teaser-3984_0

PARIS - Altounian, ce nom était connu des plus grands antiquaires, musées, collectionneurs et artistes en France et à travers le monde depuis la première moitié du XXe siècle. Sa famille dévoile aujourd’hui au public une part importante du fonds qu’il avait constitué. Artcurial proposera les 17 et 18 septembre prochains la vente inédite de la Collection Joseph Altounian, l’antiquaire des musées, l’ami des artistes.

Organisée pendant la Biennale de Paris, cet ensemble présente plus de 400 pièces (objets d’art, sculptures, mobilier) et notamment six dessins exceptionnels d’Amedeo Modigliani réunis par cette famille. L’historique et les provenances prestigieuses d’un grand nombre de ces oeuvres ont pu être retracés grâce aux archives familiales conservées jusqu’à ce jour. Ces oeuvres seront présentées chez Artcurial autour d’une mise en scène originale imaginée spécialement pour l’occasion par le cabinet d’architecture Lecoadic Scotto.

A l’image de l’histoire familiale, riche et unique, dont les rencontres multiples et décisives avec les plus grands intellectuels et artistes du XXe siècle furent le fil conducteur, cette collection couvre de nombreuses périodes: l’antiquité, le Moyen-Âge, la Haute Epoque et enfin l’Art Moderne.

« La Collection de Joseph Altounian constitue un témoignage rare et précieux des liens entre cette famille d’antiquaires et les plus grands artistes du XXème siècle (Auguste Rodin, Max Jacob, Pablo Picasso, Amedeo Modigliani...). Artcurial est fière de dévoiler la collection inédite de cette famille qui a fourni les plus grands musées américains et collectionneurs à travers le monde. » - Stéphane Aubert, Commissaire-priseur, directeur associé, Artcurial.

Joseph Altounian, antiquaire de renom et ami des artistes

Arménien d’origine, Joseph Altounian (1890-1954) quitte Smyrne au début du XXe siècle, fait étape au Caire, s’installe à Paris en 1908 où il apprend le métier d’antiquaire puis à Mâcon en Bourgogne à partir de 1936.

A Paris, il se lie d’amitié avec Max Jacob qui le soutien dans ses débuts. Installé à Montmartre, Joseph observe, côtoie, et se lie d’amitié avec les artistes, résidents ou habitués du Bateau-Lavoir : Pablo Picasso, Guillaume Apollinaire, Amedeo Modigliani... Une amitié profonde liera Joseph Altounian et Amedeo Modigliani qui fera son portrait en 1917, portrait conservé jusqu’à ce jour par ses héritiers tout comme les cinq autres dessins de la collection. En 1918, il inaugure sa galerie à Paris, rue Saint Georges, La St George’s Art Gallery qu’il agrandira une décennie plus tard avec une seconde galerie située Boulevard de Courcelles.

Il parcourt l’Egypte avec le peintre et ami Kees Van Dongen, voyage à l’image de ses premières amours puisque c’est d’abord pour les antiquités que Joseph se passionne avant de s’intéresser plus tard à la Haute Epoque. Comme on parlait en son temps d’un objet Landau en référence au prince des antiquaires que fut Nicolas Landau, on peut parler d’un objet Altounian tant son regard, son intuition, sa connaissance des objets vont faire de lui le fournisseur – découvreur d’un grand nombre d’œuvres qu’il vend aux plus grands collectionneurs européens et américains.

Recommandé par Georges Clémenceau, Joseph Altounian est choisi par Auguste Rodin qui le missionne pour constituer sa collection d’objets égyptiens et antiques aujourd’hui au musée Rodin. Les archives, lettres, carnets d’adresses et registres de marchandises conservés précieusement par ses héritiers témoignent de ces relations professionnelles et amicales avec ces artistes, les galeries, les antiquaires ainsi qu’un grand nombre d’institutions muséales (le MET de New-York, le musée Rodin, le musée du Louvre ou encore le musée de Cluny). 

Après son mariage avec Henriette Lorbet, descendante de plusieurs générations d’antiquaires bourguignons et collectionneurs d’antiquités, les époux Altounian s’enracinent à Mâcon en Bourgogne où ils constituent, ensemble, leur collection personnelle dans leur hôtel particulier. Quelques années plus tard, Bernard Rousset, leur gendre, poursuivra avec talent cette passion familiale, notamment dès les années 60, à l’occasion des premières Biennales des Antiquaires à Paris.

La collection Altounian aux enchères

Les 17 et 18 septembre prochains, Artcurial proposera cette collection inédite d’objets et œuvres d’art constituée par Joseph Altounian et sa famille.

Un important ensemble de statuaire figure dans la vente. Des pièces égyptiennes telle qu’une statuette de dignitaire en bois, Egypte, Nécropole de Meir, Moyen-Empire, XI-XIIe dynastie (estimation : 50 000 - 60 000 €), ou un scribe de style archaïsant en calcaire, Egypte, époque Saïte, début de la XXVIè Dynastie (estimation : 6 000 – 8 000€) et de nombreuses sculptures romanes et gothiques rappellent les pièces vendues par Joseph Altounian aux plus grandes collections privées et muséales du monde. Mais aussi son rôle dans la diffusion de l’antiquité et de la Haute Epoque auprès des collectionneurs et institutions américaines. On retrouve également dans la vente un torse de prophète en pierre calcaire, Bourgogne, abbaye de Cluny, vers 1115-1130, estimé 60 000 - 80 000 €, un bas-relief en calcaire représentant deux évangélistes en buste dans des médaillons, France, XIVè siècle, estimé 3 000 – 5 000€ ou encore une vierge à l’Enfant en bois sculpté, France du Nord ou Région Mosane, XIVè siècle (estimation : 10 000 – 12 000€).

