dromadaire01-1024x1024

dromadaire25-1024x1024

dromadaire48-1024x1024

dromadaire71-1024x1024

Dromadaire, Francfort ou Dresde, vers 1700-1710. Entourage de Johann Melchior Dinglinger (Ulm 1664-Dresde 1731). Galerie J.Kugel © 2013

En argent doré, perle baroque, diamants et lapis-lazuli. H. 7,1 cm ; H. (avec base) 9,8 cm ;  L. 9 cm ; P. 6 cm. Prix sur demande

Provenance: Paul Wallraf, Londres
Ruth Blumka, New York

Bibliographie: Sutton Denys, “Works of Art from the Paul Wallraf Collection” The Connoiseur, Juin 1961, p. 12
Thorndike Lynn, The History of magic and Experimental Sciences, New York, 1923-1958, vol. VII pp. 196-197, 243

Exposition: The Age of the Marvelous, Hood Museum of Art, Darmouth College, New Hampshire, 1991, p. 262, cat. 36

Le dromadaire est constitué de deux perles baroques, l’une formant la tête et l’autre le corps, montées sur les quatre pattes et le cou en argent ciselé et doré. Deux petits diamants forment les yeux. Le chameau est fixé sur une base rectangulaire en lapis-lazuli d’époque postérieure. 

Cet exceptionnel dromadaire est réalisé à partir d’une gigantesque perle baroque. Les figures d’animaux avec un corps en perle baroque étaient très en faveur à la Cour d’Auguste le Fort à Dresde. Ils se rencontrent sous forme de pendant ou de figurine sur socle. Les plus précieux étaient montés en or et émaux. Un petit dromadaire (Syndram, D., « … und ein Leib von Perl », Dresde, 2000, p. 57) en perle baroque montée en or émaillé fait partie des collections de la Voûte verte à Dresde. Une chèvre (ibid., p. 69) également conservée à la Voûte verte, en perle baroque et or, présente un traitement similaire au présent dromadaire.

L’artiste qui le réalisa se situe dans le sillage du grand orfèvre, Johann Melchior Dinglinger qui domina l’art de la cour d’Auguste II de Saxe au début du XVIIIe siècle et dont les œuvres, caractérisées par la richesse des matériaux et la profusion de perles baroques, camées et pierres fines, sont conservées en grande partie à la Voûte verte de Dresde. Ce dromadaire, malgré le choix des matières, reste sobre et se distingue avant tout par la qualité de la ciselure.

Galerie J.Kugel. Les œuvres seront visibles sur rendez-vous à la galerie jusqu'au 8 novembre. Du lundi au vendredi de 10h à 13h, et de 14h30 à 18h30. 25 Quai Anatole France, 75007 Paris, France - +33 (0) 1 42 60 86 23 - http://www.galeriekugel.com