1

2

Lot 62. Bacchus ivre, France, XVIIIe siècle. Estimation : 110 000 € / 130  000 €. Photo Kohn.

Marbre blanc - H. 37 cm, L. 69 cm, P. 26 cm

Cette sculpture en marbre blanc figure Bacchus, dieu du Vin et de la Fête, allongé sur un lit de feuillages, la tête appuyée sur une amphore vide et renversée. Il tient encore dans sa main une gourde qui témoigne de son ivresse à l’instar de l’expression de son visage endormi, la bouche ouverte. 

Le traitement du corps et la position du personnage ne sont pas sans rappeler le Morceau de réception de Jean- Baptiste Stouf (1742-1826), Abel expirant, conservé au Musée du Louvre . 

Le corps dénudé d’Abel abandonné dans la mort prochaine d’un grand réalisme tant dans le traitement de l’ossature que dans la musculature se retrouve chez notre Bacchus, ce dernier ayant des formes plus charnues, propres au personnage festif et orgiaque . Les traits du visage, jeunes et d’une grande finesse, sont similaires. On retrouve d’ailleurs sur les deux personnages cette bouche entrouverte, caractéristique visible sur d’autres oeuvres de Stouf comme la Jeune fille affligée (Musée du Louvre, inv. RF4516) Jean-Baptiste Stouf fut élève de Guillaume Ier Coustou. N’ayant été reçu que second au prix de Rome de 1769, il décide de séjourner à ses frais à la Villa Médicis. 

Agréé en 1784, il devient Académicien en 1785. Il participa au programme des Hommes Illustres de la France commandité par le Comte d’Angiviller, Directeur des Bâtiments du Roi en 1776, en réalisant Montaigne (Louvre), Custine (Versailles) et Saint Vincent de Paul (Eglise Saint Thomas d’Aquin à Paris). Il participa également à la colonne de la Grande Armée.

Dessins et Tableaux Anciens XVIIe - XVIIIe siècles, Sculptures, Objets d'Art, le 15 Septembre 2016 à 18h. KOHN, 75008 PARIS