1

"At the school of couturiers", drawing by Elie Top, 2019© Christie's Images Ltd 2019. 

PARIS.- Christie’s presents two auctions, The Exceptional Sale on the 27 November and The Collector – Le Goût français on the 28 November, both dedicated to classical and decorative arts. They will include a many works coming from prestigious provenances and collections, from different periods highlighted by the creator Elie Top.

I owe a lot to fashion. Because without Chanel, I wouldn’t have known anything about Verdura, Iribe or Sert, without Karl Lagerfeld, nothing about Jean Fouquet, Riesener or Biedermeier, without Yves Saint Laurent nothing about Boivin, Dunand or Michel Frank… So when I discovered the objects to offer by Christie’s, an imaginary round of yesterday's rivals, of former enemies has formed, their tutelary shadow has resurfaced and made my choices obvious: this selection [...] is a tribute to their teaching and their style. They were my university, my evening classes, my favorite school.

Evoked by Eli Top’s drawing, the “Sunflowers” jacket created by Yves Saint Laurent counts among the most iconic pieces of the Exceptional Sale. Made in the House’s ateliers, the jacket was created based on the sumptuous Lesage embroideries, lined with yellow silk satin and inspired by the masterpiece Still Life: Vase with Fifteen Sunflowers by van Gogh. This tailor suit is one of two examples ordered and made in the ateliers of the Couture House, becoming, back then, one of the most expensive Haute Couture pieces in the world. (estimate: €80,000-120,000).

sunflowers-jacket-Yves-Saint-Laurent

2019_PAR_17685_0201_027(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

2019_PAR_17685_0201_024(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

2019_PAR_17685_0201_023(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

2019_PAR_17685_0201_022(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

2019_PAR_17685_0201_021(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

2019_PAR_17685_0201_015(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

2019_PAR_17685_0201_014(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

2019_PAR_17685_0201_003(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

2019_PAR_17685_0201_006(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

2019_PAR_17685_0201_009(yves_saint_laurent_haute_couture_printemps-ete_1988_exceptionnelle_ves)

Lot 201. Veste haute couture printemps-été 1988 signée Yves Saint Laurent en hommage aux "Tournesols" du peintre Vincent Van Gogh, veste à fond organza jaune entièrement brodée de perles de verre, de paillettes, de rocailles et de ruban, doublée de satin de soie jaune ayant nécessité plus de 600 heures de travail à la Maison LesageEstimate  : € 80,000-120,000. Price realised EUR 382,000. © Christie's Images Ltd 2019. 

Ensemble de soir comprenant la veste 'Tournesols' à fond organza jaune entièrement brodée par Lesage de perles de verre, satin de soie et chenille et une jupe en crêpe vert de la maison Abraham, boutons par Desrues.
Hommage à Vincent Van Gogh, passage n° 94 du défilé, mannequin Naomi Campbell.
Numéro de griffe: 62101.

Provenance: Importante Collection particulière européenne.

Literature: A similar jacket has been illustrated in:

Pierre Bergé, Yves Saint Laurent, Mémoire de la Mode, Editions Assouline, Paris, 1996.
The catalogue of the exhibition Yves Saint Laurent, Dialogue avec l'art, Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent, 10 March - 18 July 2004, p. 64.
The catalogue of the exhibition Yves Saint Laurent, Musée des Beaux Arts de Montréal et Fine art Museums of San Francisco,
29 May - 28 September 2008, p. 123.
The catalogue of the exhibition Yves Saint Laurent, Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, 11 March - 29 August 2010, cat. 177.
Aurélie Samuel, Les Musées Yves Saint Laurent, Paris / Marrakech, Réunion des Musées Nationaux, Paris, 2017, p. 179.
Yves Saint Laurent, Haute couture, Défilés, Editions de La Martinière, Paris, 2019, p. 387.

Note: « Mon propos n’a pas été de me mesurer aux maîtres, tout au plus de les approcher et de tirer des leçons de leur génie. » Yves Saint Laurent, Introduction au catalogue de l’exposition Yves Saint Laurent, Dialogue avec l’art (2004)
C’est à l’occasion de son défilé Printemps-Eté 1988, "hommage aux artistes" que le grand créateur de mode conçoit deux vestes s’inspirant des motifs de prédilection de Van Gogh : les Iris et les Tournesols.
Van Gogh, à l’instar plus tard d’Yves Saint Laurent, a été influencé par l'art japonais. C’est en s’inspirant des nuances vives et mordorées des estampes japonaises et des couleurs du Sud de la France que Van Gogh conçoit sa série des Tournesols. Cette série doit sa popularité à la vente record réalisée en mars 1987, chez Christie’s à Londres, de Nature Morte : Vase avec Quinze Tournesols, l’un des derniers tableaux peints par Van Gogh et le dernier des sept tableaux de la série mis en vente sur le marché. Cette œuvre, alors la plus chère jamais vendue aux enchères révéla la série des Tournesols au grand public et inspira Yves Saint Laurent qui, un an plus tard, lui dédia ce joyau de la Haute Couture. Cette magnifique veste à fond organza jaune entièrement brodée de perles de verre, de paillettes, de rocailles et de ruban, d’une incroyable finesse doublée de satin de soie jaune, est le fruit du savoir-faire exceptionnel de la Maison Lesage.
Pas moins de 600 heures de travail furent nécessaires à la réalisation des multiples nuances et détails de cette veste qui en font une grande prouesse de la Haute Couture. Elle compte, par conséquent parmi les pièces de créateurs les plus exceptionnelles au monde.
En plus de la veste Tournesols, portée par le top model Naomi Campbell lors du défilé de 1988 figurant aujourd’hui dans les collections du Musée Yves Saint Laurent Paris, nous ne connaissons pas plus de quatre exemplaires de cette veste.

