2

MONTREAL.- Cette saison, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) invite à une réflexion sur les enjeux liés à la « décolonisation du regard », et aux perceptions identitaires, esthétiques et culturelles à travers deux expositions : D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’hui et Nous sommes d’ici, ici : l’art contemporain des Noirs canadiens, présentées en complémentarité.

D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’huiétudie les transformations du regard porté sur les arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Suivant les jalons de la vie de Pablo Picasso (1881-1973) et ceux de l’histoire, l’exposition explore l’étroite relation qui unit le maître espagnol avec ces arts en s’appuyant sur l’histoire des mentalités. Au fil du parcours, des artistes contemporains d’ascendance africaine s’inscrivent en contrepoint, multipliant les points de vue sur une histoire de l’art universelle à repenser.

PIC

Pablo Picasso (1881-1973), Buste d’homme (étude pour Les Demoiselles d’Avignon), Paris, printemps 1907, huile sur toile. Musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979. © Succession Picasso / SODRAC (2018). Photo © RMN-Grand Palais / Art Resource, NY / René-Gabriel Ojéda.

MONTREAL.- This season, the Montreal Museum of Fine Arts invites visitors to reflect on the issues raised by the ‘decolonization of the colonial gaze’ and perceptions of identity, aesthetics and culture through two exhibitions: From Africa to the Americas: Face-to-Face Picasso, Past and Present and Here We Are Here: Black Canadian Contemporary Art, presented side by side in a continuous layout. 

From Africa to the Americas: Face-to-Face Picasso, Past and Present looks at the transformation in our view of the arts of Africa, Oceania and the Americas from the end of the 19th century to the present day. Following milestones in the life of Pablo Picasso (1881-1973) and in history, the exhibition explores the close relationship between the Spanish master and these arts, focusing on the history of attitudes. Throughout the show, works by contemporary artists of African descent provide a counterpoint, increasing the points of view on the international history of art that requires rethinking.

PIC

Artiste dan, Côte d’Ivoire, masque anthropomorphe gunye ge, XXe s., bois. Paris, musée du quai Branly – Jacques Chirac. Photo © musée du quai Branly – Jacques Chirac / Claude Germain 

D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’huiétudie les transformations du regard porté sur les arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Suivant les jalons de la vie de Pablo Picasso (1881-1973) et ceux de l’histoire, l’exposition explore l’étroite relation qui unit le maître espagnol avec ces arts en s’appuyant sur l’histoire des mentalités. Au fil du parcours, des artistes contemporains d’ascendance africaine s’inscrivent en contrepoint, multipliant les points de vue sur une histoire de l’art universelle à repenser.

« Comment un objet ethnographique est-il devenu esthétique ? Comment un Picasso et un masque anonyme peuvent-ils s’exposer sur un même plan ? Quelles furent les étapes de cette “décolonisation du regard” au cours du dernier siècle jusqu’à nos jours ? À Montréal, le parcours raconte cette histoire du “musée des Autres”, héritage d’un monde colonial à sa redéfinition actuelle dans un monde globalisé. Privilégiant une approche transculturelle, j’ai voulu inscrire dans ce récit les artistes contemporains africains ou d’ascendance africaine. L’eurocentrisme culturel est à revoir dans une histoire de l’art à réinventer. Les frontières qui distinguaient les récits de la modernité s’entremêlent aujourd’hui, quand les artistes du monde affirment désormais leur identité transnationale. »

PIC

Edson Chagas (né en 1977), Emmanuel C. Bofala, Tipo Passe, 2014, épreuve à développement chromogène. Collection particulière. Courtesy of the artist

Nathalie Bondil, Director General and Chief Curator, MMFA, and curator of the Montreal presentation, explains, “This project appealed to me since it enabled us to tell the story of the decolonization of the gaze over a century, that of Picasso: He was born in 1881, a year before the opening of the Musée d’Ethnographie du Trocadéro and four years before Africa was divided among the European colonial powers in Berlin in 1885. He died in 1973, before the last African decolonization, Angola in 1975. This century plays out here like a book in which the emancipation of an entire continent recounts the emancipation of the gaze, of appropriation to re-appropriation.” 