3981_10660438_0

3981_10660438_1

3981_10660438_2

3981_10660438_3

3981_10660438_4

3981_10660438_5

3981_10660438_6

Lot 7. Egypte, Nécropole de Meir, Moyen-Empire, XI-XIIe dynastie, Statuette de dignitaire en bois. Socle: 4 x 21 cm (1 5/8 x 8 1/4 in.) H. personnage: 32,80 cm (12 7/8 in.)Estimation : 40 000 - 60 000 €© Artcurial.

Personnage masculin debout, en position de marche, la jambe gauche en avant, les bras le long du corps, poings fermés, vêtu du pagne chendjit à l'origine peint, coiffé de la perruque ronde en damier dite nubienne, les yeux incrustés de bronze et de verre ; très bon état de conservation, extrémité des pieds lacunaires, polychromie noire sur la perruque et trace de pigments blanc sur le pagne. Nettoyage probable. Étiquette sous la base avec inscription manuscrite "Moyen Empire porteur". Porte deux étiquettes "ANNEXE N°444'" et "ANNEXE N°198" 

Provenance : Ancienne Collection du Révérend William MacGregor (1848-1937), Bolehall Manor House Museum, Tamworth, Royaume-Uni 
Vente de la Collection du Révérend William MacGregor, Sotheby's, Wilkinson and Hodge, Londres, 29 juin 1922, lot 600, page 76 
Acquis lors de cette vente par Joseph Altounian 
Mention de "Mac Gregor Statue bois Homme debout" dans le journal général du 1er janvier 1924, sous le numéro 1382, page 21 
Ancienne Collection Joseph Altounian.

Oeuvres en rapportMusée du Caire (n°790) 
Musée du Louvre (n°E 12028)

Bibliographie en rapportÉ. Delange, Catalogue des statues égyptiennes du Moyen Empire, Paris, Musée du Louvre, 1987, pp. 158-159 
Un siècle de fouilles françaises en Égypte, 1880-1980, catalogue d'exposition, Paris, 1981, p. 113, n° 108 

An Egyptian wood statuette of a standing dignitary, Meir necropolis, Middle Kingdom, 11th-12th Dynasty 

NoteCette statue de dignitaire possède les caractéristiques d'un type de représentation s'étant répandu de la fin de l'Ancien Empire au Moyen Empire. 
Dans l'attitude de la marche, les bras disposés de part et d'autre du corps se terminant par des poings refermés aux pouces déployés, vêtues du pagne traditionnel chendjit et coiffées de la perruque à damier, ces statues faisaient partie du mobilier funéraire accompagnant les défunts dignitaires dans l'au-delà. 
Ce type de représentation éclot dans un contexte où les dignitaires jusqu'alors enterrés aux côtés des rois, se font désormais construire des mastabas à leur effigie. Cette nouvelle pratique s'agrémente d'un mobilier funéraire de plus grande importance dans lequel s'inscrit la réalisation de ces statues, symbole des dignitaires marchant vers leur destin. 
Provenant de la nécropole de Meir à une période où Howard Carter a réalisé des fouilles, la légende familiale veut que cette statue soit l'une de ses trouvailles avant la fameuse invention de la tombe de Toutankhamon. Ce qui est certain c'est qu'elle provient de la collection MacGregor dispersée en 1922 chez Sotheby's, bénéficiant ainsi d'un pedigree prestigieux.

 

3981_10660690_0

3981_10660690_1

3981_10660690_2

3981_10660690_3

3981_10660690_4

3981_10660690_5

3981_10660690_6

Lot 22. Egypte, époque Saïte, début de la XXVIè Dynastie, Scribe de style archaïsant en calcaire. H.: 14,50 cm (5 3/4 in.). Estimation 6 000 - 8 000 €© Artcurial.

Scribe acéphale assis en tailleur sur une base trapézoïdale, vêtu d'un pagne, tenant dans sa main gauche un rouleau de papyrus partiellement déroulé. La main droite aujourd'hui lacunaire retenait un calame ; accidents (main gauche et partie inférieure de la jambe gauche lacunaires), éclats. Ancienne étiquette portant une inscription manuscrite "calcaire jaune Ancienne Empire très rare". Porte deux étiquettes "ANNEXE N°410" et "ANNEXE N°165" 

