1

Nasr Eddin s’est introduit frauduleusement dans une melonnière mais, juste au moment où il s’accroupit pour voler un beau fruit bien mûr, il se fait surprendre par le gardien, lequel lui fonce dessus, gourdin brandi et force insultes à la bouche.

- Calme-toi donc ! proteste le Hodja en se relevant. Tu ne vois pas que j’ai dû entrer ici précipitamment et m’isoler afin de soulager un besoin pressant ?

L’homme regarde alors à terre et découvre une bouse de vache.

- Ah ! fils de chien, face de goudron ! Tu me prends pour un imbécile ? Tu ne vas quand même pas prétendre qu’un homme peut faire une telle merde ?

- Oh, si ! répond le Hodja : il le peut très bien quand on le traite comme une bête.

Extrait de "Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddin Hodja. Tout Nasr Eddin, ou presque." Paroles recueillies et présentées par Jean-Louis Maunoury. Éditions Phébus, collection "Libretto", 2002. © Editions Phébus