1

Joseph van Bredael (Antwerp 1688-1739 Paris), Travellers on a crossroad in Flanders. Oil on copper , 21 x 29.6 cm. Signed by the monogram I.B. lower left. Courtesy Galerie Florence de Voldère

Literature : K. Ertz, 'Josef van Bredael', Lingen, 2006.

2

School of Jheronimus Bosch, Saint Christopher, mid 16th century. Oil on panel, 28 x 38 cmCourtesy Galerie Florence de Voldère

The medieval influence of demonology is also present here.

3

School of Jheronimus Bosch, mid 16th century, The Temptations of Saint Anthony.Oil on panel, 28 x 38 cm. Courtesy Galerie Florence de Voldère

The medieval imagination gave rise to a demonology that was present in cathedrals of the period, and that became one of Jérôme Bosch's inspirations. This painting pursues this iconography with its devils and other grotesque and comic creatures. These phantasmagorical, hallucinatory visions evoke the power of evil and relate (long before Freud) to the collective unconscious. They continue to fascinate art lovers and their force can be traced in works by 20th century artists such as Dali, Marx Ernst and many more.

Pourquoi la peinture flamande? Parce qu’elle nous apporte la joie du quotidien, l’optimisme de la Renaissance, la confiance dans l’homme et un modèle d’esthétique. Être collectionneur, c’est découvrir des oeuvres, chercher le beau, aiguiser sa curiosité, 'parler peinture' au gré des rencontres, c’est la vie même. Parcourir une exposition ou un musée, c’est un plaisir d’émotions en émotions. Un nouveau tableau aux cimaises de la maison éveille le désir de savoir des enfants et des amis, il est une fête à partager. Être galeriste, c’est, de musées en bibliothèques et de bibliothèques en tableaux, être à la hauteur des questions et des attentes de l’amateur et tenter même de le surprendre, de l’étonner. Alors le bonheur de ce métier au service de la gloire des peintres s’exprime, s’échange et perdure encore dans les catalogues et dans les livres: La Peinture Flamande du XVI au XVIIIe siècle (Flammarion 2001, Allemandi 2011), récompensé par l’Institut de France, et L’Odyssée du Paradis (Citadelles et Mazenod 2012).  Fondé en : 1984

Galerie Florence de Voldère. Stand 2c. Brafa Art Fair, 21-29 janvier 2017