‘My aim was not to measure up to the masters, at the most to get closer and learn lessons from their genius.’
Yves Saint Laurent, Introduction to the exhibition catalogue Yves Saint Laurent Dialogue avec l’art (2004)
In his 1988 Spring Summer collection Yves Saint Laurent paid tribute to painters, and to Van Gogh in particular by creating two jackets inspired by the artist's preferred patterns: Irises and Sunflowers. Like Saint Laurent after him, Van Gogh was inspired by Japanese art and designs his Sunflowers after Japanese prints and South of France vivid colors.That series owns its popularity to the record auction held in March 1987 at Christie's London: Vase with Fifteen Sunflowers, one of the last paintings ever painted by Van Gogh in 1889 and the last of seven paintings of the series on the market. That painting, the most expensive ever auctioned at the time, revealed the Sunflowers series to the public and inspired Yves Saint Laurent who, one year later, dedicated that Haute Couture treasure to him. That magnificent jacket, made of yellow organza entirely embroidered with glass beads, sequins, rocaille and ribbon, incredibly thin and lined with satin and yellow silk, is the result of the Maison Lesage's exceptional savoir-faire.
More than 600 hours of work were needed to create the multiple shades and details of this jacket, which makes it one of the most exceptional and expensive Haute Couture piece ever made. Besides the "Sunflowers" jacket, of the 1988 show worn by top model Naomi Campbell, today in the collections of the Musée Yves Saint Laurent Paris, no more than four copies of this jacket are known to us.

Coming from a prestigious private european collection, the last royal toiletry service from the regency period
The Goldsmiths' art department is thrilled to offer the most exclusive and comprehensive service to a girl in France. Among the twelve toiletry services identified as belonging to the Orleans Family, the one of the Duchess of Modena is by far the most complete one and one only one escaped the royals and revolutionary melts. This set is composed of 11 pieces estimated around 3 million euros.

These seven lots of the toiletry service gifted to Charlotte-Aglaé of Orleans (1700-1761), Louis XIV's granddaughter, duchess of Orleans when she got engined in the duke of Modena, François-Marie III d'Este (1698-1780) , are the last witnesses of this stylistic period considered as the most prestigious one in the French Art History. It is also the most important of the greatest goldsmiths, Nicolas Besnier, guardian of the legacy of Louis XIV's official goldsmiths, Claude Ballin and Nicolas Delaunay. The sudden death of Ballin led to Delaunay being appointed Royal goldsmith finishing Ballin 's ongoing commissions, especially the famous gold charger centred with the royal arms. Delaunay's design shows such ornaments as cartridges, masks, vases, helmets, dolphins and blowers Charlotte-Aglaé's dressing room, showing the relevance and continuity of Ballin's decorative vocabulary. With this service, Besnier combines Ballin's style with its straightforward overlapping borders of patterns of complexity and simplicity. .

This new style is a good example of austerity of the Louis XIV style, but it does retain some accuracy, but it still seems far from the capriciousness of the Louis XV style. We will mention this beautiful vermeil square, estimated between € 800,000 and 1,200,000 gold ewer jug ​​and its vermeil basin, which counterpart created for Charlotte-Aglaé of Orleans is in the Louvre. (estimate: € 800,000 and 1,200,000).

chriparis-2

2019_PAR_17685_0210_000(aiguiere_et_son_bassin_en_vermeil_du_service_de_charlotte-aglae_dorlea)

2019_PAR_17685_0210_003(aiguiere_et_son_bassin_en_vermeil_du_service_de_charlotte-aglae_dorlea)

2019_PAR_17685_0210_004(aiguiere_et_son_bassin_en_vermeil_du_service_de_charlotte-aglae_dorlea)

2019_PAR_17685_0210_005(aiguiere_et_son_bassin_en_vermeil_du_service_de_charlotte-aglae_dorlea)

2019_PAR_17685_0210_006(aiguiere_et_son_bassin_en_vermeil_du_service_de_charlotte-aglae_dorlea)

2019_PAR_17685_0210_007(aiguiere_et_son_bassin_en_vermeil_du_service_de_charlotte-aglae_dorlea)

2019_PAR_17685_0210_008(aiguiere_et_son_bassin_en_vermeil_du_service_de_charlotte-aglae_dorlea)

2019_PAR_17685_0210_009(aiguiere_et_son_bassin_en_vermeil_du_service_de_charlotte-aglae_dorlea)

2019_PAR_17685_0210_010(aiguiere_et_son_bassin_en_vermeil_du_service_de_charlotte-aglae_dorlea)

Lot 210. Aiguière et son bassin en vermeil du service de Charlotte-Aglaé d’Orléans, duchesse de Modène, Attribuée à Nicolas Besnier, Paris, 1719. Service de toilette de Charlotte-Aglaé d’Orléans, duchesse de Modène, 1700-1761. Estimate  : 800 000-1 200 000 €Price realised EUR 970,000. © Christie's Images Ltd 2019. 

L'aiguière balustre sur piédouche à bordure d’oves, le corps à décor ciselé et gravé de treilles et de coquilles sur fond amati dans des cartouches, le col orné de vaguelettes, le bec verseur décoré de coquille et de fleurs, l’anse en enroulement fileté avec attache en tête de chérubin, le couvercle à charnière en vagues, la prise en bouton sur terrasse godronnée, le bassin ovale sur piédouche à filets, le bord à décor de vaguelettes et d’une frise de fleurs centrée d’une coquille sur fond amati, les côtés appliqués d’une tête de chérubin soufflant, gravé sur le corps et dans le bassin des armoiries d’alliance surmontées d’une couronne de duc, poinçons sous le corps: traces de charge et de jurande (lettre C); sous le bassin: charge et jurande

H. de l'aiguière: 21,5 cm. (8 ½ in.); L. du bassin: 23,5 cm. (9 ½ in.)
Poids de l'aiguière: 1123 gr. (36.10 oz.); Poids du bassin: 1633 gr. (52.50 oz.) 

