1

2

Photo Sotheby's.

Paris – Du 14 au 18 mars, Sotheby’s France révélera une sélection d’oeuvres de ses ventes printanières et estivales. Le temps d’une exposition, la maison convie amateurs et collectionneurs à découvrir les oeuvres phares des ventes qui se dérouleront à partir du 5 avril à Paris, tous départements confondus. L’exposition dévoilera une sélection d’oeuvres variées réunissant dans les salons de la galerie Charpentier pièces de mobilier, objets d’art et de collection, livres et manuscrits et tableaux classiques et contemporains. Elie Massaoutis, spécialiste au sein du département Design chez Sotheby’s France, met en scène cet ensemble, créant ainsi une alliance élégante et raffinée des époques, des domaines et des styles.

Au long de leur visite, les amateurs pourront tour à tour contempler le fascinant portrait du Maharadjah d’Indore par Bernard Boutet de Monvel, admirer un impérieux bouclier collecté en Papouasie Nouvelle-Guinée au début du XXe siècle, découvrir un carnet inédit de Salvador Dalí illustré de nombreux dessins originaux, ou encore une composition étrange, La Traversée difficile, par René Magritte.

3

Photo Sotheby's.

Bernard Boutet de Monvel, S.A.R. le maharadjah d’Indore, huile sur toile. Estimation : 300.000 – 500.000 €. Collection Boutet de Monvel, Paris, 5-6 avril.

Connu pour être l’artisan du rattachement de l’Indore à l’Inde en 1948, grand porte-parole des Nations Unies, le Maharadjah d’Indore nourrissait également une passion pour la vie européenne et ses fastes. En 1929, le Maharadjah commande à Bernard Boutet de Monvel la réalisation de son portrait. Satisfait de cette première commande, le Maharadjah demande, en 1933, un second portrait, en habit de cour, avec pour pendant celui de son épouse. La paire de tableaux est exposée à la galerie Wildenstein de New York en janvier 1934, où elle rencontre un tel succès que Boutet de Monvel en réalise une réplique en 1934, vendue chez Sotheby’s aujourd’hui.

Paire de bergères en hêtre sculpté relaqué crème et rechampi bleu d’époque Louis XV, vers 1750, estampille par Jean Avisse. Estimation : 120.000 – 180.000 €. Important mobilier, Sculptures et Objets d’Art, Paris, 19 avril.

Dans la même famille depuis 1946, cette paire de bergères richement sculptée illustre parfaitement l’apogée du rocaille symétrisé par l’un de ses meilleurs représentants, le menuisier Jean Avisse.

Salvador Dalí, Carnet autographe, circa 1930-1935, 42 pages illustrées de nombreux dessins originaux dans une Reliure de Mercher. Estimation : 40.000 – 50.000 €. Bibliothèque R. & B. L., Dada – Surréalisme, Paris, 26- avril. En association avec Binoche & Giquello.

Au coeur de cette extraordinaire collection consacrée pour cette partie à deux des mouvements artistiques les plus révolutionnaires du XXe siècle, prennent place les manuscrits et les correspondances des grands noms du Dadaïsme et du Surréalisme parmi lesquels un exceptionnel et très illustré carnet inédit de Dalí. 

4

Photo Sotheby's.

Louis II Samson et Barthélémy Samson, Moutardier sur son présentoir en argent, Toulouse, 1738-1740, et une cuillère à moutarde, Toulouse, 1773-1774. Estimation : 10.000 – 15.000 €. Orfèvrerie Européenne, Paris, 3 mai.

S’il est une ville qui, au XVIIIe siècle, peut prétendre rivaliser avec Paris pour l’innovation dans l’orfèvrerie, c’est bien Toulouse. Au premier rang de ses orfèvres apparait la dynastie des Samson qui exerce cette activité dans la ville rose entre 1640 et 1820. Dans cette région bénie des dieux qu’est le Languedoc, nos orfèvres (7 membres de cette famille) vont exacerber et tirer le meilleur du métal noble. En témoigne ce délicieux moutardier dit à côtes torses, sur son présentoir, fait rare, avec une prise de couvercle et une attache d’anse en
grappe de raisin qui nous rappelle qu’au XVIIIe siècle, la moutarde était liquide et circulait sur les routes du royaume dans des tonneaux.