DocumentationLot visible sur une photo d'archives de la galerie, années 1930

ProvenanceAncienne Collection Joseph Altounian

An Egyptian limestone scribe, Saite period, beginning of the 26th Dynasty

Note: La XXVIe Dynastie dite période saïte se caractérise par un retour à l'archaïsme qui s'illustre politiquement - les souverains ré-établissent leur capitale à Memphis- ainsi qu'artistiquement. La statuaire reprend alors les codes établis à l'Ancien Empire et se veut n'être qu'une citation de ces modèles. Ce scribe accroupi est révélateur de ce retour à l'art ancien. Sa représentation en position assise en tailleur retenant dans ses mains un rouleau se répand à l'Ancien Empire et est symbolique de cette période. Outre l'iconographie, le traitement est également à rapprocher de ces œuvres plus anciennes et notamment des scribes de la Ve dynastie présentant un modelé du corps musclé et réaliste. Les épaules développées ainsi que le petit bourrelet présent sur cette statue s'inscrivent dans cet héritage ; tout comme la précision et la minutie avec laquelle sont traitées les mains ainsi que la ceinture. Ce retour à la tradition artistique classique fut nommé " renaissance saïte. "

3981_10660621_0

3981_10660621_1

3981_10660621_2

3981_10660621_3

Lot 46. Cluny, Bourgogne, provenant probablement de l'Abbaye, vers 1115-1130, Torse d'homme barbu ou prophèteSculpture en pierre calcaire fragmentaire. H : 24,10 cm (9 1/2 in.). Estimation 60 000 - 80 000 €. © Artcurial.

accident et restauration.

ProvenanceAcquis par Irma Lorbet (1873 -1926) à Cluny ; 
Ancienne Collection Joseph Altounian 

ExpositionCluny III, la Maior Ecclesia, exposition tenue du 1° juin- 30 septembre 1988 aux Écuries de St Hugues, Cluny ; 
Le monde Clunisien d'Hugues de Semur à Pierre le Vénérable, exposition tenue du 1er juillet - 28 août 1995 aux Écuries de St Hugues, Cluny. Manifestation organisée par la Fédération des sites clunisiens et par le Musée Ochier ; 
Le monde Clunisien d'Hugues de Semur à Pierre le Vénérable, exposition tenue du 12 mai- 16 septembre 1996 en l'Abbatiale de Payerne (Suisse). 

BibliographieC. T. Little, "From Cluny to Moutiers-Saint-Jean: The Origin of a Limestone Fragment of an Angel at The Cloisters." In Gesta n°27, 1988, pp. 23-29, fig.8 ; 
Sous dir. B. Maurice et J.-D Salvèque, Cluny III, la maior ecclesia : catalogue de l'exposition tenue aux Ecuries de St-Hugues, Cluny, du 4 juin au 30 septembre 1988, Buguet-Comptour, Mâcon, 1988 ,n° 114,p.67 et notice 114 p.105 ; 
N. Stratford, "A propos du grand portail de la nef de Cluny III", in Bulletin Monumental, t.170-1, 2012, fig. 34.

Littérature en rapportN. Stratford, Studies in Burgundian Romanesque sculpture, Pindar, 1998, 2 vol; 
J.D. Salvèque, " Quelques témoins sculptés de l'architecture religieuse de Cluny ", in Bulletin du centre d'études clunisiennes, 2004, p.31-39 ; 
M Sainsous, " Cluny III grand portail, encore une découverte ", in Bulletin du centre d'études clunisiennes, 2006, p.52-53 ; 
N. Stratford (dir.), Corpus de la sculpture de Cluny. Les parties orientales de la Grande Église Cluny III, 2 vol., Paris, éd. Picard, 2011 ; 
J.D Salvèque, "Pérégrination de fragments oubliés, entre collections privées et collections publiques", in Hors série histoire antique et médiévale Cluny , 1120 - au seuil de la Major Ecclesia, Edition Faton, 2012, p.52-53 ; 
Y. Christe, " Le grand portail de Cluny III : les interférences de la tradition tardo-antique, romaine et islamique sur un monument atypique ", in Hortus Medievalium, vol.20 ; 2014 ; 
Ss dir. N. Stratford, Cluny 910-2010 : onze siècles de rayonnement, Edition du Patrimoine, CMN, 2018, pp.96-115 ; 
J.D. Salvèque; " Découverte et identification de la tête d'un personnage du linteau du portail de Cluny III ", in Bulletin du Centre d'Etudes clunisiennes, 2002, p.31-33 ; 
J.D. Salvèque, "Cluny, trois découvertes importantes se rapportant à l'église abbatiale de Cluny III, in Bulletin du Centre d'Etudes clunisiennes, 2005, p.23-28

A fragmentary limestone sculpture depicting a bearded man or a prophet, Cluny, Burgundy, probably coming from the Abbey, circa 1115-1130.

3981_10660510_0

3981_10660510_1

Lot 48. France, XIVè siècle, Deux évangélistes ou apôtres en buste. H.: 28 cm (11 in.); l.: 42,50 cm (16 3/4 in.); P.: 13 cm (5 in.). Estimation 3 000 - 5 000 €© Artcurial.

Dans des médaillons quadrilobés encadrés de fleurs, bas-relief en pierre calcaire ; accidents et usures liés à une exposition à l'extérieur. Porte une étiquette "ANNEXE N°799".

ProvenanceCollection Altounian-Rousset

A limestone bas-relief depicting two evangelists, France, 14th century.

