Brûle-encens, Vietnam, Période Giao Chi (premiers siècles après J

Brûle-encens, Vietnam, région nord ou provinces chinoises limitrophes, Période Giao Chi (premiers siècles après J.-C.), Bronze. H. : 18 cm. INV. 2505-38 © musée Barbier-Mueller

Nous sommes ici dans les derniers moments de la culture de Dông Son et cet objet peut aussi bien avoir été trouvé au nord du Vietnam que dans les trois provinces limitrophes chinoises de Guangdong, Guangxi ou Yunnan, les deux premières ayant formé le royaume de Nam Viêt avec le nord du Vietnam, berceau de la culture de Dông Son.

L’objet est de forme sphérique, doté d’un couvercle. Le corps, entièrement ajouré pour permettre la diffusion du contenu en combustion (de plus grandes pièces contenaient du charbon et étaient utilisées comme chaufferettes), est posé sur trois pieds en forme de sabot de cheval. Le même corps est muni de quatre « anses » servant à la préhension : deux sont en forme de disques à la surface divisée en huit par des lignes négatives en étoile, et les deux autres sont de petits oiseaux. Le couvercle, rattaché au corps par une charnière, est lui aussi ajouré et orné au sommet d’un paon de bonnes dimensions faisant la roue, proche de celui qui surmontait le couvercle du réceptacle de la planche précédente.

La tête du paon est intentionnellement dirigée vers l’avant, vers le long manche orné à espaces réguliers d’anneaux ressemblant à des nœuds de bambou et qui se termine par une tête de dragon purement han, chinoise. Ce « brûle-encens » pouvait contenir diverses essences, par exemple du bois de santal, afin de parfumer l’atmosphère et d’éloigner les mouches et moustiques. Il s’agissait d’objets de luxe, coûteux, réservés aux familles nobles détenant le pouvoir.

Publ. : Cat. exp. Paris 2003, pl. 19.

Édité par Laurence Mattet

Van Viêt Nguyên, Le profane et le divin, arts de l’Antiquité. Fleurons du musée Barbier-Mueller, musée Barbier-Mueller & Hazan (éd.), 2008 : p. 446.