Provenance: Charlotte-Aglaé d’Orléans, duchesse de Modène (1700-1761), sa fille
Mathilde (1729-1803)
Par descendance.

LiteratureM. Bimbenet-Privat, Les orfèvres et l’orfèvrerie de Paris au XVIIème siècle, Paris, 2002, tome II, pp.35-45.
M. Bimbenet-Privat, Décors, mobilier et objets d’art du musée du Louvre, de Louis XIV à Marie-Antoinette, Paris, 2014, p.214.
P. Micio, les collections de Monsieur, frère de Louis XIV, orfèvrerie et objets d’art des Orléans sous l’Ancien Régime, Paris, 2014, pp.265-266, fig. 210-211.
M. Bimbenet-Privat, Le Maître et son Elève, Claude Ballin et Nicolas Delaunay, Orfèvres de Louis XIV, Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t.161, 2003, p. 221-239.
H. Nocq, le poinçon de Paris, Paris, 1968.
Archives Nationales : AP 300 I 69.
Les orfèvres de Louis XIII à Charles X, Paris, 1965, p.90-91.

Note: L'aiguière et son bassin sont des éléments primordiaux d'une toilette au XVIIIème siècle. Elle est utilisée pour verser de l'eau parfumée sur les mains et permet la toilette du corps.

Le musée du Louvre conserve un bassin d'aiguière (OA9455) similaire au nôtre attribué à Nicolas Besnier, gravé aux armes de Françoise-Marie de Bourbon, duchesse d'Orléans (1677-1749) , mère de Charlotte-Aglaé. Il est l'unique survivant d'un service de toilette réalisé vers 1720. Le poinçon du maître-orfèvre est absent sur les deux bassins mais ces oeuvres peuvent être attribuées à Nicolas Besnier sans l'ombre d'un doute. En effet, à la même époque Besnier réalise une toilette pour la fiancée éphèmére de Louis XV, Marie-Anne Victoire de Bourbon (1718-1781), dont la description nous est donnée dans le Journal du Garde-Meuble "une cuvette ovale, en forme de nef ciselée d'oves et d'ornements, ayant de chaque côté une tête en relief représentant un vent, et par les côtés deux coquilles", ce qui correspond parfaitement aux deux bassins mentionnés.

De plus, le motif de chérubin soufflant est caractéristique du vocabulaire décoratif de Nicolas Delaunay, oncle et associé de Nicolas Besnier. Un dessin conservé au Nationalmuseum de Stockholm, exécuté par Delaunay pour la toilette de la comtesse Oxenstierna, représente ce motif de chérubin soufflant quasiment identique,seule la couronne diffère. (THC 843).

The ewer and basins is one of the central element of a traditional 18th century dressing service. It was usually filled with scented water to wash the hands and body.
The Louvre Museum owns a basin (OA9455) virtually identical to ours and engraved with the coat-of-arms of Françoise-Marie de Bourbon, Duchess of Orleans (1677-1749), Charlotte-Aglaé's mother. It is the only remaining piece of a large dressing service made circa 1720. Like ours, there is no maker’s mark but both basins can be attributed to Nicolas Besnier without any doubt. Indeed, at the same time, Besnier was creating a dressing service for Marie-Anne Victoire de Bourbon (1718-1781), who was shortly engaged to Louis XV, described in the Journal du Garde Meuble “une cuvette ovale, en forme de nef ciselée d'oves et d'ornements, ayant de chaque côté une tête en relief représentant un vent, et par les côtés deux coquilles". This description is identical to that of the other two basins.
Furthermore, the motif of the blowing mask is characteristic of Nicolas Delaunay’s decorative vocabulary, uncle and partner to Nicolas Besnier. A drawing, now at the Nationalmuseum of Stockholm, executed by Nicolas Delaunay for the Swedish Countess Oxenstierna’s dressing set, presents the identical motif but with a differing crown. (THC 843).

LA NAISSANCE DES SERVICES DE TOILETTE

Au début du XVIIème siècle s’établit un vaste cérémonial centré sur la personne royale qui sera développé et suivi à Versailles jusqu’à la Révolution. Afin de témoigner de la richesse et de la beauté des membres de la famille royale, et sans lien avec la propreté, les premières pièces de toilettes vont être produites en métal précieux. Cette apparition d’accessoires est tout d’abord jugée futile et réservée à la haute société uniquement. La première mention d’une toilette complète se trouve dans l’inventaire après décès de la reine Anne d’Autriche en 1666, estimée 12 600 livres. L’ensemble est composé de dix-huit pièces en or ciselé dont un grand miroir, un carré, trois gantières, des boîtes à poudre et une vergette.

Le service de toilette devient rapidement le cadeau de mariage ou de diplomatie de prédilection de Louis XIV. Ainsi, il commande à Nicolas Delaunay en 1692 une grande toilette à l’occasion du mariage de sa fille légitimée Françoise-Marie de Bourbon avec le fils de Monsieur, Philippe, futur Régent. Il en offre une autre, également exécutée par Delaunay, à Marie Adélaïde de Savoie, future duchesse de Bourgogne et épouse de son petit-fils Louis de France.