3981_10660346_0

3981_10660346_1

Lot 49. Région Mosane, XIVè siècle, Vierge à l'Enfant trônant. H.: 74 cm (29 in.); l.: 36 cm (14 in.); P.: 30 cm (11 3/4 in.)Estimation 18 000 - 22 000 €© Artcurial. 

Sculpture en bois de chêne polychromé, dos évidé, traces de polychromie d'origine et de plusieurs repeints, couronne probablement en stuc postérieure ; accidents et manques (bras droit de la Vierge, les deux bras de l'Enfant), polychromie rapportée. Porte une étiquette "ANNEXE N°447". 

ProvenanceAcquise probablement auprès de Nogues, le 13 mars 1924, inv.N°29JA ; 
Ancienne Collection Joseph Altounian 

Littérature en rapportM. Devigne, La sculpture mosane du XIIe au XVIe siècle. Contribution à l'étude de l'art dans la région de la Meuse moyenne, Paris-Bruxelles, 1932 ; 
R. DiDier, La sculpture mosane du XIe au milieu du XIIIe siècle, in Rhein und Maas. Kunst und Kultur, 800-1400, 2, Cologne, 1973 

NoteCette rare Vierge à l'Enfant trônante témoigne de l'évolution de l'iconographie romane de la Sedes Majestae au cours du XIIIe siècle. A l'époque romane la Vierge est représentée dans une position frontale d'une grande rigidité hiératique. Ici son attitude est beaucoup plus souple : le mouvement donné au corps par un déhanchement rétro versé, la tête de la Vierge penchée vers le bas et l'assise de l'enfant sur le genou gauche de sa mère offrent une image bien plus vivante. Le visage de la Vierge, de forme allongée et encadré de mèches très stylisées sous un voile court s'allongeant à l'arrière est empreint d'une certaine douceur. La coiffure est surmontée d'une couronne sans doute en stuc. Ces caractéristiques iconographiques, que l'on retrouve sur les Vierges exécutées dans la région mosane à la fin du XIIIe siècle, rappellent ceux de la Sedes Sapientiae en chêne polychromé conservée au Musée Royaux d'Art et d'histoire de Bruxelles (N°inv. 9018) ou encore de la Vierge exécutée dans les années 1260 également conservée à Bruxelles (n°inv. 8691). 

A polychrome oak sculpture depicting the Virgin and the Child on a throne, Mosan region, circa 1300.

Un ensemble de six dessins d’Amedeo Modigliani conservé jusqu’à ce jour constituera le volet Art Moderne de la vacation. Tous les dessins sont dédicacés par l’artiste, devenu ami intime de Joseph Altounian et furent répertoriés par l’antiquaire dans son livre des marchandises. On retrouvera notamment un crayon sur papier, Tête, dessiné vers 1911- 1912, signé et dédicacé en bas à droite « Max J/ à notre ami/ Marc Brésil/ Modigliani », estimé 250 000 - 350 000 € ainsi qu’une aquarelle et crayon bleu sur papier intitulée Jeune homme assis au chapeau et réalisée en 1916, signée « A mon ami Altounian, Modigliani » (estimation: 100 000 - 150 000 €). La pièce la plus intime sera le Portrait de Joseph Altounian, commenté par Max Jacob : « Je certifie que ce portrait est celui d’Altounian fait par Modigliani en 1917 » (estimation: 50 000 - 70 000 €).

3981_10660448_0

Lot 1. Amedeo Modigliani (1884 - 1920)Tête, Circa 1911 - 1912, Crayon sur papier, Signé en bas à droite «Modigliani» et dédicacé par Max Jacob en bas à droite « Max J / à notre ami/ Marc Bresil», 43 x 26,50 cm. Estimation : 250 000 - 350 000 €© Artcurial.

Provenance : Marc Bresil, Paris; 
Max Jacob, Paris; 
Ancienne Collection Joseph Altounian (probablement n°858 du livre de marchandises du 31 décembre 1920, page 21 comme acquis auprès de Max Jacob); 
À l'actuel propriétaire par descendance

Expositions : Tokyo, Nihonbashi, Osaka, Mitsukoshi, Le Bateau-Lavoir, avril-mai 1977, n°27, reproduit en noir et blanc 
Paris, Galerie NRA, Amedeo Modigliani, dessins, janvier 1978, reproduit sur le carton d'invitation 
Alessandria, Palazzo Comunale, Amedeo Modigliani, disegni, janvier-février 1979, reproduit en noir et blanc p.30 
Tokyo, Daimaru, Osaka, Daimaru, Modigliani Exhibition, coorganisée par le Guggenheim Museum de New York, septembre-novembre 1979, n°26, reproduit en noir et blanc 
Liège, Musée Saint-Georges, Modigliani, octobre-décembre 1980, n°32 p.107, reproduit en noir et blanc p.108 
Paris, Musée d'Art Moderne de la Ville, Amedeo Modigliani, mars-juin 1981, n°120, reproduit p.179 
Monaco, Galerie Le Point, Modigliani, juillet-septembre 1982, reproduit p.4 
Barcelone, Fundacio Caixa de Pensiones, Centre cultural, Modigliani, avril-mai 1983, reproduit p.105 
Madrid, Sala de Exposiciones de la Caja de Pensiones, Modigliani, juin 1983, n°40, reproduit p.113 
Naples, Institut Français, Amedeo Modigliani, disegni, centenario della nascita 1884-1984, juin 1984, n°10, reproduit en noir et blanc p.77 

