1

Hom Nguyen, «Sans repères» © Photo – Hom Nguyen

Hom Nguyen, artiste français né en 1972, d’origine vietnamienne, vit et travaille à Paris. Représenté par A2Z Art Gallery, la première galerie d’art contemporain créée par des chinois à Paris, il présente depuis le 15 juin, à l’espace YoYo du Palais de Tokyo, une présentation coup de poing intitulée Sans Repères.

En partenariat avec plusieurs médias et artisans, Hom Nguyen dévoilera le mouvement vivace et le geste dynamique de son style à travers la série de ses masques crayonnés appelée les Sans Repères.

2577016937

Hom Nguyen, «Sans repères» © Photo – Hom Nguyen

Hom Nguyen mettra à l’honneur un art invitant au voyage et valorisant les questions actuelles de l’identité culturelle et de l’immigration. Son vocabulaire plastique, d’apparence naïve et gribouillée, propose au spectateur, d’une part, une nouvelle prise de conscience de ce phénomène social et, d’autre part, une nouvelle lecture du portrait.

Les regards masqués et crayonnés de Hom Nguyen surprennent par leur intensité et redonnent au grand genre du portrait toutes leurs lettres de noblesse. En effet, en plongeant au cœur de la profusion successive de traits, la série de dessins illustre une certaine écriture automatique. Elle dévoile par là-même une part autobiographique d’un artiste cherchant à sonder graphiquement « le miroir de l’âme humaine ».

2826056436

Hom Nguyen, «Sans repères» © Photo – Hom Nguyen

Partant de ses propres souvenirs, plus précisément dessinant sans modèle physique préalable, le geste de Hom Nguyen vrille sur la toile pour faire ressortir de la surface une composition presque parfaite de l’anatomie. Le trait parcoure la composition sans vraiment savoir où il débute.

D’un bout à l’autre et sans traverser l’espace entier de la composition, le regard proche de la toile voyage et aperçoit des formes légèrement abstraites. C’est en reculant davantage que les ombres et lumières laissent entrevoir la poésie du regard. La révolution technologique nourrie de l’image numérique permet au public d’apprécier une autre lecture de l’œuvre de Hom Nguyen. Les traits du visage s’effacent peu à peu et se dissimulent dans le jeu d’ombres et lumières. Ce travail de lissage du crayon via l’apport technologique d’un écran numérique, par exemple, permet au vocabulaire plastique de Hom Nguyen de présenter une réelle originalité. La technologie de pointe ramène en effet la place primordiale de l’observation. Avec l’appui de toutes nos technologies de capture instantanée, le public peut être en train de perdre sa capacité d’observation. Alors, grâce au dessin de Hom Nguyen, c’est ce que l’on pourrait apprendre en premier. L’œuvre de Hom Nguyen est accessible et sans prétention. L’image parle à tous !

4096242282

Hom Nguyen, «Sans repères» © Photo – Hom Nguyen

On pourra être étonné de l’absence de la bouche dans ses compositions. Mais, cette omission volontaire est le fruit d’une pensée renvoyant socialement aux immigrés qui, en arrivant en France dans les années 1970, n’avaient pas le droit à la parole ni ne la comprenaient réellement car les mots manquaient. L’échange humain vital qui nous lie tous passe par le regard qui ne mentira jamais.

En complément de sa série intimiste de masques crayonnés, et établissant un retour aux sources en travaillant avec la célèbre maison Pinel, Hom Nguyen expose également trois malles monumentales d’une hauteur de 180 cm sur une largeur de 140 cm sur lesquelles seront incrustés d’autres masques graphiques caractéristiques de son style. Cette étroite collaboration entre Hom Nguyen et Fred Pinel renvoie évidemment aux prémisses de la carrière de l’artiste, notamment sur son travail artisanal basé sur la coloration patinée du cuir. Cette réappropriation du matériau sur la malle revisite ici la question de l’immigration à travers le voyage.’

Espace Yoyo du Palais de Tokyo, Paris 16e

image-texte

Hom Nguyen, «Sans repères» © Photo – Hom Nguyen

imagealaunehomnguyenpalaistokyo-665x538