Le souverain commande aussi certains éléments des services qu’il fait envoyer comme cadeau diplomatique dans toutes les cours européennes : Suède, Danemark, Pologne notamment. Une grande partie des souverains loue la qualité de l’orfèvrerie parisienne avec ses poids conséquents et une ciselure exceptionnelle. Certains monarques n’hésitent pas à payer des fortunes à Delaunay pour recevoir ses dessins avec des annotations pour copier des pièces ou les commander. Le musée National de Stockholm conserve ainsi plusieurs dessins de l’orfèvre pour la toilette de la richissime duchesse Oxenstierna, réalisés vers 1696.

Par la suite, la noblesse puis la bourgeoisie reprennent cette tradition de cadeau de mariage, devenant même une partie importante de la dot. Tout au long du XVIIIème siècle, la mode évolue et de nouvelles pièces font leur apparition : des boîtes à pâte, à mouche, à racines ou l’écuelle et son présentoir qui complètent les services, servant à boire le bouillon lors de la toilette toujours effectuée le matin entouré d'amis ou de témoins.

THE ORIGINS OF DRESSING SERVICES

At the beginning of the 17th century a whole ceremonial based around the King started in Versailles and continued until the French Revolution.
The dressing service was the privilege of the Royal family, a symbol of their importance and beauty and hence were made of precious metal. The first dressing service is the one mentioned in Anne of Austria’s probate valuation in 1666, valued at 12 600 livres. It was made of eighteen pieces in chased gold and comprised a large mirror, a casket, three tazze, powder boxes and a cloth brush.

Dressing services soon became wedding or diplomatic gifts under Louis XIV who commissioned from Delaunay one for the wedding of his daughter Françoise-Marie de Bourbon to the son of Monsieur, Philippe, future gent, and another for the wedding of Marie Adélaïde de Savoie, the future duchesse de Bourgogne for her wedding to his grand-son Louis de France.

The King also commissioned individual pieces to be presented as diplomatic gift to Sweden, Denmark and Poland where the quality of the chasing and the weights of the objects were hugely praised and admired. This led to many royal courts and rich courtesans commissioning Delaunay drawings of designs for dressing services such as the ones dated 1696 for the Duchess of Oxenstierna now kept in the National Museum of Stockholm.
Later the aristocracy followed the fashion for offering such dressing services as wedding present while their composition became increasingly more complicated with new pieces added such as root box, paste box or ‘soup cup and cover’ to be used during the toilette surrounded by courtesans or friends.

Anoter highlight of The Exceptional Sale comes from the great pianist Alfred Cortot whose collection was successfully sold at Christie's on the 7 October. It is a rare portrait of the young prodigee, Wolfgang Amadeus Mozart, aged 13, attributed to the Veronese Master Giambettino Cignaroli. It's one of only four representations of the composer painted in his hands. The portrait was rediscovered in 1865 by Leopold von Sonnleithner, Schubert 's and Beethoven' s great friend and patron. Its popularity grew throughout the 19th century, in a large part of the world, by Lazare Sichling, in which he took the picture of the model and placed it in an oval format, withdrawing the objects accompanying him.

4

 

2019_PAR_17685_0217_000(ecole_de_verone_1770_attribue_a_giambettino_cignaroli_portrait_de_wolf)

Lot 217. Ecole de Vérone, 1770, Attribué à Giambettino Cignaroli (SALO 1706-1770), Portrait de Wolfgang Amadeus Mozart à l'âge de 13 ans à Vérone, inscrit 'IOANNIS CELESTINI VENETI MDLXXXIII' (à droite sur le clavecin), huile sur toile, 70 x 57 cm cm. Estimate: € 800,000-1,200,000Price realised EUR 4,031,500. © Christie's Images Ltd 2019. 

ProvenanceCollection Pietro Lugiati (1724-1788), Vérone, 1770-1788 ;
Collection Accademia Filarmonica di Verona, 1788-1856 ;
Collection Leopold von Sonnleithner (1797-1873), Vienne, 1856-1873 ;
Par descendance, sa fille, Therese (Theresia) Kammerlacher (c.1829-1906), Vienne, 1873-1906 ;
Par descendance, neveu de Leopold von Sonnleithner, Dr. Karl Kupelwieser (1841-1925), avocat, Vienne/Lunz, 1906-1925 ;
Par descendance, son fils, Dr. Hans Kupelwieser (1879-1939), zoologiste, Lunz, en 1925- ? ;
Acquis très probablement directement de ce dernier, Alfred Cortot (1877-1962), Lausanne/Paris ;
Resté par descendance dans la famille de l'actuel propriétaire.

ExhibitedSalzbourg, Internationale Stiftung Mozarteum, Mozart. Bilder und Klänge, Salzbourg, Schloss Klessheim, 23 mars - 3 nov. 1991, n° 18 ;
Paris, Musée Carnavalet, Mozart à Paris, 13 novembre 1991 - 16 février 1992, n° 117 ;
Salzbourg, Mozarts Wohnhaus, à l'occasion du 250e anniversaire de la naissance de Mozart, 27 janvier 2006 ;
Salzbourg Tanzmeisterhaus, Mozart-Bilder Bilder Mozarts, Ein Porträt zwischen Wunsch und Wirklichkeit, 2013, n° 6.