Bibliographie : J. Lanthemann, C. Parisot, Modigliani inconnu, Shakespeare & Company, Brescia, 1979, reproduit en noir et blanc p.22 
T. Castieau-Barrielle, La vie et l'oeuvre d'Amedeo Modiglani, ACR, Courbevoie, Vilo, Paris, 1987, reproduit en noir et blanc p.78 
J. Warnod, Les Artistes de Montparnasse - La Ruche, Van Wilder, 1988, reproduit en noir et blanc p.86 (date et descriptif erronés) 
C. Parisot, Modigliani - Catalogue raisonné, Tome I, dessins, aquarelles, Graphis Arte, Livourne, 1990, n°12/10 p.340, reproduit en noir et blanc p.40 et 235 
O. Patani, Amedeo Modigliani, catalogo generale, sculture e disegni, 1909-1914, Leonardo, Milan, 1992, n°116, reproduit en noir et blanc p.126 

3981_10660538_0

Lot 2. Amedeo Modigliani (1884 - 1920), Jeune homme assis au chapeau, 1916. Aquarelle et crayon bleu sur papier. Signé, daté et dédicacé en bas à gauche « à mon ami / Altounian / Modigliani / 9 juillet 1916.», au verso numéro d'inventaire «N°848», 43,40 x 26,40 cm. Estimation : 100 000 - 150 000 €© Artcurial.

Provenance : Acquis directement auprès de l'artiste par Joseph Altounian, Paris (probablement inv n°848 du livre de marchandises du 31 décembre 1920, page 21 sous le titre «femme couchée» (sic); 
À l'actuel propriétaire par descendance 

Expositions : Paris, Galerie Charpentier, Cent tableaux de Modigliani, 1958, n°189 
Tokyo, Seibu Gallery, Kyoto, Musée National d'Art Moderne, Modigliani, mai-août 1968, n°28, reproduit en noir et blanc 
Paris, Galerie NRA, Amedeo Modigliani, dessins, janvier 1978 
Japon, exposition itinérante, La Ruche – l'École de Paris à Montparnasse 1910-1930, août-novembre 1978, n°59, reproduit en noir et blanc 
Paris, Musée Jacquemart-André, La Ruche et Montparnasse 1902-1930, décembre 1978 - avril 1979, n°102 
Tokyo, Daimaru, Osaka, Daimaru, Modigliani Exhibition, coorganisée par le Guggenheim Museum de New York, septembre-novembre 1979, n°41, reproduit et noir et blanc 
Liège, Musée Saint-Georges, Modigliani, octobre-décembre 1980, n°50 p.130, reproduit en noir et blanc p.131 
Monaco, Galerie Le Point, Modigliani, juillet-septembre 1982, reproduit p.22 
Barcelone, Fundacio Caixa de Pensiones, Centre cultural, Modigliani, avril-mai 1983, reproduit p.129 
Madrid, Sala de Exposiciones de la Caja de Pensiones, Modigliani, juin 1983, n°73, reproduit p.137 

Bibliographie : J. Lanthemann, C. Parisot, Modigliani inconnu, Shakespeare & Company, Brescia, 1978, reproduit en noir et blanc p.53 
C. Parisot, Modigliani - Catalogue raisonné, Tome I, dessins, aquarelles, Graphis Arte, Livourne, 1990, n°17/16 p.349, reproduit en noir et blanc p.118 et 296 
O. Patani, Amedeo Modigliani, catalogo generale, disegni, 1906-1920, Leonardo, Milan, 1994, n°219, reproduit en noir et blanc p.148 

3981_10660536_0

Lot 3. Amedeo Modigliani (1884 - 1920), Femme endormie, Circa 1916-1917. Mine de plomb sur papier. Signé en bas à gauche « Modigliani», au verso cachet et numéro de la collection Altounian «AMEDEO MODIGLIANI COLL. JOSEPH ALTOUNIAN DESSIN N°5»26,20 x 42,70 cm. Estimation : 80 000 - 120 000 €© Artcurial.

Provenance : Acquis directement auprès de l'artiste par Joseph Altounian, Paris (inv n°851 du livre de marchandises du 31 décembre 1920, page 21); 
À l'actuel propriétaire par descendance 