“How have ethnographic objects come to be viewed as art? How can a Picasso and an anonymous mask be exhibited in the same plane? What were the stages in this ‘decolonization of the gaze’ from the last century to the present day? In Montreal, the exhibition tells the story of ‘the museum of the Other,’ from the legacy of a colonial world to its current redefinition as a globalized one. Taking a cross-cultural approach, we invited contemporary artists from Africa or of African descent into this narrative. Cultural Eurocentrism must be reviewed in a history of art yet to be reinvented: the borders that used to mark the accounts of modernism are now blurred.” 

PIC

Pablo Picasso (1881-1973), Tête d’homme barbu, 1938 (?), huile sur toile. Musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979. © Succession Picasso / SODRAC (2018). Photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Jean-Gilles Berizzi 

Perspectives et expertises croisées à Montréal

En croisant les points de vue de différents experts et artistes, l’exposition proposée par Nathalie Bondil raconte l’évolution du regard et de l’histoire de l’art. Elle est de plus un prélude à l’Aile des cultures du monde et du vivre-ensemble, qui ouvrira l’an prochain.

Conservatrice de l’art précolombien au MBAM, Erell Hubert commente : « En présentant sur un pied d’égalité des œuvres de plus de trente-cinq pays, cette exposition permet d’apprécier l’immense diversité, trop souvent méconnue, des arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques et de s’interroger sur les façons dont ces œuvres sont arrivées en Europe et y ont été réinterprétées. »

Anthropologue culturelle à l’Institut d’études canadiennes de l’Université McGill, Shelley Ruth Butler explique : « Le Musée m’a invitée à intervenir à titre “d’agitatrice en milieu muséal” afin d’identifier des occasions permettant d’approfondir notre vision d’une exposition critique, réflexive et inclusive. Le résultat est une exposition multidimensionnelle et multivocale qui entremêle art et histoire pour livrer un récit qui ne s’arrête pas à Picasso. L’exposition invite le public à réfléchir sur l’appropriation et sur le pouvoir de l’art pour aborder les legs du passé, favoriser la résilience et imaginer des futurs autres. »

Commissaire indépendante et fondatrice de aPOSteRIORi, Dominique Fontaine, ajoute : « L’exposition D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’hui donne aussi à voir un aperçu de la vitalité et du dynamisme de la création contemporaine africaine. Les œuvres d’artistes contemporains présentées témoignent ainsi de l’appartenance de l’Afrique et de ses diasporas au présent et au monde. » 

PIC

Artiste de Nouvelle-Irlande, Papouasie-Nouvelle-Guinée, sculpture cérémonielle malanggan, début du XXe s., bois sculpté, pigments. Paris, musée du quai Branly – Jacques Chirac, dépôt de la Bibliothèque municipale de Versailles. Photo © musée du quai Branly – Jacques Chirac / Art Resource, NY / Claude Germain

Perspectives and expertises interact in Montreal 
Combining the viewpoints of various experts and artists, the exhibition conceived by Nathalie Bondil is a prelude to a new wing dedicated to ‘World Cultures and Togetherness,’ which will open next year. It offers encounters that narrate the evolution of attitudes and of art history. 

Erell Hubert, Curator of Pre-Columbian Art, MMFA, remarks, “By presenting on an equal footing artworks from over thirty-five countries, this exhibition enables us to appreciate the immense and too often neglected diversity of the arts of Africa, the Americas and Oceania and to wonder at the ways in which these works arrived in Europe and how they were reinterpreted there.” 

Cultural Anthropologist at the McGill Institute for the Study of Canada, Shelley Ruth Butler, explains, “I worked with the Museum as a ‘disruption agent’ helping to identify opportunities to deepen our vision of a critical, reflexive, and inclusive exhibition. The result is a richly layered, multivocal exhibition that interweaves art and history to tell a story that is larger than Picasso. The exhibit encourages reflection on appropriation, and on the power of art to address legacies of the past, to enact resilience, and to envision alternative futures. ” 

Dominique Fontaine, independent curator and Founding Director of aPOSteRIORi, continues, “The exhibition From Africa to the Americas: Face-to-Face Picasso, Past and Present also gives a glimpse of the vitality and dynamism of contemporary African art. The works by contemporary artists presented here bear witness to the fact that Africa and its diaspora belong to the here and now and to the world.”

