1

Paris – C’est un véritable honneur pour Christie’s France de présenter le 6 mars prochain à 18h, un ensemble d’oeuvres signées Diego Giacometti provenant de la prestigieuse collection d’Hubert de Givenchy. Cette vente exceptionnelle sera précédée d’une exposition dont la scénographie sera directement inspirée de la seule rétrospective jamais consacrée à Diego Giacometti en France, organisée en 1986 par Daniel Marchesseau au musée des Arts Décoratifs.

Le célèbre couturier a souhaité organiser cette vente chez Christie’s afin de rendre hommage à cet artiste qu’il a toujours admiré et soutenu. 

Hubert de Givenchy: « C’est par l’intermédiaire de Gustav Zumsteg, grand créateur de tissus à Zürich sous la marque Abraham que j’ai rencontré Diego. A l’occasion d’une visite que je lui ai faite, il m’a offert un guéridon réalisé par Diego pour La Kronenhalle, le célèbre restaurant de la ville appartenant à sa famille. Conquis par cette esthétique dépouillée, inspirée en grande partie de l’antiquité, je lui ai demandé s’il était possible de le rencontrer. Il me l’a présenté rapidement. La relation que j’ai eue avec Diego pendant près de vingt ans s’est vite transformée en amitié.
C’était un homme d’une grande gentillesse, simple, accueillant, discret et talentueux jusqu’au bout de ses doigts. Il a commencé à réaliser du mobilier pour ma première maison de campagne, à Jouy, dès la fin des années soixante, puis pour le manoir du Jonchet au début des années soixante-dix. Je souhaite à travers cette vente, lui rendre un hommage, une reconnaissance supplémentaire dont il n’a, bien sûr, pas besoin mais qui me tient à coeur aujourd’hui. »

2

Diego Giacometti par Cecil Beaton

La vie des frères Giacometti commence au tout début du XXe siècle au sein d’un petit village suisse, Stampa, dans le canton des Grisons. Les deux frères, nés à un an d’intervalle, resteront très proches toute leur vie. En 1925, suivant les bons conseils de leur mère Annetta, Diego décide de rejoindre son frère à Paris. Il s’installe tout d’abord  dans le petit studio qu’occupe Alberto à Montparnasse, avant de déménager ensemble dans un atelier rue Hippolyte-Maindron. Cette année marque le début d’une longue collaboration entre les deux frères. Diego assiste son frère dans la conception de ses sculptures : il monte les armatures, réalise les moulages en plâtre et assure les patines de ses bronzes. Diego devient également le modèle favori de son frère et pose pour lui tous les matins. 

À partir de 1929, Diego et Alberto Giacometti commencent une étroite collaboration avec le célèbre décorateur parisien Jean-Michel Frank. Grâce à lui, les deux frères vont côtoyer le cercle des amateurs raffinés, des couturiers de renom à l’instar d’Elsa Schiaparelli, Lucien Lelong, Coco Chanel, sans oublier la belle Hélène Rochas, Gustav Zumsteg et tant d’autres. Ce dernier était à l’origine de l’entreprise de tissus et de soieries Abraham et a collaboré avec les plus grands couturiers : Cristóbal Balenciaga, Christian Dior, Yves Saint Laurent et Hubert de Givenchy. Sa mère était la propriétaire du célèbre Kronenhalle, restaurant-brasserie à Zürich, aussi célèbre et couru que Lipp à Paris. Proche de Diego Giacometti, Gustav Zumsteg et sa mère commandent en 1966, des luminaires et une série de guéridons dont un exemplaire fut offert à Hubert de Givenchy par Gustav Zumsteg. Ce modèle, initialement créé en 1962 pour la Fondation Maeght, est estimé entre 150.000 et 200.000 euros. 

3

François de Ricqlès, Président de Christie’s France: “C’est avec une grande fierté que nous organisons la vente des Giacometti d’Hubert
de Givenchy. 

Hubert de Givenchy -dont le goût et l’élégance sont une référence absolue pour les collectionneurs- nous offre ainsi le plaisir de rendre hommage à l’un des artistes les plus poétiques et talentueux du XXème siècle, Diego Giacometti”. 

