table-servante-par-adam-weisweiler-1744-1820-recu-maitre-ebeniste-en-1371116142142053

table-servante-par-adam-weisweiler-1744-1820-recu-maitre-ebeniste-en-1371116285833305

table-servante-par-adam-weisweiler-1744-1820-recu-maitre-ebeniste-en-1371116287349258

table-servante-par-adam-weisweiler-1744-1820-recu-maitre-ebeniste-en-1371116289307464

Table servante. Par Adam Weisweiler (1744-1820). Reçu Maître Ebéniste en 1778, Paris, époque Louis XVI, vers 1785-1790Photo courtesy Kohn

Bâti de chêne, ébène, cuivre doré, bronze doré et marbre vert antique Estampillé A.WEISWEILER et poinçon de jurande JME.H. 78,5 cm, L. 57 cm, P. 42 cm. Estimation : 180 000 / 250 000 €

Les lignes épurées de cette table entièrement plaquée d’ébène illustre parfaitement le talent d’Adam Weisweiler, un des ébénistes les plus ingénieux et novateurs de la fin du XVIIIe siècle.
Le plateau rectangulaire coiffé d’un marbre vert antique repose sur quatre pieds fuselés aux cannelures garnies de cuivre et terminés en toupie.
Ils sont sommés de chapiteaux en bronze doré.
L’entretoise en X est ajourée et centrée d’un vase retourné formant plateau.
Cette table, d’une très grande élégance, porte l’estampille de Weisweiler dont la carrière fut étroitement liée aux commandes des marchands-merciers comme Poirier puis son successeur Daguerre. Grâce à ces contacts, il fournit ainsi plusieurs oeuvres pour la Cour de France,
celle de Naples et pour la haute aristocratie anglaise. Avec cette table, Weisweiler porte à son paroxysme l’épuration des formes inspirées par l’Antiquité en recourant à la sobriété des placages d’acajou ou comme ici d’ébène.
Il réalisa plusieurs tables de ce type aujourd’hui conservées dans de prestigieuses institutions comme celle du Musée Nissim de Camondo provenant de la collection Stroganoff de Saint-Pétersbourg, coiffée également d’un marbre vert antique. Citons également celles figurant dans de grandes collections telles celle de Wrightsman avec plateau de porphyre ou d’Hubert de Givenchy, cette dernière étant légèrement plus grande avec un dessus composé d’échantillons de marbre.
Il est très probable que l’invention de ce modèle de table revienne à Dominique Daguerre comme semble le révéler son inventaire après décès dressé en 1797 qui cite une table de ce genre ainsi décrite : « une petite table quarée longue établie en ébène avec pieds en guêne à cannelures d’étain entrejambe a filet, baguette et quarderons en cuivre doré et marbre moucheté vert et blanc (…) ».

Kohn. Mardi 2 juillet 2013. HÔTEL LE BRISTOL – SALON CASTELLANE 112 rue du Faubourg Saint Honoré – 75008 Paris.