Giacomo Raffaëlli, Vase couvert en marbre blanc à monture de bronze doré et panneaux de micromosaïque, travail romain, 1777. Estimation sur demande. Collection particulière italienne, Paris, 4 mai

Redécouverte récemment, cette oeuvre datée et signée du célèbre micromosaïste italien figure quelques-uns des sites antiques les plus célèbres de Rome. Par son sujet et sa forme même, inspirée des urnes de l’Antiquité, ce précieux vase ne pouvait manquer de séduire les amateurs du Grand Tour.

Jim Lee, BatmanEncre de Chine. Estimation : 15.000 – 18.000 €. Bande Dessinée, Paris, 14 mai

Ce dessin est l’une des couvertures de l’album DC comics commémorant les 75 ans de Batman Detective Comics #27 par le grand Jim Lee.

5

Photo Sotheby's.

Alberto Giacometti, Coupe Ovale, le modèle crée en 1934. Plâtre patiné. Estimation : 60.000 – 80.000 €. Design, Paris, 24 mai.

La coupe dite Ovale en plâtre blanc patiné, que nous présentons, est un modèle qui fut créé en 1934. Notre exemplaire fut offert par Alberto Giacometti à l’artiste Roberto Matta et son épouse Malitte Matta à l’occasion de leur mariage en 1954 à Paris. Signe d’une amitié entre ces deux artistes, cette coupe fut conservée jusqu’à présent dans sa collection d’origine. Roberto Matta était un peintre surréaliste chilien, ami de Federico García Lorca, Salvador Dali, André Breton, Marcel Duchamp et de tant d’autres personnages qui ont marqué les arts et la littérature du XXe siècle.

René Magritte, La Traversée difficileGouache sur papier. Estimation : 200.000 – 300.000 €. Art Impressionniste & Moderne, Paris, 1er juin.

Faisant son apparition dès 1926, le motif du bilboquet, souvenir d’enfance auquel l’artiste ajoute un caractère anthropomorphique, traverse l’ensemble de l’oeuvre de Magritte. Entre autres objets surréalistes emblématiques, tels que le rideau ou la mer déchainée, c’est la juxtaposition inattendue de ces éléments qui confère à cette composition son étrangeté, vertu que Baudelaire qualifiait d’« indispensable à toute beauté ».

Robert Longo, Untitled (Helmet), 2013. Fusain sur papier monté. Estimation : 120.000 – 180.000 €. Art Contemporain, Paris, 7-8 juin. 

6

Photo Sotheby's.

Entourage de François Girardon, Buste de Romaine, vers 1680. Bronze à patine brune. Estimation : 60.000 – 80.000 €. Tableaux Anciens & du XIXe siècle et Sculptures, Paris, 16 juin

Ce bronze, totalement inédit et d’une qualité de fonte exceptionnelle, est une magistrale expression de l’idéal Antique au temps du Roi Soleil.

Louyse Moillon, Nature morte au panier de quetschesEstimation : 450.000 – 650.000 €. Tableaux Anciens & du XIXe siècle et Sculptures, Paris, 16 juin 

Le tableau que nous présentons, signé et daté 1629, est l’une des toutes premières natures mortes françaises connues. Cette oeuvre est une redécouverte majeure, chef-d’oeuvre de l’artiste, qui impose le genre de la nature morte en France alors qu’elle n’a que 19 ans.

Bouclier Sepik, Papouasie Nouvelle-Guinée. Arts d’Afrique et d’Océanie, Paris, 22 juin 

Cet impérieux bouclier, dont le visage sculpté appelait la force des esprits ancestraux lors des combats, célèbre l’esthétique de la guerre en Nouvelle-Guinée. Collecté lors de l’emblématique Kaiserin-Augusta-Fluss- Expedition organisée en 1912-1913 par le Museum für Völkerkunde de Berlin, il fut exposé en 1960 au Museum of Primitive Art (New York), comme l’un des trésors de la « Raymond Wielgus Collection ».