PIC

Omar Ba (né en 1977), Afrique, Pillage, Arbres, Richesse, 2014, huile, gouache, encre, crayon sur carton ondulé. Londres, collection particulière. © Omar Ba / Avec l’aimable autorisation de Hales Gallery

Une adaptation du projet du musée du quai Branly – Jacques Chirac avec le Musée national Picasso-Paris.

Le MBAM adapte et enrichit une exposition initiée en 2017 par le musée du quai Branly – Jacques Chirac, en coproduction avec le Musée national Picasso-Paris. « La place des arts non occidentaux dans l’histoire de l’art universelle s’est affirmée en un peu plus d’un siècle. À son niveau, le musée du quai Branly — Jacques Chirac a contribué à cette légitimation, dans le sillage de grands précurseurs, artistes et collectionneurs le plus souvent. Il est aujourd’hui important de revenir sur les pas d’un créateur qui a donné une impulsion majeure à ce nouveau regard », déclare Stéphane Martin, président du musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Le parcours initial, conçu par Yves Le Fur, directeur du département du patrimoine et des collections au musée du quai Branly – Jacques Chirac, engageait un dialogue entre « les œuvres de Picasso – pas seulement majeures, mais celles où s’expérimentent des concepts esthétiques – avec celles, non moins riches, des artistes non occidentaux. La permanence d’œuvres du monde entier dans ses différents ateliers montre combien il a toujours entretenu avec elles un échange fait d’admiration, de respect, voire de crainte. » 

PIC

Pablo Picasso (1881-1973), Femmes à la toilette, Cannes, 4 janvier 1956, huile sur toile. Musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979. © Succession Picasso / SODRAC (2018). Photo © RMN-Grand Palais / Art Resource, NY / Mathieu Rabeau

An adaptation of an exhibition mounted by the Musée du quai Branly-Jacques Chirac in partnership with Musée national Picasso-Paris 
The MMFA has adapted and expanded an exhibition launched in 2017 by the Musée du quai Branly-Jacques Chirac, a co-production with the Musée national Picasso-Paris. “The place of non-Western art in the international history of art was asserted just over a century ago. For its part, the Musée du quai Branly - Jacques Chirac contributed to this legitimization, most often in the wake of great precursors, artists and collectors. Today it is important to turn back to a creator who gave powerful impetus to this new viewpoint.”, says Stéphane Martin, president of the Musée du quai Branly – Jacques Chirac. 

The initial exhibition as conceived by Yves Le Fur, Director of the Department of Heritage and Collections, Musée du quai Branly – Jacques Chirac, invited a dialogue between “the works of Picasso – not only the major works but also the experiments with aesthetic concepts – with those, no less rich, by non-Western artists. The constant presence of international artworks in his various studios demonstrates the degree to which Picasso always maintained a relationship based on admiration, respect, even fear.” 

PIC

Artiste ejagham, Nigeria ou Cameroun, cimier de danse féminin, XXe s., bois, cuir, rotin. Montréal, collection Lune Rouge. Photo © Hughes Dubois Paris Bruxelles

Laurent Le Bon, conservateur général du patrimoine et président du Musée national Picasso-Paris, ajoute : « Le Musée national Picasso-paris se réjouit de ce magnifique partenariat avec le Musée des beaux-arts de Montréal pour l’exposition D’Afrique aux Amériques, Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’hui. Cette étape est une occasion unique de présenter 70 chefs-d’œuvre de la collection dans une perspective totalement renouvelée. » 

L’exposition rassemble plus de 300 œuvres et documents provenant majoritairement du musée du quai Branly – Jacques Chirac et du Musée national Picasso-Paris. La présentation du MBAM intègre des œuvres de sa collection ainsi que des prêts du Musée des beaux-arts de l’Ontario, de collections particulières et de galeries de Belgique, de Suisse, de France, d’Italie, d’Angleterre, des États-Unis, d’Afrique du Sud et du Canada. 