Expositions : Tokyo, Nihonbashi, Osaka, Mitsukoshi, Le Bateau-Lavoir, avril-mai 1977, n°31 
Paris, Galerie NRA, Amedeo Modigliani, dessins, janvier 1978 
Turin, Galleria Pirra, Amedeo Modigliani, novembre-décembre 1978 
Alessandria, Palazzo Comunale, Amedeo Modigliani, disegni, janvier-février 1979, reproduit p.36 
Tokyo, Daimaru, Osaka, Daimaru, Modigliani Exhibition, coorganisée par le Guggenheim Museum de New York, septembre-novembre 1979, n°53, reproduit en noir et blanc 
Liège, Musée Saint-Georges, Modigliani, octobre-décembre 1980, n°59 p.148, reproduit en noir et blanc p.149 
Monaco, Galerie Le Point, Modigliani, juillet-septembre 1982, reproduit en noir et blanc p.10 
Barcelone, Fundacio Caixa de Pensiones, Centre cultural, Modigliani, avril-mai 1983, reproduit p.148 
Madrid, Sala de Exposiciones de la Caja de Pensiones, Modigliani, juin 1983, n°92, reproduit p.156 
Naples, Institut Français, Amedeo Modigliani, disegni, centenario della nascita 1884-1984, juin 1984, n°47, reproduit en noir et blanc p.105 
Paris, Musée du Luxembourg, Modigliani, L'Ange au visage grave, octobre 2002 – mars 2003, n°XXII, reproduit p.261 
Milan, Palazzo Reale, Modigliani, l'Angelo dal Volto Severo, mars-juillet 2003, n°XXXVIII, reproduit p.227

Bibliographie : J. Lanthemann, C. Parisot, Modigliani inconnu, Shakespeare & Company, Brescia, 1978, reproduit en noir et blanc p.52 
C. Parisot, Modigliani - Catalogue raisonné, Tome I, dessins, aquarelles, Graphis Arte, Livourne, 1990, n°16/16 p.349, reproduit en noir et blanc p.140 et 296.

3981_10660450_0

Lot 4. Amedeo Modigliani (1884 - 1920), L'Estatico, 1916. Mine de plomb sur papier. Titré en haut au centre «L'ESTATICO», signé, daté et dédicacé en bas à droite «à Altounian / Modigliani / Juillet 916», au verso numéro d'inventaire «N°850» et cachet et numéro de la collection Altounian «AMEDEO MODIGLIANI COLL. JOSEPH ALTOUNIAN DESSIN N°6», 43,50 x 26,80 cm. Estimation : 60 000 - 80 000 €© Artcurial.

Provenance : Acquis directement auprès de l'artiste par Joseph Altounian, Paris (inv n°850 du livre de marchandises du 31 décembre 1920, page 21); 
À l'actuel propriétaire par descendance

Expositions : Paris, Galerie NRA, Amedeo Modigliani, dessins, janvier 1978 
Alessandria, Palazzo Comunale, Amedeo Modigliani, disegni, janvier-février 1979, reproduit p. 29 
Tokyo, Daimaru, Osaka, Daimaru, Modigliani Exhibition, coorganisée par le Guggenheim Museum de New York, septembre-novembre 1979, n°37, reproduit en noir et blanc 
Liège, Musée Saint-Georges, Modigliani, octobre-décembre 1980, n°49, reproduit en noir et blanc p.139 
Monaco, Galerie Le Point, Modigliani, juillet-septembre 1982, reproduit en noir et blanc p.19 
Barcelone, Fundacio Caixa de Pensiones, Centre cultural, Modigliani, avril-mai 1983, reproduit p.135 
Madrid, Sala de Exposiciones de la Caja de Pensiones, Modigliani, juin 1983, n°79, reproduit p.143 
Tokyo, Daimaru Museum, Kobe, Hankyu, Shimonoseki, Daimaru Cultural Centre, 
Nara, National Museum of Art, Le Bateau-lavoir, La Ruche, Montmartre, Montparnasse, septembre 1994 - mars 1995, reproduit en noir et blanc p.80 
Paris, Musée du Luxembourg, Modigliani, L'Ange au visage grave, octobre 2002 – mars 2003, n°XXX, reproduit p.269 
Milan, Palazzo Reale, Modigliani, l'Angelo dal Volto Severo, mars-juillet 2003, n°XLIX, reproduit p.237 
New York, The Jewish Museum, Toronto, Art Gallery of Ontario, Washington, The Phillips Collection, Modigliani Beyond the Myth, mai 2004 - mai 2005,p.210, reproduit pl. 115, p.176 
Rome, Complesso Vittoriano, Modigliani, février-juin 2006, reproduit p. 284 
Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza, Modigliani y su tiempo, mai 2008, n°60, reproduit p.105 
Bonn, Bundekunsthalle, Modigliani, avril-août 2009, n°70, p.178 

Bibliographie : J. Lanthemann, C. Parisot, Modigliani inconnu, Shakespeare & Company, Brescia, 1978, reproduit en noir et blanc p.41 
T. Castieau-Barrielle, La vie et l'oeuvre d'Amedeo Modiglani, ACR, Courbevoie, Vilo, Paris, 1987, p.124 
C. Parisot, Modigliani - Catalogue raisonné, Tome I, dessins, aquarelles, Graphis Arte, Livourne, 1990, n°5/16 p.349, reproduit en noir et blanc p.121 et 293 
O. Patani, Amedeo Modigliani, catalogo generale, disegni, 1906-1920, Leonardo, Milan, 1994, n°242 reproduit en noir et blanc p.158 

3981_10660539_0 

Lot 5. Amedeo Modigliani (1884 - 1920), Madame Minoucha, 1916. Mine de plomb sur papier. Signé et dédicacé en bas à gauche «à Madame Minoucha / Modigliani», au verso numéro d'inventaire «N°856» et cachet et numéro de la collection Altounian «AMEDEO MODIGLIANI COLL. JOSEPH ALTOUNIAN DESSIN N°5», 43,40 x 26,90  cm. Estimation : 50 000 - 70 000 €© Artcurial.

