1402482975664408

1402482977931242

Console d'époque baroque, Travail génois de la fin du XVIIe siècle, attribuée à Filippo Parodi. Photo ARTCURIAL - BRIEST-POULAIN-F.TAJAN

En bois sculpté et doré, dessus de marbre rouge Languedoc restauré, la ceinture à motif de feuilles de laurier, pampres et feuilles de chêne, flanqué de montants antérieurs en forme d'enfants retenant des cornes d'abondances et en forme de pilastres agrémentés de draperies et feuilles de laurier stylisées à l'arrière, reposant sur un plinthe à l'imitation de la roche centrée d'un aigle aux ailes déployées. H. : 95 cm (37 ½ in.) - l. : 173 cm (68 in.) - P. : 82,5 cm (32 ½ in.). Estimation : 40 000 € / 60 000 €

A GENOVESE BAROQUE GILTWOOD CONSOLE, LATE 17TH CENTURY, ATTRIBUTED TO FILIPPO PARODI

Cette exceptionnelle console s'inscrit dans la production baroque génoise de la fin du XVIIème siècle et peut être mise en relation avec l'œuvre d'un de ses artistes majeurs : Filippo Parodi (1630-1702).

Il fut probablement l'un des meilleurs sculpteurs génois du style baroque, jusqu'alors dominé par les artistes lombards et romains. Ses œuvres sont influencées par le baroque romain, avec lequel il s'est familiarisé au cours de son apprentissage auprès de Gian Lorenzo Bernini entre 1655 et 1661. Son talent, reconnu notamment au sein de la République de Gênes où il travailla pour la famille Doria, lui valut de travailler également à Padoue à la Basilique Saint-Antoine ou encore à Venise pour le monument funéraire de l'évêque Morosini. Son art fut également apprécié par les Princes de Liechtenstein pour lesquels il réalisa deux bustes figurant les Vices et les Vertus.
Par sa taille et par la qualité de sa sculpture, cette console a probablement été conçue pour une demeure de l'aristocratie génoise.

En témoigne la présence d'un aigle aux ailes déployées au centre du socle rocailleux. Cet aigle figurait en effet sur l'armoirie de la famille Doria. Nous le retrouvons sur un certain nombre de pièces attribuées à Filippo Parodi : citons par exemple une paire de torchères conservée à Rome au Palais Doria-Pamphili et illustrée dans A. Gonzales Palacios, Il Mobile in Liguria, 1996, fig. 91-92 p. 84 ; citons aussi une console en bois sculpté et doré conservée dans la même résidence et illustrée dans (ibid. p. 94). Enfin, signalons une autre console faisant partie d'une collection particulière italienne et illustrée dans E. Colle Il Mobile Barocco in Italia, Electa, Milano, 2000 p. 220.

Le socle rocheux richement sculpté sur lequel repose notre console se rattache aussi à l'œuvre de Filippo Parodi. Nous le retrouvons en effet sur diverses œuvres attribuées à l'artiste génois, comme dans l'extraordinaire miroir et les sculptures de la Villa Durazzo à Albisola, ou une console aujourd'hui conservée à Milan auprès des Civiche Raccolte d'Arte applicata et une importante console représentant des tritons conservée au Palais Doria-Pamphili à Rome (cf. E. Colle Il Mobile Barocco in Italia, Electa, Milano, 2000, pp. 219-220-225).

Cette dernière a été étudiée par Alvar Gonzales Palacios qui l'a attribuée à l'atelier de Filippo Parodi sur la base de certaines ressemblances stylistiques avec les sculptures conservées à la Villa Albisola à Durazzo. La console Doria-Pamphili présente des similitudes aussi avec notre modèle : les tritons qui forment les montants antérieurs soutenant une frise de feuilles de chêne et pampres de vigne richement sculptée en continu témoigne d'un goût pour les volumes prononcés que nous retrouvons sur la ceinture de la console que nous présentons. L'expressivité des visages, le mouvement affecté des corps et la finesse de la sculpture des putti de notre console sont aussi à mettre en relation avec une console génoise de la fin du XVIIème siècle aujourd'hui conservée au Museo Civico de Pesaro (cfr. E. Colle, Il Mobile Barocco in Italia, Electa, Milano, 2000 p. 224).

Notons qu’une paire de consoles ornée du même aigle et serments de vigne reposant sur un socle rocailleux, lui-même soutenu par des figures sculptées, a été vendue par Christie’s Londres, le 6 juillet 2006, lot 56.

ARTCURIAL - BRIEST-POULAIN-F.TAJAN. 08 Juillet 2014. HÔTEL DASSAULT - 7 ROND POINT DES CHAMPS-ELYSÉES, 75008 PARIS. Contact: Gabrielle Richardson au +33 1 42 99 20 68.