 

PIC

Zanele Muholi (née en 1972), Phila I, Parktown, 2016, murale photographique. © Zanele Muholi. Avec l’aimable concours de Stevenson, Le Cap et Johannesbourg, et Yancey Richardson, New York

“The Musée national Picasso-Paris rejoices in this splendid partnership with the Montreal Museum of Fine Arts for the exhibition From Africa to the Americas: Face-to-Face Picasso, Past and Present. This stage is a unique opportunity to present more than 70 masterpieces from the collection in a totally new perspective”, explained Laurent Le Bon, Director of the Department of Heritage and Collections at the Musée national Picasso-Paris 

The exhibition brings together some 300 works and documents, mainly from the Musée du quai Branly-Jacques Chirac and the Musée national Picasso-Paris. To this, the MMFA has added works from its collection, as well as loans from the Art Gallery of Ontario and from private collections and galleries in Belgium, Switzerland, France, Italy, England, the USA, South Africa and Canada. 

PIC

Pablo Picasso (1881-1973), Buste de femme, Boisgeloup, 1931, bronze, épreuve unique. Musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979. © Succession Picasso / SODRAC (2018). Photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Mathieu Rabeau

Elle explique des principes qui façonnent les cultures matérielles et spirituelles des sociétés traditionnelles – en Afrique particulièrement – remettant en question certaines idées reçues telles que celle d’un « art sans passé », par la présentation de nombreuses œuvres provenant majoritairement d’Afrique et d’Océanie, datant du XIXe siècle et du début du XXe siècle. 

Près de 70 œuvres sont issues de la collection du musée du quai Branly – Jacques Chirac, notamment un masque anthropomorphe dan de Côte d’Ivoire, un masque songye de la République Démocratique du Congo, une figure à crochets bahinemo et un masque baining de Papouasie Nouvelle-Guinée, une grande sculpture de grade du Vanuatu, un masque inuit du Groenland et une lame de hache anthropomorphe incisée taïno des Petites Antilles ayant appartenu à André Breton. D’autres proviennent de la famille de l’artiste et du Musée national Picasso-Paris, dont un majestueux masque d’épaules baga de Guinée. 

PIC

Romuald Hazoumè (né en 1962), La déesse de l’amour, 2012, bois, fil de fer, cadenas. © Romuald Hazoumè / SODRAC (2018). Avec l’aimable concours de la galerie Magnin-A, Paris

The exhibition reveals aspects of the material and spiritual cultures of traditional societies—in Africa in particular— challenging various misconceptions such as those of “an art without a past”, by presenting numerous works, mostly from Africa and Oceania, dating from the late-19th and early-20th century together with a number of early Iberian and pre-Columbian works. 

Some 70 artworks issue from the collection of the Musée du quai Branly – Jacques Chirac, most notably an anthropomorphic Dan mask from Côte d’Ivoire, a Songye mask from the Democratic Republic of the Congo, a Bahinemo hook figure and a Baining mask from Papua New Guinea, a large grade figure from Vanuatu, an Inuit mask from Greenland and an incised Taino anthropomorphic axe blade from the Lesser Antilles that once belonged to André Breton. Other pieces came from the artist’s family and the Musée national Picasso-Paris, including a majestic Baga shoulder mask from Guinea. 

PIC

Artiste baga, Guinée, masque d’mba, fin du XIXe s.-début du XXe s., bois, raphia. Musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979. Photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Béatrice Hatala

Œuvres ajoutées pour Montréal

Le MBAM multiplie les face à face en ajoutant des artistes phares de la scène contemporaine africaine ou afro-américaine pour confronter cet héritage postcolonial avec Omar Ba, Edson Chagas, Omar Victor Diop, Samuel Fosso, Romuald Hazoumè, Nicholas Hlobo, Masimba Hwati, Moridja Kitenge Banza, Zina SaroWiwa, Zanele Muholi, Pedro Pires, Yinka Shonibare MBE, Mickalene Thomas et Kehinde Wiley. Plusieurs de ces œuvres ont été acquises par le MBAM ou sont en cours d’acquisition. 