Coming from the collection A private mansion in Geneva. Architecture and decoration by François-Joseph Graf
Coming from the collection A private mansion in Geneva. Architecture and decoration by François-Joseph Graf auctioned on the same day, the Decorative Arts department selected exceptional pieces, like this specular pair of monumental enamel vases made by the Barbedienne Parisian house, an important house of the second half of the 19th century (estimate : € 100,000-200,000). Their exceptional size (145 cm high) is one of the most important features of their inventive design, becoming a pioneer company through its technical and creative life at Universals Exhibitions.

 by-17685-11272019-1

thumbnail_Pair of monumental cone vases - € 100,000-200,000

Lot 230. Paire de vases cornets monumentaux, signature de Barbedienne, fin du XIXe siècle. En émail cloisonné, la monture en bronze ciselé et doré, à décor stylisé végétal polychrome sur fond brique, les pieds en jarret de lion, avec une doublure en zinc, chaque vase signé sur la base F. BARBEDIENNE . PARIS. H.: 145 cm. Estimation : €100,000-200,000Price realised EUR 85,000. © Christie's Images Ltd 2019.  

Also from the same collection, two remarkable works by Rodin will be sold: L’Age d’airain and Le baiser.

The first one is particularly well documented and the result of a close collaboration between the artist and his client, Maurice Masson, Parisian banker and collector who directly ordered him this bronze. This sculpture is the first one of this size (104,4 cm), cast in 1904 and sold the year. Indeed, Masson payed attention to the originality and exclusivity of the works he acquired from Rodin. This work was therefore numbered “1EE” to his request. This cast is extremely rare since only 25 casts of this medium-sized model have been identified. Indeed, Rodin wrote to Masson in a letter dated from the 20 June 1905 : “Sir. Regarding the Age d’airain, the one you have is the first one of all, I made another one for one of my friends, these are the only two existing ones right now. I can confirm that there will only be very few (casts) of it.” (estimate : €1,000,000-1,500,000).

thumbnail_RODIN, Auguste (1840-1917), The Age of Airin - € 1,000,000-1,500,000

Lot 233. Auguste Rodin (1840-1917), Âge d'Airain, moyen modèle, première réduction, avec la signature en relief 'A.Rodin' et inscrit ‘1E. EE.’ (en haut de la base), bronze à patine brun nuancé vert. Hauteur : 104 cm.. Conçu en 1875-1876 ; cette réduction conçue entre 1903-1904 et cette épreuve fondue par Alexis Rudier entre fin décembre 1903 et janvier 1904. Estimation: €1,000,000-1,500,000Price realised EUR 3,577,500. © Christie's Images Ltd 2019

The French genius celebrated by François-Joseph Graf can also be seen in the choice of this delicate terracotta group representing a Bacchae made by the sculptor Claude Michel, also known as Clodion, who came from a great lineage of Lorraine sculptors. Known for moulding gracious terracotta statues of nymphs, Bacchae and satyrs inspired by the Greek Antiquity and mythology, numerous collectors back then bought his works, including the Prince de Conti, the duke de Chaulnes and the duchesse de Bourbon (estimate : €300,000-500,000). 

thumbnail_Groupe en terre cuite représentant bacchante - €150,000-250,000 (2)

Lot 227. Claude Michel dit Clodion (1738-1814), late eighteenth century,  Terracotta group representing Bacchante (brandishing a thyrse leaning on the shoulder of a man with a putto). Resting on a wooden base molded, carved and gilded, Louis XVI; rugged. H .: 34 cm. ; D .: 15 cm. Estimate: € 300,000-500,000. Price realised EUR 200,000. © Christie's Images Ltd 2019 

Among other exceptional pieces, we will also mention this Louis XIV trunk attributed to André-Charles Boulle and coming from the legendary collection of Léonce de Vogüé (1805-1877). From a beautiful original manufacturing, this trunk has high quality bronzes made by Boulle. This absolute treasure is estimated between € 100,000 and € 200,000.

2019_PAR_17685_0204_000(coffre_depoque_louis_xiv_attribue_a_andre-charles_boulle_debut_du_xvii)

2019_PAR_17685_0204_007(coffre_depoque_louis_xiv_attribue_a_andre-charles_boulle_debut_du_xvii)

2019_PAR_17685_0204_008(coffre_depoque_louis_xiv_attribue_a_andre-charles_boulle_debut_du_xvii)

2019_PAR_17685_0204_009(coffre_depoque_louis_xiv_attribue_a_andre-charles_boulle_debut_du_xvii)

2019_PAR_17685_0204_010(coffre_depoque_louis_xiv_attribue_a_andre-charles_boulle_debut_du_xvii)

2019_PAR_17685_0204_011(coffre_depoque_louis_xiv_attribue_a_andre-charles_boulle_debut_du_xvii)

2019_PAR_17685_0204_013(coffre_depoque_louis_xiv_attribue_a_andre-charles_boulle_debut_du_xvii)

2019_PAR_17685_0204_014(coffre_depoque_louis_xiv_attribue_a_andre-charles_boulle_debut_du_xvii)

Lot 204. Coffre d’époque Louis XIV, Attribué à André-Charles Boulle, début du XVIIIe siècle, sur un piétement du XIXe siècle. Estimate: € 100,000 - EUR 200,000. Price realised EUR 574,000© Christie's Images Ltd 2019

En marqueterie Boulle en contre-partie d'écaille de tortue caret, cuivre, filets d'étain, placage d'ébène, ornementation de bronze ciselé et doré, à décor d'enroulements et rinceaux feuillagés, le couvercle bombé centré d'un mascaron, les embrases du couvercle à décor de fleurs dans un encadrement de feuillage et flanqués de part d'autre d'un masque de Bacchus et d'un mufle de lion, la façade centrée d'un masque féminin, les côtés munis de poignées appliquées sur un écusson en forme de pelte à mascaron, l'intérieur gainé d'une soie rouge, gravé sous les embrases Réparé en 1838 / par Befort père, reposant sur une table formant piètement du XIXe siècle en marqueterie Boulle d'écaille de tortue, filets de cuivre, ébène des Indes, ornementation de bronze ciselé et doré, à décor d'enroulements feuillagés, les pieds en gaine réunis par une entretoise en X centré d'un vase ; quelques manques.

