54958057923774148_AcyoUKsV_c

54958057923774154_GJpTxTIl_c

Table-bureau dit « Mazarin » en marqueterie Boulle. France, époque Louis XIVPhoto Kohn

Bâti de chêne et sapin, écaille rouge, laiton et bronzes dorés. H. 79 cm, L. 118 cm, P. 67 cm - Estimation : 100 000 / 120 000 €

Cette table-bureau de forme rectangulaire présente un somptueux décor en marqueterie Boulle et constitue une des innovations majeures de l'ébénisterie sous le règne de Louis XIV.

Il ouvre en façade par un tiroir central surmontant un guichet situé en retrait. Deux pans coupés font le lien avec les deux corps latéraux comprenant chacun trois tiroirs.

La partie basse de ces éléments est rythmée par des campanes.

Il est recouvert d'un large plateau ceint d'une lingotière en bronze doré et repose sur huit pieds en console désaxés, placés quatre à quatre sous chaque bloc de tiroirs.

Ces consoles sinueuses se prolongent en quatre montants puissants adoptant la même forme courbe. Deux croisillons relient les pieds terminés en toupie.

Cette table-bureau, outre sa forme caractéristique propre au Grand Siècle, tire sa magnificence de son décor en marqueterie Boulle en contrepartie, où le laiton dominant se détache sur un fond d'écaille rouge.

L'ensemble du meuble est ainsi décoré ; le plateau, les tiroirs, les pans coupés mais aussi les pieds dont la cambrure rend très délicat le recours à cette technique.

Le décor représenté où se déploient à l'envie guirlandes, draperies légères, lambrequins, animaux et figures de grotesques sous des baldaquins trouvent son inspiration dans l'oeuvre du plus éminent ornemaniste sous Louis XIV, Jean Bérain (1639-1711), nommé « Dessinateur des Menus Plaisirs du Roi ».
Un tel décor se rapproche fortement d'un bureau réalisé par Nicolas Sageot (1666 - 1731), illustre représentant de la marqueterie Boulle au tout début du XVIIIe siècle (Musée du Petit Palais). Sur le guichet par exemple, on observe un musicien dans un décor théâtral emprunté ici aux modèles de Lepautre tout à fait identique à celui que nous présentons.

L'ornementation des tiroirs est également très proche. On note cependant quelques variantes qui empêchent de voir dans ce meuble du Petit Palais la marqueterie en première partie de notre bureau. Cependant, dans le catalogue de l'EXPOSITION qui s'est tenue à Frankfort André-Charles Boulle - un nouveau style pour l'Europe, il est indiqué que Nicolas Sageot prit soin de prendre quelques libertés avec les sujets et remplaça les cupidons visibles sur le guichet par des libellules comme c'est le cas dans notre meuble et sur des bureaux attribués à cet artiste à Stockholm et Petworth.

Ces nombreuses similitudes avec le travail de Sageot attestent de nouveau la grande qualité de ce bureau.
Ce foisonnement décoratif demeure tempéré par une parfaite symétrie que l'on retrouve dans l'architecture d'ensemble de ce meuble.

La somptuosité du travail de marqueterie et l'aspect monumental de la caisse sont habilement complétés par des éléments de vide comme les pieds en crosse ou les croisillons qui les relient ; conférant à ce meuble un parfait équilibre et une certaine légèreté.
Ce type de bureau, appelé abusivement « Mazarin » depuis le XIXe siècle, pouvait avoir à l'origine plusieurs fonctions et faire office de table de toilette ou de serre-bijoux notamment lorsqu'il était doté de gradins.
Dans les cabinets masculins, il renfermait souvent les documents de valeur ou la correspondance. La très grande qualité d'exécution de ce meuble aux décors réalisés dans des matériaux très coûteux pour l'époque montre la richesse de son propriétaire, probablement membre de la haute aristocratie.

Le Victoria and Albert Museum de Londres possède un modèle de bureau tout à fait comparable à celui que nous présentons, tant du point de vue de son architecture que de son ornementation (campanes, pieds et montants en console).

Il constitue un véritable marqueur de l'histoir de l'art de l'ébénisterie, témoin d'une époque où formes et décors, en perpétuelle mutation, sont aux mains des plus grands artistes de l'époque.

Références bibliographiques: Collectif, André-Charles Boulle - un nouveau style en Europe, catalogue d'exposition, du 30 octobre 2009 au 31 janvier 2010, Francfort, éd. Somogy, 2009

Kohn. Samedi 15 septembre 2012. Hôtel Le Bristol, Salon Castellane - 112, rue du Faubourg Saint Honoré - 75008 Paris. http://www.kohn.fr