En introduction et conclusion du parcours, deux installations vidéo sont montrées en première américaine : représentant de l’Afrique du Sud à la Biennale de Venise 2017, Mohau Modisakeng présente Passage (2017), et Theo Eshetu, Atlas Fractured, dévoilée à la Documenta 14 en 2017. 

À Montréal, l’exposition intègre aussi de remarquables prêts du Musée Redpath de l’Université McGill et de la collection Lune Rouge de Guy Laliberté ainsi que plusieurs œuvres du MBAM originaires des îles Marquises et de Nouvelle-Zélande. 

PIC

Pablo Picasso (1881-1973), Grande nature morte au guéridon, Paris, 11 mars 1931, huile sur toile. Musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979. © Succession Picasso / SODRAC (2018). Photo © RMN-Grand Palais / Art Resource, NY / René-Gabriel Ojéda

Works added for Montreal 
The MBAM multiplied the encounters by adding leading artists from the contemporary art scene – mainly African or of African descent – who challenge a post-colonialist heritage with Omar Ba, Edson Chagas, Omar Victor Diop, Samuel Fosso, Romuald Hazoumè, Nicholas Hlobo, Masimba Hwati, Moridja Kitenge Banza, Zina Saro-Wiwa, Zanele Muholi, Pedro Pires, Yinka Shonibare MBE, Mickalene Thomas and Kehinde Wiley. Several of these works were acquired or are in course of acquisition by the MMFA. 

At the beginning and end of the presentation, two video installations are shown for the first time in North America: representing South Africa at the Venice Biennale in 2017, Mohau Modisakeng presents Passage while Theo Eshetu presents his video installation Atlas Fractured, first shown at Documenta 14 in 2017. 

The exhibition also incorporates some outstanding loans from McGill University’s Redpath Museum and from Guy Laliberté’s Lune rouge collection, as well as a number of pieces from the Marquesas Islands and New Zealand in the MMFA’s collection.

PIC

Pablo Picasso (1881-1973), Mère et enfant, Paris, été 1907, huile sur toile. Musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979. © Succession Picasso / SODRAC (2018). Photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / René-Gabriel Ojéda

Des œuvres remarquables de Picasso à Montréal

L’exposition réunit près d’une centaine d’œuvres de Picasso – peintures, sculptures, céramiques et œuvres sur papier – qui rendent compte de l’influence majeure des arts de l’Afrique et d’Océanie sur sa création. Soixante-dix proviennent du Musée national Picasso-Paris et plus d’une vingtaine sont prêtées par la famille Picasso et la Fundación Almine y Bernard Ruiz-Picasso. Un vaste ensemble de documents, lettres, objets et photographies, ainsi que 27 œuvres issues de la collection personnelle de l’artiste, témoignent en parallèle que ces arts n’ont cessé d’accompagner Picasso au cours de sa vie.

Le public pourra admirer une trentaine d’œuvres exposées pour la première fois au Canada, entre autres, les tableaux Mère et enfant (1907), La Guenon et son petit (1951) et Tête d’homme barbu (1938) et le bronze Buste de femme (1931). L’exposition réunit également les chefs-d’œuvre Femmes à la toilette (1956), Grande nature morte au guéridon (1931), Le Baiser (1969), La Femme à la poussette (1950), le plâtre original de La Guenon et son petit. Enfin, on pourra voir des œuvres étonnantes faites d’assemblages, d’objets trouvés, et réalisées en papier déchiré ou en fil de fer. 

