11

Atlas portant une sphère armillaire. Allemagne, XVIème (pour la sphère) et Italie, XVIIe siècle (pour le bronze) - Sotheby's

la sphère armillaire en laiton composée des cercles, non-gradués, de la primum mobile, de l'équateur, des tropiques de Cancer et de Capricorne et des cercles polaires nord et sud; l'écliptique gravé des signes du zodiaque avec leurs symboles, chacune divisée à 30° par groupes de dix, la terre representée par une sphère en ivoire avec axe en fer;  la sphère portée par une figure d'Atlas en bronze patiné placé sur un socle trilobé en bronze doré et marbre vert Antique. Quantité: 2. Haut. 31 cm, diam. (sphère) 10,5 cm. Height 12 1/5 in; diam. (sphere) 4 1/8 in. Estimation: 15,000 - 20,000 EUR - Lot. Vendu 55,500 EUR

AN ITALIAN 17TH CENTURY BRONZE FIGURE OF ATLAS, CARRYING A 16TH CENTURY GERMAN BRASS ARMILLARY SPHERE

BIBLIOGRAPHIE: Hommage à Nicolas Landau, Prince des Antiquaires (1887-1975), galerie Kugel et Vervoordt, Paris, 2006, p. 32.
H. Demoriane, "Les Instruments Scientifiques du temps passé", Connaissance des Arts, janvier 1966, p. 84.
S. Guye, H. Michel, Mesures du Temps et de l'Espace, horloges, montres et instruments anciens, Fribourg, 1970, p.215.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES: Palais Farnèse, de la Renaissance à l'Ambassade de France, cat. exp. Rome, Palais Farnèse,2010-2011, p. 375-377, n°96.
Sphères, l'Art des Mécaniques célestes, cat. exp. Paris, Galerie Kugel, 2002, pp. 102-105, cat A5.
Die Beschwörung des Kosmos, Europäische Bronzen der Renaissance, cat. exp. Duisburg, 1994, pp. 32-39.
A. Radcliffe, The Robert H. Smith Collection, Bronzes, 1500-1650, Londres, 1994, p. 98-103, n°17.

NOTE DE CATALOGUE: Lorsqu' Alexandre Farnèse acheta au XVIème siècle le célèbre marbre romain d'Atlas supportant la sphère céleste pour l'installer dans la "salle de l'Atlas" du Palais Farnèse, la renommée et l'intérêt qu'il suscita ne firent que croître pour des raisons aussi bien artistiques que scientifiques. C'est à partir de ce modèle que se développèrent les premières sphères armillaires hollandaises et allemandes commes celles d' Erasmus Habermel (1538-1606), artiste à la cour de l'empereur Rodolphe II ou Jérome Martinot (1671-1725), à celle de Louis XIV. La transformation de l'objet de mesure en luxueux objet d'art recherché par les collectionneurs entraîna la création de nombreuses sculptures d'Atlas ou d'Hercule supportant des sphères ptolémaiques rigoureusement conçues. L'Atlas de Girolamo della Volpaia en bronze doré datant de 1571 de la collection Friedlander-Ful est à cet instar emblématique et a pu être connu par le sculpteur de notre bronze. Pour le modelé du torse, la ciselure des cheveux et de la barbe ainsi que certains détails tels que la puissance de l'arcade sourcilière, l'artiste a également pu s'inspirer du modèle d'Hercule portant le globe céleste réalisé par Ferdinando Tacca à Florence vers 1640-1650 (Robert H. Smith Collection). La double nature du titan est parfaitement exprimée par cette fonte, la force du géant qui soutient la sphère celeste de ses deux mains mais aussi la souffrance résignée et l'introspection profonde du sujet.

Sotheby's. Collection de Nicolas Landau et Jacqueline Goldman. Paris | 08 avr. 2013 - www.sothebys.com