1

Lot 39. Suiveur de Sir Anthony van Dyck, Portrait de James Stuart, 4e duc de Lennox et 1er duc de Richmond (1612-1655). Huile sur toile. Au revers une étiquette Pitt Scott Ltd / London / D. 68 Cefalu / 093; 225 x 141 cm. Estimation 60,000 — 100,000 €. Photo Sotheby's.

ProvenanceCollection Craven, Coombe Abbey, n°29 ;
Vente Craven collection, Londres, Sotheby's, 27 novembre 1968, n°21 (acquis par Cefalu).

NotesJames Stuart était un aristocrate écossais, fils d’Esmé Stewart, 3e duc de Lennox et de son épouse Katherine Clifton, 2e baronesse Clifton.
James Stuart était un partisan loyal de son cousin Charles I et occupa des postes élevés à la cour, comme Gentilhomme de la Chambre du Roi et « Lord Steward of the Household ». Il fut nommé Chevalier de l’Ordre de la Jarretière, le 6 Novembre 1633, et duc de Richmond en 1641. Quand il épousa la fille du favori du roi, le duc de Buckingham, Mary Villiers, en 1637, c’est le roi lui-même qui amena la mariée à l’autel. Au cours des années 1640, pendant la guerre civile, Stuart contribua généreusement à la cause royale. Ses deux frères cadets (représentés dans le superbe double portrait peint par Van Dyck en 1638, conservé à la National Gallery de Londres), Lords John et Bernard, périrent en combattant pour le roi, en 1644 et en 1645.

Notre tableau est une version tardive d’un des plus brillants portraits anglais réalisés par Anthony van Dyck, dont l’original est conservé au Metropolitan Museum de New York. Le portrait fut réalisé très probablement entre 1633 et 1634, à l’occasion de sa nomination comme Chevalier de l’Ordre de la Jarretière.

2

Anthony van Dyck (Flemish, Antwerp 1599–1641 London), James Stuart (1612–1655), Duke of Richmond and Lennoxca. 1633–35. Oil on canvas, 85 x 50 1/4 in. (215.9 x 127.6 cm). The Metropolitan Museum of Art, Marquand Collection, Gift of Henry G. Marquand, 1889 (89.15.16) © 2000–2016 The Metropolitan Museum of Art

Sur un fond sombre se détache l’élégante figure de James Stuart de trois quart, vêtu de noir. Le visage tourné vers le spectateur est soutenu par un superbe col de dentelles de Flandres. James Stuart porte tous les insignes de l’Ordre de la Jarretièrre, qui ressortent merveilleusement sur son habit sombre. L'étoile d'argent brodée sur le manteau, le bijoux rouge et or, suspendu par le large ruban vert sur la poitrine ; et la jarretière, visible au-dessous du genou gauche de Stuart retenue par des bas de sois vert pâle. A sa droite, un lévrier assis allonge son museau vers son maître dont sa main repose affectueusement sur son crâne. Le lévrier, symbole familier de noblesse et de loyauté, met en valeur le portraituré avec une grande naturalité. En 1631, Van Dyck avait déjà utilisé la représentation d’un chien avec le même objectif dans son portrait du marchand d'Anvers Jacques Le Roy (Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid). Dans le portrait de James Stuart assis de 1636, conservée à la Kenwood house de Londres dont nous présentons une réplique tardive (voir lot n° 381) le personnage est à nouveau mis en valeur grâce à la présence d’un lévrier qui le regarde. Ces représentations de chiens dans les portraits de van Dyck ne sont pas sans rappeler le Portrait de Charles V par Titien (Musée du Prado, Madrid) qui appartenait à l’époque à la collection du roi d’Angleterre, Charles I.

3

Titian (Pieve di Cadore, Belluno, Véneto, 1490 - Venecia, 1576), The Emperor Charles V with a Dog1533. Oil on canvas, 194 x 112.7 cm, P00409© Museo del Prado, Madrid.

Notre superbe version, de très belle qualité, témoigne du succès de ce merveilleux portrait d’une élégance et d’un raffinement extraordinaire. 

Note sur la provenance :
Notre tableau formait partie de la collection Craven conservée dans l’Abbaye de Coombe, dans le comté de Warwickshire en Angleterre.
L'abbaye fut fondée comme monastère cistercien en 1150 par Richard de Camville père. 
Après la dissolution des monastères au XVIe siècle par Henri VIII, elle devint propriété royale. Élisabeth d'Angleterre, fille du roi Jacques Ier, y fit ses études au début du XVIIe siècle. 
En 1682, l'aile ouest fut ajoutée par l'architecte William Winde, qui a également conçu Buckingham House, qui devint plus tard le palais de Buckingham. En 1771, Lancelot «Capability» Brown réaménagea les jardins, y incorporant Coombe Pool, un lac d'un km. de long.
Depuis 1622 jusqu’en 1923, l’abbaye fut propriété des comtes de Craven.

Plusieurs lots de la vente, proviennent de la collection Craven, voir lots 109, 110 et 235. 

Sotheby's. Robert de Balkany, Rue de Varenne, Paris – Evening sale. Paris, 20 Sep 2016, 05:00 PM