5

Anselm Kiefer, L'alchimie du livre : Affiche

PARIS - La Bibliothèque nationale de France organise une exposition consacrée aux livres d’Anselm Kiefer. Avec une scénographie inédite signée par l’artiste allemand, l’exposition dévoilera plus d’une centaine de livres réalisés entre 1968 et 2015, associés à des sculptures et des tableaux récents. Une occasion unique de découvrir l’aspect le plus intime du travail de cet artiste contemporain majeur et de comprendre le rôle essentiel que joue le livre dans son processus de création.

6

Anselm Kiefer, Shevirat Ha-Kelim (Le bris des vases), 2011© Anselm Kiefer Photo © Avraham Hay

« Au moment même où il réfléchissait à sa grande rétrospective au Centre Pompidou, Anselm Kiefer nous a confié son désir de mettre en valeur séparément l’aspect le plus personnel et le moins exposé de son œuvre. J’ai immédiatement répondu à ce vœu, en lui donnant carte blanche pour présenter ses livres à la BnF », déclare Bruno Racine, président de la BnF. 

7

Anselm Kiefer, Les Reines de France, 1996, Fusain, crayon, émulsion, acrylique, fleurs séchées et plantes sur carton, 101 x 90 x 9 cm© Anselm Kiefer Photo © Atelier Anselm Kiefer

Exposé dans le monde entier, Anselm Kiefer est connu essentiellement pour ses tableaux et ses sculptures alors que ses livres qui fondent l’œuvre et représentent soixante pour cent de son travail, n’ont, paradoxalement, jamais fait l’objet d’une rétrospective en France. 

8

Anselm Kiefer, Das Lied von der Zeder - Für Paul Celan, 2005, Peinture à l’huile, émulsion, shellac, photographie montée sur carton, Couverture, 63.5 x 43.5 x 3.5 cm. BNF, Réserve des livres rares © Anselm Kiefer

Existant en un seul exemplaire, ces livres sont des œuvres uniques dont les formats et la présentation évoluent au cours des décennies. Pouvant atteindre de grandes dimensions, ils intègrent dans leurs pages divers matériaux, tels que l’argile, le sable, la cendre, les cheveux, les plantes, la paille, des photos… et bien sûr, le plomb, medium privilégié de l’artiste, d’abord utilisé sous forme de feuilles ou de fragments, avant de devenir, vers la fin des années 1980, les livres eux-mêmes, pesant alors entre 70 et 200 kg. Pour l’artiste, outre sa plasticité, le plomb se caractérise par sa puissance poétique et spirituelle. 

9

Anselm Kiefer, Dein und mein Alter und das Alter der Welt, 2005 Peinture, argile et fusain sur photographie sur carton, Pages 14-15, 150 x 200 x 10 cm© Anselm Kiefer Photo © Charles Duprat

Dans une mise en espace conçue par Anselm Kiefer pour la BnF, l’exposition recrée tour à tour l’atelier, la bibliothèque de l’artiste, projetant le visiteur dans son univers le plus intime, inaccessible habituellement au public. L’exposition présentera deux cabinets de lecture, ses premiers livres conceptuels utilisant la photographie, autre medium privilégié de Kiefer, indissociable de son œuvre depuis 1968. Elle explorera les différents thèmes traités par l’artiste depuis plus de 40 ans, à travers une sélection de plus d’une centaine de pièces. On y verra ainsi un ensemble de livres consacrés aux écrivains, aux cosmogonies (The secret life of plants), aux grands mythes antiques (Gilgamesh et Enkidu) ; mais aussi des livres de sable, des livres brûlés, des livres de plomb et les livres, récents, d’aquarelles érotiques, réalisées sur des pages enduites de plâtre. 

10

Anselm Kiefer, Tanderadei, 2013, Acrylique, émulsion, huile et shellac sur photographie montée sur toile, plomb électrolysé, reliure lin Pages 2-3, 95 x 142 x 12 cm© Anselm Kiefer Photo © Charles Duprat

Pour la première fois, les livres d’Anselm Kiefer seront installés, dans un dialogue stimulant, en parfait écho avec une dizaine d’œuvres, sculptures et tableaux évoquant le livre. Une bibliothèque, Shevirat Ha-Kelim (Le bris des vases), sera également exposée. Composée d’une trentaine de volumes de plomb et de verre brisé, elle évoque le mythe kabbalistique de la Création divine selon Isaac Louria.

11

Anselm Kiefer, Nigredo (détail), 1998, Plomb, acier, fil métallique, huile, sel, plâtre, résine, acrylique et pastel, 320 x 160 x 100 cm. © Anselm Kiefer Photo © Ben Westoby Courtesy White Cube

Cette exposition spécialement créée pour la BnF, révèle le cheminement de la pensée d’Anselm Kiefer dont le livre est au cœur du processus artistique. De même, elle éclaire la manière dont l’artiste évolue d’un medium à l’autre. Elle met également en évidence combien l’écrit est au centre de son œuvre et comment les références littéraires, philosophiques et historiques irriguent son art. 

14

Anselm Kiefer, Ich bin der ich bin, 2015, Aquarelle sur plâtre sur carton, Pages 4-5, 48 x 100 x 6 cm© Anselm Kiefer Photo © Charles Duprat

Né le 8 mars 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à Donaueschingen dans le Bade-Wurtemberg, Anselm Kiefer étudie le droit et la littérature, avant de bifurquer vers l’école des Beaux-arts de Karlsruhe. 

Depuis ses débuts sur la scène artistique dans les années 1960, Kiefer consacre une rare énergie à analyser les possibilités de créer après l’Holocauste. Il réalise une série de performances appelées Occupations qui consistent à se faire photographier « occupant » différents lieux d’Europe, en parodiant le salut hitlérien. Acte d’identification conceptuelle, ses « autoportraits » seront utilisés dans ses premières œuvres peintes et dans ses livres : Heroische Sinnbilder, Für Jean Genet qui témoignent d’un travail sur la mémoire individuelle et collective pour lutter contre l’oubli et le refoulement du souvenir. Il n’aura, dès lors, de cesse, d’interroger son identité d’Allemand, son histoire, ses racines, sa culture par cet important travail de mémoire. 

15

Anselm Kiefer, Liliths Töchter, 1998, Sable et tissu sur photographies sur carton, 127 x 80 x 5.5 cm© Anselm Kiefer Photo © Atelier Anselm Kiefer

À partir des années 1970, son œuvre prend progressivement la forme d’une quête spirituelle à la portée universelle, qui sait prendre en compte l’Histoire, les mythes germaniques, grecs, assyriens, la religion, les femmes, mais aussi le cosmos, la mystique juive et la Kabbale qui traverse l’œuvre sous diverses formes depuis 1983. Grand lecteur, Kiefer nourrit son œuvre de ses lectures : Ingeborg Bachmann, Paul Celan, Céline, Paul Valéry, Velimir Khlebnikov, Ossip Mandelstam, Robert Fludd…

Installé en France depuis 1993, il a travaillé d’abord à Barjac, dans le Gard, avant d’établir son atelier en région parisienne en 2007

20 octobre 2015 - 7 février 2016

16

Anselm Kiefer, nascita di venere, 2014, Aquarelle et crayon sur plâtre sur carton, Pages 8-9, 64.5 x 97 x 8.5 cm. © Anselm Kiefer Photo © Charles Duprat