 

PIC

Pablo Picasso (1881-1973), Femme dans un fauteuil, Cannes, été 1927, huile sur toile. Musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979. © Succession Picasso / SODRAC (2018). Photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Jean-Gilles Berizzi

Outstaning works by Picasso in Montreal 
The exhibition features almost a hundred works by Picasso – paintings, sculptures, ceramics and works on paper – which attest to the important influence of Africa and Oceania on his oeuvre. Seventy of them come on loan from the Musée national Picasso-Paris. Numerous others are being loaned to the MMFA by the Picasso family and the Fundación Almine y Bernard Ruiz-Picasso. A huge collection of documents, letters, objects and photographs, together with 27 works from the artist’s personal collection, similarly testify that these arts accompanied Picasso throughout his life. 

The public will be able to admire some thirty works exhibited for the first time in Canada, including the canvases Mother and Child (1907), Baboon and Young (1951) and Head of Bearded Man (1938) and the bronze Bust of a Woman (1931). The exhibition also features the masterpieces Women at their Toilette (1956), Large Still Life with Pedestal Table (1931), The Kiss (1969), Woman with a Stroller (1950) and the original plaster of Baboon with Young (1951), and also presents astonishing works composed of assemblages, found objects and objects executed in torn paper and wire. 

 

PIC

Pablo Picasso (1881-1973), Figure et profil, Paris (?), 1928, huile sur toile. Musée national Picasso-Paris, dation Pablo Picasso, 1979. © Succession Picasso / SODRAC (2018). Photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Adrien Didierjean

Nous sommes d’ici, ici : l’art contemporain des Noirs canadiens

Le MBAM propose au public de poursuivre son parcours avec l’exposition Nous sommes d’ici, ici : l’art contemporain des Noirs canadiens, dont la visite est incluse dans le droit d’entrée. Initiée par le Musée royal de l’Ontario, cette exposition remet en question les préjugés sur la condition des Noirs au Canada à la lumière d’œuvres de 11 artistes contemporains, dont trois artistes montréalais, ajoutés à la présentation par le MBAM.

Here We are Here: Black Canadian Contemporary Art 
In a complementary layout, the MMFA invites the public to continue the visit with the exhibition Here We Are Here: Black Canadian Contemporary Art (included in the entrance fee). Conceived by the Royal Ontario Museum, the exhibition challenges preconceived notions of Blackness in Canada through the work of eight contemporary artists, to which the MMFA has added three Montreal artists in its presentation.

PIC

Omar Victor Diop (né en 1980), Jean-Baptiste Belley, 2014, impression à jet d’encre. Collection particulière. © Omar Victor Diop / Avec l’aimable concours de la Galerie Magnin-A, Paris 

PIC

Theo Eshetu (né en 1958), Atlas Fractured, 2017, vidéo 18 min. © Theo Eshetu (Courtesy of the artist & Axis Gallery, New York & New Jersey)

PIC

Mickalene Thomas (née en 1971), J'ai appris à la dure, 2010, faux diamants, acrylique et émail sur panneau. Musée des beaux-arts de Montréal, achat, fonds de la Campagne du Musée 1988-1993. © Mickalene Thomas / SODRAC (2018)

PIC

Zina Saro-Wiwa (née en 1976), L’Homme invisible : le poids de l’absence, 2015, impression giclée, édition de 5 et 2 épreuves d’artiste. Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de Tiwani Contemporary, Londres.

PIC

Artiste songye, République Démocratique du Congo, masque kifwebe, avant 1967, bois, pigments. Paris, Musée du quai Branly – Jacques Chirac, don Tishman. Photo © musée du quai Branly – Jacques Chirac / Claude Germain

PIC

Artiste kamayura, Brésil, masque, XXe s., plumes, cire, graines, roseaux, bois et barbe végétale. Paris, musée du quai Branly – Jacques Chirac. Photo © musée du quai Branly – Jacques Chirac / Patrick Gries, Bruno Descoings

PIC

Artiste Yup’ik, États-Unis, masque de doigt, avant 1886, bois, plumes. Paris, musée du quai Branly – Jacques Chirac, don de la Smithsonian Institution. Photo © musée du quai Branly – Jacques Chirac, Dist. RMN-Grand Palais / Art Resource, NY / Claude Germain