En 1941, Alberto quitte la France occupée pour regagner la Suisse,  tandis que Diego reste à Paris avec sa compagne Nelly. Il travaille chez différents fondeurs et commence à réaliser ses propres sculptures, dont le sujet de prédilection sont les animaux. Cinq ans plus tard, les deux frères se retrouvent à Paris et reprennent leur collaboration. Diego reçoit de plus en plus de commandes personnelles pour meubler des appartements parisiens dont celui d’Aimé et Margueritte Maeght. 

Les Maeght, qui soutiendront les Giacometti durant de longues années, feront tout d’abord l’acquisition de plusieurs sculptures d’Alberto avant de demander à son frère, de meubler leur appartement de l’avenue Foch et plus tard le Mas-Bernard et la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence.

Après le décès d’Alberto en 1966, Diego se consacrera entièrement à ses créations personnelles et aux commandes particulières, dont celle en 1984, magnifique et intemporelle, pour le musée Picasso inauguré l’année suivante.

4

Daniel Marchesseau : « Grand amateur-né, Hubert de Givenchy avait gardé de sa jeunesse le souvenir des premières oeuvres qu'il avait vues de Diego chez Madame Elsa Schiaparelli, place Vendôme quand elle lui avait confié en 1950 la direction de ses ateliers comme premier modéliste - en particulier des coquilles en plâtre chaux à usage d'appliques lumineuses que l'artiste-meublier avait façonnées pour elle ». 

Parmi les vingt-un lots de cette magnifique collection, les amateurs du monde entier auront l’occasion d’acquérir une paire de tables octogonales « aux caryatides » en bronze patiné réalisées par Diego Giacometti en 1983 (estimation : €800.000-1.200.000 chacune), et quatre tabourets en bronze patiné (estimation : €300.000-500.000). Une troisième table octogonale « aux caryatides » légèrement plus petite et estimée €600.000-800.000 fait également partie de la collection. Les collectionneurs découvriront aussi une superbe paire de chenets aux deux oiseaux de patine brune réalisée vers 1973 est estimée €150.000-200.000. Une lanterne à patine blanche suspendue dans l’un des escaliers du manoir du Jonchet et précédant celle réalisée pour le musée Picasso, sera également proposée aux enchères pour une estimation de 300.000-400.000 euros (illustrée en première page). Enfin, notons une paire de photophores aux cerfs (estimation : €100.000-150.000) et une grande table console aux cerfs (estimation : €400.000-600.000) qui viennent compléter la collection. Saint-Hubert, saint patron des chasseurs, a pour symbole le cerf. Monsieur de Givenchy a donc toujours aimé s’entourer de représentation de cerfs. Il commandera plusieurs pièces à Diego Giacometti ornées de cet animal fétiche pour lui.

Vente aux enchères : Le Lundi 6 mars 2016 à 18h *
Exposition : Du 28 février au 4 mars de 10h à 18h et le 5 mars de 14h à 18h
Christie’s : 9 avenue Matignon, 75008 Paris

3

This file photo taken on September 25, 2013 shows French fashion designer Hubert de Givenchy posing at the launch of the exhibition "Alaia" dedicated to French fashion designer Azzedine Alaia at the Galliera Palace in Paris. Hubert de Givenchy announced on January 7, 2017 in French newspaper Le Figaro that he will auction on March 6, 2017 artworks by Swiss sculptor and decorator Diego Giacometti at Christie's auction house. THOMAS SAMSON / AFP.

PARIS (AFP).- Sculptures and furniture by the Giacometti brothers are expected to raise up to seven million euros ($7.3 million) went they go under the hammer in Paris in March. 

 

French designer Hubert de Givenchy is selling 21 works by the Swiss artist and decorator Diego Giacometti as well as a sculpture by his more celebrated brother, the artist Alberto Giacometti, said auction house Christie's. 

The aristocratic Givenchy, founder of the fashion house that bears his name and who will turn 90 next month, told the French daily Le Figaro that he was getting rid of part of his personal collection at the Chateau du Jonchet southwest of the French capital. 

"However, I am keeping some of my (Giacomettis) which are useful" to have around the house, he added. 

Alberto Giacometti is best known for his elongated "thin men" sculptures, while his younger brother Diego, who died in 1985, is best remembered for his animal bronzes. 

© 1994-2017 Agence France-Presse