1

4

2

Lot 56. Paire d'armoires en acajou flammé, placage d'acajou et bronze doré au mercure d'époque Louis XVI, estampillées J.F.LELEU. H. 194 x L. 124 x P. 54 cm ; 76 1/4 x 124 3/4 x 6 2/3 in. Estimation 150,000 — 250,000 EUR. Courtesy Sotheby's.

ouvrant à deux portes moulurées et ornées de masques de satyres et de rosaces en bronze doré, reposant sur des pieds toupies, l'intérieur avec quatre étagères en chêne. Quantité: 2.

ProvenanceGalerie Jacques Seligmann & Fils, 9 rue de la Paix, Paris ; achat en 1935, puis par descendance.

5

Facture d’achat, 1935

Note: Jean-François Leleu, ébéniste reçu maître en 1764.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle l'acajou s'est affranchi d'une utilisation locale, dans les ports de la Manche et de l'Atlantique où il était travaillé en massif et a produit entre les mains des artisans locaux un large éventail de « meubles de port ».

C'est à partir des années 1760 que l'acajou s'est imposé dans l'ébénisterie parisienne et a largement contribué au développement du renouveau classique. Il a permis à de nombreux ébénistes de renom de se renouveler en réalisant des meubles sobres, très architecturés où la beauté des essences mettant en valeur de chaudes tonalités permettaient de traduire la pureté des lignes des canons classiques.

Jean-François Leleu s'est illustré avec certains de ses illustres contemporains, comme un ambassadeur du renouveau classique, mais il a aussi imprimé son propre style, celui d'un néoclassicisme sévère en privilégiant des formes monumentales et très architecturées comme la paire d'amoires vendues Mes Rieunier, Bailly-Pommery, Mathias, Le Roux, Oger et Dumont, Paris, Drouot, le 12 juin 1996, lot 167 (illustrée ci-dessous).

3