07_06

Pendule borne d'époque Louis XVI . Dernier quart du XVIIIème siècle, probablement livrée par Dominique DaguerrePhoto: Christie‘s Images Ltd 2012.

En placage de loupe d'if, cinq plaques de porcelaine de Wedgwood et ornementation de bronze ciselé doré, le cadran émaillé blanc inscrit dans une boite rectangulaire reposant sur une base en plinthe ponctuée de scènes à l'antique. Hauteur: 45 cm. (17 2/3 in.) ; Largeur: 30,5 cm. (12 in.); Profondeur: 17 cm. (6 2/3 in.). Lot 52. Estimate: €80,000 - 120,000/$110,000 - 160,000. 

A Louis XVI Ormolu And Wedgwood Porcelain-Mounted Burr Yew Mantel Clock, circa 1785, Probably Delivered By Dominique Daguerre. 

Notes: On attribue à Simon-Philippe Poirier l'initiative d'associer des plaques de porcelaine au mobilier. La comtesse du Barry fut une cliente régulière de ce marchand-mercier, un des plus en vue dès le milieu du XVIIIème siècle. Associé à Dominique Daguerre en 1772, Simon-Philippe Poirier lui cède l'exclusivité de cette production en 1778. De ses liens commerciaux avec l'Angleterre, Daguerre obtient le monopole d'importation des plaques de porcelaine de la manufacture de Josiah Wedgwood en 1787 jusqu'à sa mort en 1796. Daguerre sut s'entourer des plus grands ébénistes que la fin du XVIIIème put compter : Adam Weisweiler, Martin Carlin, Claude-Charles Saunier, Nombreux sont les meubles nés de la collaboration de marchands merciers et d'ébénistes, incorporant ainsi des plaques de porcelaine de Wedgwood. Concernant des commodes, la célèbre série réalisée par l'ébéniste Guillaume Benneman et livrée pour la reine Marie-Antoinette pour son Salon de Jeux à Fontainebleau aujourd'hui conservée in situ est un jalon essentiel. On compte également des consoles (par Adam Weisweiler, Christie's Paris, 4 et 5 mai 2011), des secrétaires à abattant (musée Carnavalet, Paris) ou même des pendules comme dans le cas présent. 

Christie's. Steinitz : Paris. 20 June 2012. Paris