coffret-attribue-david-altenstetter-1547-1617-allemagne-du-sud-1371116049277052

coffret-attribue-david-altenstetter-1547-1617-allemagne-du-sud-1371116322679177

coffret-attribue-david-altenstetter-1547-1617-allemagne-du-sud-1371116323429012

coffret-attribue-david-altenstetter-1547-1617-allemagne-du-sud-1371116324344007

coffret-attribue-david-altenstetter-1547-1617-allemagne-du-sud-1371116326804082

coffret-attribue-david-altenstetter-1547-1617-allemagne-du-sud-1371116328840470

coffret-attribue-david-altenstetter-1547-1617-allemagne-du-sud-1371116330690224

Coffret. Attribué à David Altemsttter (1547-1617),  Allemagne du Sud, Augsbourg, vers 1600. Photo courtesy Kohn

Ebène, argent doré et émaux translucides. H. 14,5 cm, L. 29,5 cm, P. 18,5 cm.  Estimation : 150 000 / 200 000 €

Ce rare coffret de forme rectangulaire se pare d’un somptueux décor en argent doré et émaux translucides que l’on peut attribuer, au regard de leur qualité et de leur iconographie à David Altenstetter, un des plus fameux émailleurs et orfèvres du début du XVIIe siècle. Présents sur chaque face, les motifs d’argent doré se composent de cartouches dit « en cuir découpé » inspirés par la sculpture et l’architecture de la Renaissance.
Ils s’agrémentent de personnages en gaine, d’oiseaux et insectes parmi la végétation. Au centre de ces cartouches se détachent de superbes médaillons réalisés en émaux translucides sur fond or figurant des scènes de l’Antiquité, d’animaux tels coq ou mouton et d’insectes, chenille, libellule.
Le revers du couvercle, agrémenté d’un miroir ovale, reçoit également un somptueux décor en argent doré avec notamment deux chouettes posées sur un enroulement. Aux angles figurent d’élégantes figures en gaine aux visages ailés, motif caractéristique des productions d’Augsbourg au XVIe siècle.
Ce coffret témoigne de la grande virtuosité des orfèvres de cette époque et illustre le renouvellement des arts précieux dont David Altenstetter fut l’un des plus dignes représentants.
Il est possible de lui attribuer la réalisation de notre oeuvre en la comparant avec d’autres connues du maître et conservées dans les institutions muséales.
La figure du personnage alangui visible au centre du couvercle de notre coffret est très similaire à celle sur un écoinçon d’un miroir de la main de notre artiste et conservé au Milwaukee Art Museum.
Les figures d’animaux et d’insectes sont également très présentes dans son Œuvre comme le montrent la coupe de la Wallace Collection , celle du Musée d’Ecouen , la pendule du Kunsthistorisches Museum de Vienne ou encore le miroir octogonal conservé en mains privées. Tous ces exemples arborent une extraordinaire ornementation en émaux polychromes d’une grande finesse et d’une grande élégance constituée d’un exubérant déploiement de rinceaux gracieux agrémentés de libellules, d’oiseaux et autres animaux hybrides. A noter que la représentation de la libellule semble être une signature de cet orfèvre.
Altenstetter était considéré comme le meilleur orfèvre de son temps selon le grand marchand d’art de l’époque Philipp Hainofer (1568- 1636). A la mort de l’artiste, ce dernier écrira : « Combien de fois l’ai-je averti que son art de mélanger le métal et l’émail n’avait jamais été égalé et qu’il emporterait son secret à sa mort ».
Altenstetter fut reçu comme Orfèvre-membre de la guilde d’Augsbourg en 1573 et travailla notamment pour l’Empereur Rodolphe II de Prague. Ses dessins d’émaux trouvent leur inspiration essentiellement dans les œuvres des ornemanistes Daniel Mignot et Corvinianus Saur, installés à Augsbourg dans les années 1590.
Il est intéressant de noter que pour des raisons techniques, l’argent recouvert d’émaux devait avoir un titre supérieur à la norme légale (13 lötig à Augsbourg) ; c’est pourquoi Altenstetter ne poinçonnait pas systématiquement ses œuvres, considérant qu’il n’avait pas à justifier du titre minimum requis.

Kohn. Mardi 2 juillet 2013. HÔTEL LE BRISTOL – SALON CASTELLANE 112 rue du Faubourg Saint Honoré – 75008 Paris.