new_verone_16074

Luca Giordano, Ariane abandonnée (Ariana Abbandonata),1675-1680, 203 x 246 cm, huile sur toile, Musée de Castelvecchio, Vérone, Italie © Verona, Museo di Castelvecchio, Archivio fotografico (foto Umberto Tomba, Verona)

PARIS - À partir du 14 novembre, le Petit Palais présente pour la première fois en France une rétrospective consacrée au peintre napolitain Luca Giordano (1634-1705), l’un des artistes les plus brillants du XVIIe siècle européen. L’exposition met en valeur l’exceptionnelle virtuosité de cette gloire du Seicento à travers la présentation de près de 90 œuvres, tableaux monumentaux et dessins, réunis grâce aux prêts exceptionnels du musée de Capodimonte à Naples, des principales églises de la ville et de nombreuses institutions européennes dont le musée du Prado. Avec l’exposition sur le sculpteur Vincenzo Gemito (1852-1929), cette rétrospective constitue le second volet de la saison que le Petit Palais consacre à Naples cet automne en partenariat avec le musée de Capodimonte.

Organisée selon un axe chronologique tout en ménageant des rapprochements avec des toiles majeures d’autres peintres, le parcours de l’exposition souhaite apporter une vision renouvelée de l’artiste et montrer comment Giordano a su tirer le meilleur des différents courants stylistiques de l’époque pour aboutir aux formules qui séduisirent son siècle.

Formé dans le sillage de Jusepe de Ribera (1591-1652), espagnol de naissance mais napolitain d’adoption, Giordano assimila avec maestria son génie ténébriste tout en commençant sa carrière à succès par des quasi-pastiches d’œuvres de Raphaël, de Titien comme de Dürer. Un séjour de formation à Rome vers 1653 le mit toutefois en contact avec la modernité baroque et les innovations d’un Rubens comme d’un Pierre de Cortone. C’est grâce à sa capacité à intégrer les innovations de son temps comme des maîtres du passé que l’œuvre de Giordano évolua continuellement depuis le naturalisme jusqu’à des mises en scène baroques d’une fougue inégalée.

Très vite reconnu dans toute la péninsule italienne, il reçoit de très nombreuses commandes et exécute près de 5 000 tableaux et ensembles de fresques d’où son surnom de « Luca fa presto » (Luca qui va vite) ! Il reste le peintre par excellence des églises de Naples qui sont remplies de ses toiles d’autel dont l’exposition présentera une sélection. Ces immenses compositions frappent par leur dramaturgie complexe, mettant en scène les saints de la Contre-Réforme comme les patrons tutélaires de la ville, notamment San Gennaro (saint Janvier). L’immense tableau San Gennaro intercédant pour les victimes de la peste rappelle le contexte terrible de cette période qui vit la plus grande ville d’Europe méridionale perdre la moitié de ses habitants à la suite de la peste de 1656.

L’exposition met en valeur le contraste entre des compositions tourmentées, Crucifixion de Saint Pierre (par Giordano et par Mattia Pretti), Martyr de saint Sébastien (idem), terrible Apollon et Marsyas (par Giordano et par Ribera) et, dans un registre sensuel hérité du Titien, de langoureuses Vénus, Ariane abandonnée ou Diane et Endymion. Son rayonnement dépassa l’Italie et, s’il refusa les sollicitations royales pour l’attirer à Paris, il s’installa à la cour de Charles II d’Espagne à partir de 1692, où il réalisa d’immenses fresques notamment, pour le Cazón del Buen Retiro à Madrid, le monastère de l’Escorial ou encore la cathédrale de Tolède. L’exposition évoque d’ailleurs cet aspect majeur de son œuvre en proposant aux visiteurs une expérience immersive dans une salle de projection. De retour à Naples en 1702, Giordano s’éteignit moins de trois ans après, laissant son empreinte dans la ville où ses œuvres fascinèrent des

1

Luca Giordano, Enlèvement de Déjanire [Ratto di Deianira], 1655-1660. Huile sur toile, 123 x 178 cm. Palerme, Palazzo Abatellis.

luca-giordano-la-sacra-famiglia

Luca Giordano, Sainte Famille et les symboles de la Passion (Sacra famiglia con i simboli della Passione), huile sur toile, 430 x 270 cm, Musée de Capodimonte, Naples, Italie © Studio digital Speranza

giordano-apollo-e-marsia-1600x0

Luca Giordano, Apollon et Marsyas (Apollo e Marsia), vers 1660, huile sur toile, 207,5 x 261,5 cm, Musée de Capodimonte, Naples, Italie © Luciano Romano

Ribera-Apollo-and-Marsyas

Jusepe de Ribera (1591-1652), Apollon et Marsyas (Apollo e Marsia), 1637, huile sur toile, 182 x 232 cm, Musée de Capodimonte, Naples, Italie © Luciano Romano

giordano_sangennaro_peste1656_1960

Luca Giordano, Saint Janvier intercédant pour la cessation de la peste de 1656 (San Gennaro che intercede per la cessazione della peste del 1656), 1660, 400 x 315 cm, huile sur toile, Musée de Capodimonte, Naples, Italie © Studio digital Speranza

giordano_tarquinio_lucrezia

Luca Giordano, Lucrèce et Tarquin (Lucrezia e Tarquinio), 1663, 138 x 187 cm, huile sur toile, Musée de Capodimonte, Collection d’Avalos, Naples, Italie © Studio digital Speranza

giordano-venere-amore-e-satiro-1600x0

Luca Giordano, Vénus dormant avec Cupidon et satyre (Venere dormiente con Cupido e satiro), vers 1670, huile sur toile, 137 x 190 cm, Musée de Capodimonte, Naples, Italie © Luciano Romano

1675ca-Luca_giordano,_galatea_e_polifemo

Luca Giordano, Polyphème et Galatée [Polifemo e Galatea], 1674-1675 Huile sur toile, 127 x 250 cm Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte © Studio Speranza

giordano_diana_ed_endimione

Luca Giordano, Diane et Endymion (Diana ed Endimione), 1675-1680, 203 x 246 cm, huile sur toile, Musée de Castelvecchio, Vérone, Italie © Verona, Museo di Castelvecchio, Archivio fotografico (foto Umberto Tomba, Verona)

giordano-arianna-abbandonata-1600x0

Luca Giordano, Ariane abandonnée (Ariana Abbandonata), 1675-1680, 203 x 246 cm, huile sur toile, Musée de Castelvecchio, Vérone, Italie © Verona, Museo di Castelvecchio, Archivio fotografico (foto Umberto Tomba, Verona)

75073714_574161256687231_5498564887804116992_n

Luca Giordano, Samson et le lion [Sansone e il leone], 1694-1696. Huile sur toile, 95 x 142 cm Madrid, Museo Nacional del Prado © Museo Nacional del Prado, Dist. RMN-GP / image du Prado

7685e4d0-d58f-44d7-bcdd-52dc4c65607a

Luca Giordano, Persée vainqueur de Méduse [Perseo vincitore di Medusa], 1698. Huile sur toile, 223 x 91 cm Madrid, Museo Nacional del Prado © Museo Nacional del Prado, Dist. RMN-GP / image du Prado