Coffre: H.: 36 cm. (14 in.) ; L.: 59 cm. (23 ¼ in.) ; P.: 42 cm. (16 ½ in.)

Piètement: H.: 69 cm. (27 in.) ; L.: 70 cm. (24 in.) ; P.: 51 cm. (20 in.)

Provenance: Léonce de Vogüé (1805-1877), puis par descendance jusqu'au propriétaire actuel.

Literature

Bibliographie
Cat. Exp. "Exposition de l'Art Français sous Louis XIV et sous Louis XV", Paris, 1888, n. 210
Gazette des Beaux-Arts, 1er juillet 1888
Inventaire
Inventaire après décès de Léonce de Vogüé, 1877, numéro 9
Bibliographie comparative :
H. Havard, Les Boulle, Paris, 1892, p. 39.
S. de Ricci, Les Styles Louis XIV et Régence. Mobilier et Décoration, Paris, 1929, p. 131.
S. Faniel et al.Le XVIIe Siècle Français, Paris, 1958, p. 51 fig. 3.
A. Pradère, Les ébénistes Français de Louis XIV à la Révolution, Paris, 1989, p. 86 fig. 41., p. 104 n. 140 et 146.
P. Hughes, The Wallace Collection. Catalogue of Furniture. II., Londres, 1996, pp. 669-684.
C. Demetrescu, Le Style Louis XIV, Paris, 2002, p. 115 fig. 97.
Cat. expo., André-Charles Boulle 1642-1732. Un nouveau style pour l'Europe, Museum für Angewandte Kunst, Francfort, 2009, p. 157.
R. Baarsen, Paris 1650-1900. Decorative Arts in the Rijksmuseum, Londres, 2013, pp. 78-85.

Exhibited: "Exposition de l'Art Français sous Louis XIV et sous Louis XV", Paris (Hôtel de Chimay), 1888.

Note: Resté inédit jusqu'à ce jour, ce superbe coffret en marqueterie dite Boulle en écaille de tortue et ébène sur fond de cuivre est l’un des rares témoignages du génie du grand André-Charles Boulle. Il a figuré dans la mythique collection du marquis Léonce de Vogüé (1805-1877) dans la descendance duquel il est resté jusqu'à ce jour.

ANDRE-CHARLES BOULLE (1642-1732)
On ne présente plus André-Charles Boulle. Cité par Colbert comme « le plus habile de Paris dans son métier », il réalise aussi bien l’ébénisterie que les bronzes au sein de son atelier grâce à son privilège royal octroyé en 1672 et ce jusqu’à la fin de sa vie. Jean-Baptiste Le Brun (1748-1813) précise justement qu’"Annoncer les ouvrages de Boulle, c'est citer les meubles des plus belles formes et de la plus grande richesse... rien jusqu'à présent n'a remplacé ce genre de meubles... L'on connait le caractère de magnificence qu'il donne aux cabinets de curiosité, où il occupe toujours les premières places".
Sa clientèle est de fait prestigieuse, il livre pour le service des Bâtiments du Roi, à la Reine, au Grand Dauphin, à la duchesse de Bourgogne puis au Roi à partir de 1700. Son atelier place du Louvre repris par ses fils en 1715 continue à livrer quelques pièces à la Couronne avant le malheureux incendie de l’été 1720 engloutissant alors le stock.

D’un modèle appelé à l’époque cassette ou coffre de toilette puisqu’il pouvait également servir de coffre à bijoux ; ce type de coffret est mis au point dans l’atelier d’André-Charles Boulle avant 1700 et comporte souvent un piétement de marqueterie composé de quatre, voire cinq, six ou huit pieds en gaine.
Une première liste du stock de Boulle, le 7 avril 1700 (déclaration somptuaire) mentionne "deux petits coffres avec leurs pieds". Dans le célèbre Acte de Delaissement de Boulle en 1715 (publié par J.-P. Samoyault, André-Charles Boulle et sa famille. Nouvelles recherches - Nouveaux documents, Genève, 1979, pp. 69, 71 et 73) qui liste le stock de Boulle, on les voit également mentionnés séparément de leurs bronzes et de leurs piétements : " Quatre gros coffres en bois blanc avec le modèle en sapin commencés pour M. Ponton et les deux scabellons qui les accompagnent, 800L Les modèles des coffres commencés pour M. de Ponton en cuivre et en plomb 300L Douze pieds de coffres ayant des gaines, ou de cabinets de bois blanc de sapin, 600L ".

Cinq ans plus tard, pendant l'été 1720, lors de l'incendie qui détruisit l'atelier d'André-Charles Boulle dans la cour du Louvre, on lista parmi les meubles détruits "douze coffres avec leurs pieds de différentes grandeurs et formes."

LE MODELE

Le présent modèle est à rapprocher d'un Coffre de toilette monté sur son pied apparaissant sur une des huit planches publiées vers 1725-1730 des Nouveaux deisseins de meubles et ouvrages de bronze et de marqueterie inventés et gravés par André-Charles Boulle (J.-P. Samoyault, Op. Cit., p. 216).
Cette planche renvoie à la sanguine d'André-Charles Boulle (Planche 3 des Nouveaux Deisseins). Elle fut publiée par Champeaux dès 1885. Provenant des anciennes collections Bérard et Landau, elle est désormais conservée au musée des Arts décoratifs à Paris (Inv. 38 336) ; cette sanguine fut exposée à Francfort en 2009 (Cat. expo., André Charles Boulle 1642-1732. Un nouveau style pour l'Europe, Museum für Angewandte Kunst, Francfort, 2009, pp. 304-305).