Provenance : Acquis directement auprès de l'artiste par Joseph Altounian, Paris (inv n°856 du livre de marchandises du 31 décembre 1920, page 21); 
À l'actuel propriétaire par descendance 

Expositions : Paris, Galerie NRA, Amedeo Modigliani, dessins, janvier 1978 
Turin, Galleria Pirra, Amedeo Modigliani, novembre-décembre 1978 
Alessandria, Palazzo Comunale, Amedeo Modigliani, disegni, janvier-février 1979, reproduit p.37 
Tokyo, Daimaru, Osaka, Daimaru, Modigliani Exhibition, coorganisée par le Guggenheim Museum de New York, septembre-novembre 1979, n°38, reproduit en noir et blanc 
Liège, Musée Saint-Georges, Modigliani, octobre-décembre 1980, n°56, reproduit p.143 
Monaco, Galerie Le Point, Modigliani, juillet-septembre 1982, reproduit p.26 
Barcelone, Fundacio Caixa de Pensiones, Centre cultural, Modigliani, avril-mai 1983, reproduit p.138 
Madrid, Sala de Exposiciones de la Caja de Pensiones, Modigliani, juin 1983, n°82, reproduit p.146 
Naples, Institut Français, Amedeo Modigliani, disegni, centenario della nascita 1884-1984, juin 1984, n°35, reproduit en noir et blanc p.93 
Tokyo, Daimaru Museum, Kobe, Hankyu, Shimonoseki, Daimaru Cultural Centre, Nara, National Museum of Art, Le Bateau-lavoir, La Ruche, Montmartre, Montparnasse, septembre 1994 - mars 1995, reproduit en noir et blanc p.80

Bibliographie : Europeo, 1978 
J. Lanthemann, C. Parisot, Modigliani inconnu, Shakespeare & Company, Brescia, 1978, reproduit en noir et blanc p.49 
J. Modigliani, Modigliani, une Biographie, Adam Biro, 1990 
C. Parisot, Modigliani - Catalogue raisonné, Tome I, dessins, aquarelles, Graphis Arte, Livourne, 1990, n°51/16 p.340, reproduit en noir et blanc p.107 et 305 
O. Patani, Amedeo Modigliani, catalogo generale, disegni, 1906-1920, Leonardo, Milan, 1994, n°195, reproduit en noir et blanc p.139.

3981_10660540_0

 

Lot 6. Amedeo Modigliani (1884 - 1920), Joseph Altounian, 1917. Mine de plomb sur papier. Inscription autographe de Max Jacob en bas à gauche «Je certifie que ce portrait / est celui d'Altounian fait par Modigliani en 1917 / Max Jacob»42,80 x 26,40  cm. Estimation : 50 000 - 70 000 €© Artcurial.

Provenance : Acquis directement auprès de l'artiste par Joseph Altounian, Paris (inv n°857 du livre de marchandises du 31 décembre 1920, page 21); 
À l'actuel propriétaire par descendance 

Expositions : Paris, Galerie NRA, Amedeo Modigliani, dessins, janvier 1978 
Turin, Galerie Pirra, Amedeo Modigliani, novembre-décembre 1978 
Alessandria, Palazzo Comunale, Amedeo Modigliani, disegni, janvier-février 1979, reproduit en noir et blanc p.39 
Tokyo, Daimaru, Osaka, Daimaru, Modigliani Exhibition, coorganisée par le Guggenheim Museum de New York, septembre-novembre 1979, n°52, 
reproduit en noir et blanc 
Liège, Musée Saint-Georges, Modigliani, octobre-décembre 1980, n°58 p.146, reproduit en noir et blanc p.147 
Paris, Musée d'Art Moderne de la Ville, Amedeo Modigliani, mars-juin 1981, n°188, reproduit p.208 
Monaco, Galerie Le Point, Modigliani, juillet-septembre 1982, reproduit p.25

Bibliographie : J. Lanthemann, C. Parisot, Modigliani inconnu, Shakespeare & Company, Brescia, 1978, reproduit en noir et blanc p.48 
Connaissance des Arts, février 1978, reproduit 
Galeries Nationales du Grand Palais, Léon Spilliaert, catalogue d'exposition, 1981, reproduit en noir et blanc p.251 
C. Parisot, Modigliani - Catalogue raisonné, Tome I, dessins, aquarelles, Graphis Arte, Livourne, 1990, n°8/17 p.351, reproduit en noir et blanc p.307 
O. Patani, Amedeo Modigliani, catalogo generale, disegni, 1906-1920, Leonardo, Milan, 1994, n°306, reproduit en noir et blanc p.188. 

PARIS.- Since the first half of the 20th century, the Altounian name has been renowned amongst the greatest antique dealers, museums, collectors and artists in France and worldwide. Now, the family is set to unveil a significant proportion of its collection to the public. On 17 and 18 September 2019, Artcurial will present its unprecedented auction of the Collection of Joseph Altounian, antique dealer to museums, friend to artists. 

