- Maître, lui dit un jour un ahmad qui se prévaut déjà de quelque sagesse, que d’agitation sur terre ! Dès le matin, les gens s’affairent, vont, viennent, sillonnent la ville dans tous les sens, comme s’ils n’avaient pas mieux à faire !

- Ignorant ! grogne Nasr Eddin.

- Oui, ce sont des ignorants, continue le jeune homme. Ne feraient-ils pas mieux de s’assembler tous en un lieu saint pour prier ?

- C’est toi l’ignorant ! tonne le Hodja. Ne comprends-tu pas que si tout le monde s’agglutinait au même endroit, la terre basculerait et perdrait son équilibre ? Allah sait mieux que nous !

Extrait de "Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddin Hodja. Tout Nasr Eddin, ou presque. Paroles recueillies et présentées par Jean-Louis Maunoury. Éditions Phébus, collection "Libretto", 2002. © Editions Phébus.

1

"Acai-ul Makhlukat" ("les Merveilles de la Création") de Zekeriya Kazvinî. Traduit de l'arabe vers le turc. Istanbul: vers 1553.