LES SOURCES DU XVIIIE SIECLE

Ces coffres apparaissent très vite dans les inventaires après décès des clients d'André-Charles Boulle.
Ainsi en 1702 trouve-t-on inventoriées chez Etienne Moulle : "Deux cassettes avec leur pied de marqueterie de Boule, garnies de bronze doré, 500L". Peu après, on voit décrite dans l'inventaire d'un autre client de Boulle, Pierre Thomé, en 1710, dans la chambre de son épouse : "Une cassette de marqueterie de cuivre posée sur un pied aussi de marqueterie de cuivre, à plaque, moulure et ornements de bronze doré, 300L".

LE CORPUS
Les brèves descriptions citées précédemment ne permettent pas d'identifier l'origine des quelques paires de coffres actuellement connus, parmi lesquels on peut citer :

- Collection Wallace, Londres : deux coffres associés, décrits dès 1870, l'un à Paris rue Laffitte, l'autre à Londres à Hertford House. Ils sont étudiés dans Peter Hughes, The Wallace Collection, Catalogue of Furniture, II, Londres, 1996, nos 143-144, pp. 669-679. Cette "fausse" paire est l'occasion d'évoquer le fait que nombreux sont les coffres qui ont été, au gré des collections et de leurs dispersions, séparés, réunis ou associés, composant parfois des paires de coffres présentant des différences plus ou moins importantes.

- Ancienne collection Seillière (1782-1850), vente le 5 mai 1890, lots 559-60 puis le 9 mars 1911, lot 89 (vendu 64.000 francs à Seligmann); puis Sir Philip Sassoon, vente Christie's, Works of Art (...) from Houghton, Londres, 8 décembre 1994, lot 22 ; paire de coffres à quatre pieds en gaines avec un tiroir chacun. Ils sont illustrés dans S. de Ricci, Les Styles Louis XIV et Régence. Mobilier et Décoration, Paris, 1929, p. 131.

- Ancienne collection Ashburnham, vente Sotheby's, Londres, 26 juin 1953, lot 114 : paire avec quatre pieds en gaine. Ces coffres étaient considérés comme des achats à la vente du duc de Richelieu en 1788.

- Vente Christie's, Important French Furniture from a Private Collection, New York, 21 mai 1996, lot 329 : deux coffres identiques associés.

- Vente Paris (Palais Galliera), 16 mars 1967, lot 118 : paire de coffres à quatre pieds en gaine.

- Collection du duc de Bucccleuch, Boughton House ; paire de coffres en contre-partie, à six pieds en gaine, et un coffre seul à quatre pieds en gaine. Ils sont étudiés dans T. Murdoch (ed.), Boughton House, The English Versailles, Londres, 1992, pp. 118-121.

- Ancienne collection d'Helena Rubinstein (1870-1965), vente Parke Bernet, New York, avril 1966 : paire de coffres à quatre pieds en gaine.

- Vente Christie’s, Paris, 5 novembre 2014, lot 53 : deux coffres sur piètement provenant très probablement de l’ancienne collection baron James de Rothschild. Les deux coffres sont en première partie.

 

LÉONCE DE VOGÜÉ (1805-1877)
Après des débuts dans le métier des armes, Léonce de Vogüé se tourne vers la vie civile. Il gère alors de front une carrière politique, en particulier dans le Cher, et ses affaires industrielles et agricoles. Passionné par le progrès technique et les améliorations sociales, il est aussi à l'aise dans la gestion des affaires publiques que privées.

Comment ne pas citer ce qu’il écrit à sa femme en 1848 : "J'ai passé une bonne partie de ma journée loin des préoccupations de la vie politique, au milieu de la fumée de mes mouleurs, du mouvement de mon bel atelier. J'ai été de poste en poste visiter mes ouvriers, faisant du socialisme à ma manière, m'informant de leurs familles et recevant d'eux des remerciements sur l'ouvrage qui ne leur a pas manqué toute l'année, pendant qu'on chômait tant ailleurs"

Malgré ces activités politiques et professionnelles menées parallèlement, ce grand collectionneur trouve le temps d'ajouter, aux trois châteaux dont il a hérité, ceux de Vogüé, de Rochecolombe et de la Verrerie. 

L'HÔTEL DE LA RUE FABERT
Au 92 rue de Lille, Léonce de Vogüé habite l'hôtel de Jarnac. La demeure familiale est alors victime des travaux d'Haussmann dans les années 1860 ; elle se trouve en effet précisément à l'endroit du percement du boulevard Saint-Germain qui coupe cette rue en deux tronçons inégaux. Léonce de Vogüé décide alors d'élire domicile de l'autre côté de l'esplanade des Invalides et de faire bâtir un hôtel rue Fabert, à l'angle du quai d'Orsay.

Rue Fabert, il souhaite abriter les collections familiales dans un cadre digne d'elles. Il confie la construction de cet hôtel à Joseph Michel Anne Lesoufaché qui a achevé, quatre ans auparavant, son oeuvre phare : le château de Sceaux pour le duc de Trévise. L'architecte est alors au sommet de son art et de sa notoriété.

Les travaux ne durent pas. Alors que l'achat est effectué en mai et juin 1866, l'hôtel est inauguré dès 1868. Discret et harmonieux, l'hôtel de Vogüé ne se singularise pas par son architecture extérieure. Comme les autres constructions de Lesoufaché, il se fond dans le paysage parisien. Si l'architecture extérieure est sobre et discrète, le décor intérieur en revanche, également oeuvre de Lesoufaché, est beaucoup plus somptueux. Il illustre le talent de l’architecte et sa parfaite maîtrise des XVIIème et XVIIIème siècles français qu'il a su développer durant ses années passées à Versailles et à Dampierre. 

