

La forme de ce siège répond à une certaine exigence comme l'indique Roubo dans l'Art du Menuisier " ces sortes de bergères… ne servent qu'aux dames, dont l'ajustement exige cette forme pour n'être point trop froissé et pour qu'elles soient assises commodément ".

Jacques-Pierre Letellier, reçu Maître en 1747, est membre d'une dynastie de menuisiers et d'ébénistes. D'abord installé rue du faubourg Saint-Antoine, il gagne ensuite la rue de Charenton. Il fabriqua toutes sortes de sièges ordinaires, de luxe et de commodité. Son Œuvre a été peu étudié et reste à découvrir.

On connaît, outre notre bergère, une suite de cinq fauteuils cannés en noyer sculpté livrés pour le Marquis de Paulmy et conservés au Pavillon de l'Arsenal, un fauteuil mouluré conservé en la ville de Melun, un ensemble de sièges Transition réputés provenir du Marquis de Marigny (reproduit dans Connaissance des Arts, n°69, mai 1969) et dont une partie est actuellement dispersée entre le siège d'AXA à l'hôtel de la Vaupalière et une grande galerie de la rive gauche, et enfin une bergère autrefois dans la collection Albert Kahn.

Cette exceptionnelle bergère de Jacques-Pierre Letellier a été récemment remise en état. Une peinture à l'huile et au blanc de plomb teintée de terre verte, dont des traces ont été retrouvées avant de programmer la restitution du décor original, accompagnée d'un rechampis en vernis à l'alcool et à la sandaraque souligne la profonde mouluration et la sculpture du siège, lui conférant un aspect similaire aux boiseries et au mobilier du grand salon d'Abondant (Musée du Louvre). Pour parfaire la restauration dans les règles du XVIIIe siècle, des clous dorés ont été refaits selon les techniques de l'époque et une étoffe de damas bis vert à effet cannetillé du milieu du XVIIIe siècle (Tours?) contemporaine du siège a été utilisée pour le recouvrir.

Prenant exemple sur des sièges illustrés sur la boîte de Choiseul (XVIIIe siècle), la garniture du dossier du siège a été faite avec des bouffettes. En effet, quoique le capitonnage soit largement associé au XIXe siècle, les bouffettes très en usage au XVIIIe siècle ont une fonction de maintien de la garniture du dossier comme en témoigne encore un fauteuil de Gourdin autrefois dans la collection d'Eugène de Rothschild.

Une bergère réalisée vers 1760 par Pierre Forget (1723-1789) et actuellement conservée aux Arts Décoratifs de Paris présente une composition similaire à celle de notre bergère.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES: Comte François de Salverte, Les Ebénistes du XVIIIe siècle, leurs oeuvres et leurs marques, 7e éd., Paris, 1985
Claude-Paule Wiegandt, Le Mobilier Français, Régence-Louis XV, éd. Massin, Paris, 1994

Kohn - Paris. Vendredi 13 avril 2012. Drouot Richelieu - Salle 1. Tel. +33 (0) 1 44 18 73 00.