1

2

Lot 72. Table à thé, par Jean-François Leleu (1729-1807), reçu Maître Ebéniste en 1764, Estampillé J.F. LELEU et marque JME, Paris, époque Louis XVI. Estimation : 28 000 €. Photo Kohn Marc-Arthur SVV.

Acajou. H. 73 cm, diam. 79 cm 

Réalisée en acajou massif, cette élégante table à thé présente un plateau circulaire en cuvette tournant sur galets, système employé pour les fauteuils de bureau. La ceinture est scandée de dés à rosace surmontant les quatre montants légèrement incurvés sculptés d’une profonde cannelure. Une tablette d’entrejambe aux quatre côtés concaves fait la jonction entre les montants et les pieds gaine à cannelure terminés pas des sabots cubiques à petites roulettes.

Jean-François Leleu compte parmi les maîtres les plus talentueux du néoclassicisme. Après la mort de son maître le célèbre ébéniste Jean-François Oeben en 1763, Leleu ouvre son propre atelier et reçoit très vite des commandes des proches de la Couronne, la Comtesse du Barry et surtout le Prince de Condé, qui devient, et de loin, son principal client. Il fournit à ce dernier de nombreux meubles pour ses différentes résidences, le Palais-Bourbon, les châteaux de Chantilly et de Saint-Maur.

Le style néoclassique, aux formes robustes et fortement architecturées,correspond parfaitement aux inclinations de l’ébéniste pour des ouvrages plutôt sévères, trèsmasculins, sans fantaisie inutile, offrant toujours une impression d’équilibre et de solidité. Aux côtés des réalisations en marqueteries géométriques, agrémentées parfois de porcelaine ou de laque, son art s’exprime également sur des meubles très simples en acajou ou en noyer aux essences particulièrement sélectionnées d’une qualité d’exécution irreprochable. 

KOHN Marc-Arthur SVV. Tableaux Anciens Haute Époque - Renaissance Objets d’Art et Mobilier. Mercredi 11 mai, salle 5 - Drouot-Richelieu.