More than 400 pieces (art objects, sculptures and furniture) will be offered for sale at the auction, which is being held during the Paris Biennale, including in particular, six exceptional Amedeo Modigliani drawings collected by the family. It has been possible to trace the prestigious history and provenance of many of these works thanks to family archives which have been kept intact to this day. Architect firm Lecoadic Scotto was specially commissioned to design an original set for the sale, which is being staged at Artcurial. 

This collection spans numerous periods: Antiquity, the Middle Ages, the Haute Epoque and Modern Art, reflecting the Altounian family’s rich and unique history, defined by its many decisive encounters with the 20th century’s greatest intellectuals and artists. 

“The Joseph Altounian Collection is a rare and precious testimony to the ties between this family of antiquarians and the leading artists of the 20th century (Auguste Rodin, Max Jacob, Pablo Picasso, Amedeo Modigliani...). Artcurial is proud to unveil the unique collection owned by a family that has supplied the greatest American museums, and collectors the world over. ” - Stéphane Aubert, Auctioneer, Associate Director, Artcurial.

Joseph Altounian, renowned antique dealer and artists’ friend 
Born in Armenia, Joseph Altounian (1890-1954) left Smyrne at the start of the 20th century. After a stopover in Cairo, he settled in Paris in 1908, and learned the antiques trade there before moving to Mâcon in Burgundy, in 1936. 

Whilst in Paris, Joseph struck up a friendship with Max Jacob, who supported him from his early days. He settled in the Montmartre district, where he observed, rubbed shoulders with and forged friendships with the artists, residents and regular visitors to the BateauLavoir: Pablo Picasso, Guillaume Apollinaire, Amedeo Modigliani... A firm friendship developed between Joseph and Amedeo Modigliani, who drew his portrait in 1917. That portrait has remained in the family until this day, like the five other drawings in the collection. In 1918, he opened his gallery in the rue Saint Georges in Paris, the St George’s Art Gallery. A decade later, Joseph expanded the business, with a second gallery located in the Boulevard de Courcelles. 

He travelled around Egypt with his friend, the painter Kees Van Dongen. The trip reunited him with his first love, since Joseph’s original passion was for the Ancient World; he later became interested in the Haute Epoque. In the time of Nicolas Landau, one would refer to a Landau object, in reference to that prince of antiquarians. It would be equally legitimate to talk about an Altounian object, since Joseph’s eye, his intuition and his knowledge of objects meant that he was responsible for discovering and supplying a large number of works that he sold to pre-eminent European and American collectors. 

Georges Clémenceau recommended Joseph Altounian to Auguste Rodin, who chose him to acquire the collection of Egyptian objects and antiques that is now held at the Rodin museum. The archives, letters, address books and goods registers carefully preserved by his heirs bear witness to Joseph’s professional and friendly relationships with these artists, galleries and antique dealers, as well as a large number of museums (the New York Met, the Rodin museum, the Louvre museum and the Cluny museum). 

Following his wedding to Henriette Lorbet, who descended from several generations of Burgundian antique dealers and collectors, the Altounians put down roots in Mâcon in Burgundy, where they set about building their personal collection in their town house. Some years later, their son-in-law Bernard Rousset took up the family passion for antiques and was particularly active in the 1960s, when the first Paris Biennales Antiques Fairs were taking place.

The Altounian collection at auction 
On 17 and 18 September 2019, Artcurial will offer this unique collection of objects and artworks created by Joseph Altounian and his family. 

The sale features a significant array of statues. Egyptian pieces, such as a wooden statuette of an Egyptian dignitary (Egypt, Meir Necropolis, Middle Kingdom, 11th - 12th dynasty, estimate: €50,000 - 60,000) and an ancient Egyptian scribe in limestone (Egypt, Saite period, early 26th Dynasty, estimate: €6,000 - 8,000), as well as numerous Roman and Gothic sculptures are a reminder of the pieces that Joseph Altounian sold to the greatest private and museum collections in the world. As well as his role in distributing Ancient World and Haute Epoque works to collectors and American institutions. Also being offered at auction is a limestone torso of a prophet (Burgundy, Cluny abbey, circa 1115-1130, estimate €60,000 - 80,000), a limestone bas-relief depicting two busts of evangelists in medallions, (France, 14th century, estimate €3,000 - 5,000) and a wooden Virgin with Child sculpture (Northern France or the Mosane region, 14th century estimate: €10,000 - 12,000). 

A set of six drawings by Amedeo Modigliani, kept by the family until now, makes up the Modern Art section of the sale. All of the drawings have been dedicated by the artist, who had become a close friend of Joseph Altounian, and are listed by the antiquarian in his goods register. They include Tête, a work in pencil on paper, drawn circa 1911-1912, signed and dedicated “Max J/ to our friend/ Marc Brésil/ Modigliani” bottom right, estimate €250,000 - 350,000; and a watercolour and blue pencil on paper work entitled Jeune homme assis au chapeau, created in 1916, and signed “To my friend Altounian, Modigliani” (estimate: €100,000 - 150,000). The most intimate piece is the Portrait de Joseph Altounian, bearing the following testimony by Max Jacob: “I certify that this is the portrait done of Altounian by Modigliani in 1917” (estimate: €50,000 - 70,000).