54958057923624428_lWVvLnZ8_c

Brûle-parfum. Vietnam, Dynastie des Lê (XVIIe siècle). Grès à couverte ivoire et verte. H : 32cm l : 25 cm P : 12.5 cm. M.C. 6397. Copyright © © Stéphane Piera / Musée Cernuschi / Roger-Viollet

Sous la dynastie des Mac (1527–1592) et des Lê Postérieurs (1533–1788), les céramiques destinées à orner les autels bouddhiques développèrent de nouvelles formes à l’esthétique « baroque » et aux décors foisonnants obtenus par application d’éléments en relief, préalablement moulés. Parmi cette production, on trouve des brûle-parfums comme celui du musée Cernuschi, mais aussi des chandeliers et des paires de statues de Nghê, cet animal fantastique protecteur du Buddha dont la légende fait l’un des Neufs Fils du Dragon.

Ce brûle-parfum présente une composition tripartite très architecturée. La base rectangulaire est ajourée et ornée de volutes de nuages stylisés tourbillonnants.

Les grands côtés de la partie médiane sont ornés d’un cartouche ovale quadrilobé où se déploie un dragon parmi les nuages, ou peut-être s’agit-il plutôt de flots écumants. Sur les petits côtés, le caractère de la longévité est inscrit dans un cartouche.

Les deux faces les plus larges de la partie supérieure sont encadrées par quatreNghê en méplat, appliqués, et sur les quatre angles supérieurs descendent quatre lions en relief de teinte verte. Trois dragons de face apparaissent dans des encadrements carrés délimités par deux bandes verticales lisses, recouvertes d’une couverte ivoire. Au-dessus, deux dragons s’affrontent de part et d’autre de la lune, sur un fond de nuages. La corniche est soulignée par une frise florale surmontée d’une rangée de pétales de lotus. Il ne subsiste que deux des quatre éléments couronnant les quatre angles de la corniche, où l’on peut voir un rinceau floral s’enroulant sur lui-même.

La partie supérieure évidée permettait d’y disposer les bâtonnets d’encens.

Le jeu de polychromie, obtenu en laissant à nu certaines surfaces où la pâte révèle sa couleur rosée et en en revêtant d’autres de couverte ivoire ou verte, est caractéristique de la production des fours de Bat Trang au XVIIe siècle. Anne Juin

Mode d'acquisitionDon de M. Héliot, 1922.

RéférencePhilippe Truong, The Elephant and the Lotus, Vietnamese Ceramics in the Museum of Fine Arts, Boston, MFA Publications, 2007, p. 225