3e5f0a9d8e027faffdbe1215d1379951

4 - Portrait-charge du peintre Jombert, les bras ballants, 1773-1774, Paris musée du Louvre, (c)RMN - Grand Palais (musée du Louvre)

0059da57b74f88e4c922ecf66931d078

89-003764

2604ccac9aae9990302b4a15d8c2980e

37043-front-closed

Paire de grands vases cornet en porcelaine de Chine céladon gaufré d'époque Quianlong (1736-1795) à monture de bronze doré de la fin de l'époque Louis XV, vers 1770. Photo Sotheby's.

A PAIR OF IMPORTANT GILT-BRONZE-MOUNTED CHINESE CELADON PORCELAIN "GU" VASES, THE PORCELAIN QING DYNASTY, QIANLONG PERIOD (1736-1795), THE MOUNTS LATE LOUIS XV, CIRCA 1770

le vase de forme cornet à renflement dite "Gu", décoré de fleurs et feuillages en relief, ceint au col de joncs rubannés surmontant une frise de feuilles d'eau, flanqué d'anses en enroulement terminées par des feuilles d'acanthe et comportant des anneaux en guirlandes de feuilles de laurier, reposant sur un socle à décrochements rehaussés de feuilles d'acanthe et orné d'une frise de feuilles d'eau. Quantité: 2. Haut. 54,5 cm, larg. 27 cm- Height 21 1/2 in; width 10 2/3 in - Estimation 300,000 — 500,000 EUR

Cette paire de vases est exceptionnelle par leur taille imposante et par la beauté des montures de bronze. La porcelaine céladon était particulièrement prisée au XVIIIe siècle par les grands amateurs occidentaux qui admiraient l’infinie délicatesse de cette nuance inédite en Europe, allant jusqu’au vert pâle, argenté, presque transparent. Il est à noter que certains catalogues de vente de l'époque décrivaient à tort cette porcelaine comme provenant du Japon (cf. G. Wilson, Mounted Oriental Porcelain in the J. Paul Getty Museum, Los Angeles, 1999, p. 17).

Certaines pièces en céladon furent alors montées de bronze doré mais la plupart étaient de petites dimensions, allant de la coupe au petit vase, format bien éloigné de nos grands vases. A Paris, le marchand Lazare Duvaux fournissait à ses clients de nombreuses pièces en céladon de formes diverses, souvent montées par le bronzier Jean-Claude Duplessis. Sous le n°601 de son livre-journal, il livra en septembre 1750 au marquis de Voyer d'Argenson "deux gros vases de porcelaine céladon, montés par Duplessis en bronze doré d'or moulu" pour la somme considérable de 3000 livres. Le mois suivant, sous le n°621, c'est une garniture comprenant "quatre morceaux de porcelaine céladon, dont deux en forme de cornets et deux poissons, le tout garni en bronze doré d'or moulu" qui fut facturée 3 600 livres à la marquise de Pompadour (Livre-journal de Lazare Duvaux, Paris, 1965, pp. 60-63).

Il est néanmoins peu fréquent de trouver mention de vases cornet en céladon de cette taille dans les catalogues de vente ou les inventaires de l'époque. Au n°85 de la vente de M. de Selle, le 19 février 1761, étaient proposés "Deux beaux Cornets de 18 pouces de haut, ayant un renflement sphérique au milieu ; ils sont d'ancienne Porcelaine céladon gauffrée". Il n'est d'ailleurs pas impossible que nos vases aient figuré dans la collection du Trésorier Général de la Marine, célèbre amateur des meubles de Boulle et de Cressent, avant d'être montés en bronze doré.

170PF1430_5T9CF_Comp_1

D'autant plus rares sont ceux parvenus jusqu'à nous. Seule une paire se rapproche de notre modèle, mais avec une monture de bronze doré d’un dessin plus rocaille. Elle fut vendue par l’étude Piasa, hôtel Drouot, le 9 décembre 2011, lot 25 et provenait de la collection du banquier François-Michel Harenc de Presle (1710-1802). Le catalogue de la vente de la collection de ce célèbre collectionneur en 1792 faisait ainsi mention de « Deux grands cornets à dessin de feuilles de relief, richement garnis en bronze, de genre à rinceaux d’ornement. Nous croyons que l’un de ces deux vases a été cassé et caché par la monture. Hauteur 19 pouces, diamètre 10 ».

Sotheby's. Ancienne collection de la vicomtesse de Courval. Paris | 25 mars 2014 - http://www.sothebys.com/