5ef82d12fc9bd13bc689059101689697

Jan Fabre, Gisant (Hommage à E. C. Crosby- Tribute to E.C. Crosby), 2012. marbre blanc de Carrare. Dimensions: H55 X L195 X W74 cm, base size H73 x L270 x W185 cm. Courtesy galerie Daniel Templon, © Jan Fabre

Jan Fabre rend hommage à deux personnalités dont les découvertes ont éclairé le siècle passé: Elizabeth Caroline Crosby (1918-1983), neuro-anatomiste américaine, et Konrad Lorenz (1903-1989), biologiste et zoologiste autrichien. Fervent défenseur du dialogue entre les champs de la connaissance, Jan Fabre a déjà travaillé sur les neurosciences, notamment avec le film Is the brain the most sexy part of the body? 

Si les sculptures funéraires invitent à la méditation sur la vanité de l'existence, la mise en scène de Jan Fabre questionne les liens de l'homme avec la nature et sa propre nature. Le cerveau, siège de l'intelligence et de la créativité, apparaît comme un protecteur, un guide possible dans l'au-delà. Les insectes — papillons, abeilles, araignées, scarabées - adoptent la fonction traditionnellement dévolues aux chiens ou aux lions des sépultures royales, posés aux pieds des gisants: celle de la résurrection.  

Né en 1958 à Anvers, Jan Fabre est reconnu depuis la fin des années 1990 pour son œuvre d'homme de théâtre et de plasticien. Il s'intéresse depuis 1976 à l'art de la performance, et se lance en 1980 dans la mise en scène et la chorégraphie. Depuis, il a réalisé une trentaine de pièces mêlant danse et théâtre, dont la radicalité déclenche régulièrement la polémique, comme Je suis sang (2000) ou L'Orgie de la Tolérance(2009). En mai 2013 il présentera au Théâtre de la Ville à Paris The Tragedy of a Friendship consacré à la relation entre Nietzsche et Wagner. 

Dessinateur invétéré, Jan Fabre crée des sculptures, modèles et installations qui font vivre ses grands thèmes de prédilection tels que la métamorphose ou l'artiste comme guerrier de la beauté. Parmi ses expositions personnelles les plus marquantes on peut citer celle du Museum voor Hedendaagse Kunst à Anvers en 2006 et du Musée du Louvre en 2008. Récemment, l'artiste a fait l'objet d'expositions au Kröller-Müller Museum d'Otterlo au Pays-Bas (Hortus/Corpus, 2011), au Kunsthistorisches Museum de Vienne et au Musée d'art moderne de St Etienne (Jan Fabre. Les années de l'heure bleue, 1986 – 1991, 2011). 

Le catalogue bilingue anglais/français de l'exposition, avec des textes de Marie Darrieussecq, Vincent Huguet et Bernard Marcelis, sera disponible à la mi-février 2013. 

54958057925168081_ykspP02v_c

Jan Fabre, Gisant (Hommage à E. C. Crosby- Tribute to E.C. Crosby), 2012. Détail du lit mortuaire d’Elizabeth Crosby. Courtesy galerie Daniel Templon, © Jan Fabre

893f4beb290e0716a4601dea31811545

Jan Fabre, Gisant (Hommage à E. C. Crosby- Tribute to E.C. Crosby), (détail), 2012. Courtesy galerie Daniel Templon, © Jan Fabre

et voici des photos prises par moi-même...

DSCN1123

DSCN1128

DSCN1124

DSCN1125

DSCN1126

DSCN1127

DSCN1131

DSCN1132

DSCN1136

DSCN1133

DSCN1148

DSCN1134

DSCN1137

DSCN1138

DSCN1139

DSCN1141

DSCN1142

DSCN1143

DSCN1144

DSCN1145

DSCN1146

DSCN1147

DSCN1151

DSCN1152

DSCN1130

DSCN1129

DSCN1140

DSCN1149

DSCN1164

DSCN1165

DSCN1153

DSCN1166

DSCN1167

DSCN1155

DSCN1156

DSCN1157

DSCN1159

DSCN1160

 

DSCN1162

DSCN1163