UNE REMARQUABLE COLLECTION
Le marquis de Vogüé s'est réservé l'étage noble de l'aile qui fait l'angle de la rue Fabert et du quai d'Orsay. Dans ces salons, il réunit des chefs-d'oeuvre de l'ébénisterie parisienne. Le groupe de meubles Boulle du marquis de Vogüé est alors un des plus remarquables ensembles en main privée.

La collection de la rue Fabert comprend à l'origine les oeuvres héritées par Léonce de Vogüé provenant des collections de son aïeul le fermier général Etienne Perrinet de Jars (1670-1762). Mais c'est surtout son mariage en 1836 qui étoffe la collection (voir en particulier V. Pruchnicki, Un domaine de ministre au temps de Louis XV : Jean-Baptiste de Machault à Arnouville, Ecole du Louvre, mémoire de Master 2, 2009). En effet, il épouse Henriette de Machault, arrière-petite-fille de Jean-Baptiste de Machault comte d'Arnouville (1701-1794), C. Général des Finances et Garde des Sceaux de Louis XV, dont il est tombé amoureux lors d'un bal. Mais la collection est plus que la simple juxtaposition d'héritages prestigieux de ces deux familles puisqu'elle va être complétée par des acquisitions majeures. Les achats du marquis de Vogüé gagneraient à être davantage étudiés. On peut néanmoins, en parcourant l'inventaire de 1877, tenter de les cerner en distinguant et séparant les oeuvres héritées provenant des collections Machault ou Perrinet de Jars et celles acquises par le collectionneur.

La collection de Léonce de Vogüé, et plus particulièrement l'ensemble de meubles Boulle, est connue par son inventaire après décès, dressé en 1877. Les meubles Boulle en composent la première partie. Ils représentent également, d'un point de vue financier, la section la plus conséquente. En effet, les treize lots qui la composent totalisent 178.000 F. tandis que l'ensemble des oeuvres d'art se monte à 283.100 F. Le présent coffre est succinctement décrit, sous le numéro 9 : "un coffre de Boule" ; il est alors prisé 3.000 F. 

L’EXPOSITION DE 1888
En 1888, Léonce de Vogüé prête quelques-unes des pièces phares de sa collection pour l'Exposition de l'Art Français sous Louis XIV et sous Louis XV qui est organisée au profit de l'Oeuvre de l'Hospitalité de Nuit à l'ancien Hôtel de Chimay, annexe de l'Ecole Nationale des Beaux-Arts. Parmi les noms des autres collectionneurs sollicités pour exposer leurs pièces maîtresses, on peut notamment relever ceux de Richard Wallace et d'Alphonse de Rothschild.

La Gazette des Beaux-Arts du 1er juillet 1888 précise : "M. le marquis de Vogüé, qui possède la majeure partie du splendide mobilier du ministre de Machault, en avait distrait temporairement un coffre à pied (...) ainsi qu'une grande pendule dont le cadran repose sur deux figures de bronze tirées des tombeaux des Médicis à Florence ". Outre ces deux oeuvres, il prête un vase en porphyre, une paire de vases "forme baril" montés ainsi qu'une paire de vases cornets en porcelaine de Chine. 

LES COLLECTIONS DE LA RUE FABERT
La remarquable collection de mobilier Boulle est abritée dans deux salons de l’étage noble de l’hôtel Vogüé. Dans le premier d’entre eux trône la monumentale "armoire à deux portes pleines, ornements de cuivre & d'écaille de Boule" prisée cinquante mille francs dans l'inventaire du 9 juillet 1877. L'armoire avait figuré en 1736 dans l'inventaire après décès du marchand-ébéniste Noël Gérard, puis elle gagna l'antichambre de l'hôtel de Machault, rue du Grand Chantier à Paris (actuelle rue des Archives), où elle est décrite en 1795. Elle a été acquise en 1959 par le château de Versailles (Inv. V 3670).
Dans le même salon trône la "commode style Louis Quatorze de Boule" (prisée 6.000 F.) qui provient de l'hôtel de Louis-Charles Machault où elle est décrite en 1720.

Notre spectaculaire coffre est exposé dans le Grand Salon, au côté du bureau de Boulle provenant de l'hôtel de Louis-Charles de Machault où il est décrit dès 1720 ; ce dernier a figuré ultérieurement dans la collection Wendell Cherry (vente Sotheby's New York, 20 mai 1994, no. 80). Sur un autre pan de mur, de part et d'autre du portrait de Perrinet de Jars par Maurice-Quentin de La Tour, on trouve la paire de meubles à hauteur d’appui en marqueterie Boulle attribués à Adam Weisweiler (vente Christie’s, Paris, 17 avril 2012, lot 281). 

JEAN-BAPTISTE BEFORT (1783-1840)
On découvre sur le présent coffre -sous un des ornements de bronze doré- la signature et la date apposées lors d’une restauration par Befort.
Béfort Père est Jean-Baptiste Béfort, né en 1783 en Belgique. Ebéniste par tradition familiale, il arrive à Paris au tout début du XIXe siècle. En 1817 il officie au Pavillon de Marsan pour le duc Ferdinand Philippe d’Orléans en tant qu’ébéniste-restaurateur. Il y répare notamment deux gaines en marqueterie Boulle scellant ainsi son destin à cette technique complexe. Jusqu’à sa mort il est reconnu comme spécialiste de la marqueterie dite Boulle aussi bien dans la restauration à l’instar du présent coffret que la réalisation.