1400841285290360

Pendentif en spirale latérale divergente, Sinu, Colombie, 400-900 après JCPhoto courtesy Alain Castor - Laurent Hara

il peut symboliser les seins d'une divinité nourricière ou les yeux hypnotiques et concentriques d'un animal nocturne, animal totem des shamans ou des guerriers.
Les spirales sont réalisées avec maitrise et équilibre pour former un ensemble artistique d'un grand modernisme.
Cette œuvre de taille et de poids important devait être arboré par un haut dignitaire au cours des cérémonies.
Elle peut être comparée avec un exemplaire proche conservé au Musée de l'or de Bogota ( Inv.32303 ).

Or découpé et martelé. 9,4x16,7cm. 134,4grs. Estimation : 7 000 € / 10 000 €

Bibliographie : Trésors de Colombie, Abbaye de Daoulas, exposition de Juin à Septembre 1990, page 79 fig.126.

La région de Sinu est située dans les plaines tropicales des Caraïbes; ces dernières sont constituées de marécages, d'estuaires, de savanes et de forets peuplés d'une faune variée.
A l'époque précolombienne, la région Sinu était divisée en trois provinces. Chacune d'elles avaient des activités économiques différentes (production de nourriture, exploitation de l'or, et fabrications
diverses) .
Leur chef appartenait au même lignage et se transmettait le pouvoir de génération en génération.
Il contrôlait la distribution des produits dont les échanges s'effectuaient à travers un réseau commercial efficace.
Les sinu, ou zenues en langue vernaculaire, étaient réputés comme étant des orfèvres hors pairs.
Ils échangeaient avec des groupes voisins leur production d'or et leurs réalisations artistiques. Pendant la période d'apogée, entre le Vème et Xème siècle après JC, les pièces essentielles produites étaient des pectoraux momiformes en or de qualité comme celui-ci, des boucles d'oreilles en faux filigrane réalisées à la cire perdue, des anneaux de nez en forme de lunule, des colliers et des grelots.

Ils avaient pour habitude de conserver les momies des personnages les plus importants qui participaient par la suite comme des êtres vivants aux cérémonies rituelles et guerrières. Selon les chroniques espagnoles, les Sinu avaient construit des temples qui pouvaient contenir près de 1000 personnes pour y adorer des idoles couvertes d'or.
Ces écrits ont contribué aux fantasmes et mythes quant à l'Eldorado.

ALAIN CASTOR - LAURENT HARA. Art de l'Amérique Pré-Colombienne. 16 Juin 2014 à 14h. DROUOT RICHELIEU - SALLE 4 - 9, RUE DROUOT - 75009 PARIS. Tel: 01 48 00 20 06