54958057923771787_WcRVye7a_c

Saint Sébastien. Attribué à Pietro Tacca (Carrare, 1577 - Florence, 1653). Italie, probablement Florence, première moitié du XVIIe sièclePhoto Kohn

Argent. H. 48 cm, L. 18 cm

Provenance: Ancienne Collection Michael Hall

Bibliographie: Reproduit et répertorié dans Charles Avery et Michael Hall, Giambologna - La sculpture du Maître et de ses successeurs - Collection de Michael Hall, catalogue d'exposition, du 6 mai au 15 septembre 1999, Pais, Galerie Piltzer, éd. Somogy, Paris, 1999, p. 126 et 127

Cette statuette en argent figurant Saint Sébastien fut exécutée à partir d'un modèle dont la paternité, après d'âpres débats d'experts, revient à Pietro Tacca.

Il fut l'un des plus brillants élèves de Jean de Bologne (1524 ou 1529-1608), qui illumina l'Italie et l'Europe entière par son OEuvre, emprunt de maniérisme et d'exubérance de l'expressivité.
Ce Saint Sébastien témoigne de toute l'attention portée par l'artiste à l'anatomie du personnage que l'on perçoit quelque soit l'angle d'observation.
Sa chevelure virevoltante se poursuit ainsi du premier au second plan et révèle le travail du sculpteur plutôt que de l'orfèvre, malgré le matériau utilisé. Toute la tension du corps de Saint Sébastien est perceptible dans cette oeuvre, au regard de ses membres étirés, rythmés par une puissante musculature modelée avec souplesse.
Son fin périzonium répond lui aussi aux canons de l'esthétique maniériste, animé par un souffle violent.

La position de ses membres, notamment la façon de replier sa jambe gauche, exprime également cet art où les postures intenables et irréelles sont de rigueur.

Le visage qu'il adopte est également caractéristique de l'art de Tacca avec cette barbe et ces moustaches finement ondulées et terminées en volute.

Il est fort probable que cette oeuvre fut à l'origine fixée à un support en forme de tronc d'arbre, comme le montre l'élément de fixation visible sous un pied.

Cette sculpture figurait dans la grande Collection de Michael Hall, consacrée à Jean de Bologne et ses plus grands suiveurs comme les Susini ou Tacca.

On retrouve dans notre sculpture en argent les plaies laissées par les flèches visibles sur la poitrine et la cuisse, ressemblant à des coquilles.
Ce modèle est tout à fait inspiré par le Saint Sébastien en bronze de la collection des Princes de Liechtenstein , débarrassé de ses plaies, mais adoptant une position et une tension très proches. Si l'attribution ce modèle à Pietro Tacca semble faire l'unanimité de la critique spécialisée (Charles Avery, Johanna Hecht), il convient de noter qu'il subsiste toujours quelques personnes comme Michael Knut qui voit dans cette représentation l'œuvre de François Duquesnoy (1597 - 1643), artiste de grand talent qui travailla notamment pour le Pape Urbain VIII.

Cette surprenante posture de Saint Sébastien connut un immense succès dans toute l'Europe au XVIIe siècle. Répondant à l'archétype de l'art maniériste, elle fût reprise par plusieurs artistes notamment de tradition picturale.

Kohn. Samedi 15 septembre 2012. Hôtel Le Bristol, Salon Castellane - 112, rue du Faubourg Saint Honoré - 75008 Paris. http://www.kohn.fr