GOYA

Du 8 novembre 2019 au 10 février 2020, le musée des Beaux-Arts d'Agen présente une exposition aussi insolite que novatrice : « Goya, génie d'avant-garde, le maître et son école ».

L’équipe du Musée d’Agen est accompagnée dans ce projet par Juliet Wilson-Bareau, spécialiste reconnue de l’oeuvre de Goya et avec le soutien personnel du ministre de la Culture.

Cette exposition propose d’établir à travers les peintures, les dessins et les gravures, les constantes dans les oeuvres de Goya et entend révéler pour la première fois au public le rôle joué par son entourage et par les artistes qui travaillaient dans son atelier.

Près de 90 oeuvres provenant de musées du monde entier (Budapest, Suisse, Berlin, Espagne, New-York...) seront réunies dans l’écrin agenais que constitue l’église des Jacobins.

02-016797

Attribué à Francisco José de Goya y Lucientes, Autoportrait, 1783, huile sur toile, 83 x 56.5 cm © Musée des Beaux-Arts d’Agen

POURQUOI GOYA à AGEN ?

AGEN, VILLE «GOYA»

Le comte Damase de Chaudordy lègue à sa ville natale, Agen, ses collections d’art, amassées au cours d’une vie diplomatique au service de la France. Ambassadeur à la cour de Madrid entre 1874 et 1881, il y acquiert un groupe d’oeuvres, notamment cinq sur les six tableaux de Goya dans la collection particulière de Federico de Madrazo, ancien premier peintre de la reine et directeur du musée du Prado. Déjà catalogués par Charles Yriarte en 1867, ils proviennent directement de don Xavier (1784-1854), et de don Mariano (1806-1874), marquis de l’Espinar, fils et petit-fils de Goya.

74602136_2413804478858497_3887102130531598336_o-1

Attribué à Francisco de Goya y Lucientes , Le Couple élégant (copie du tableau Le Colloque galant, 1793-1797), huile sur toile, 55 x 39.6 cm © Musée des Beaux-Arts d’Agen

DE «FORTUNY À PICASSO»… À GOYA

Ce projet ambitieux rappelle l’exposition événement organisée en 1993, «De Fortuny à Picasso», qui avait attiré plus de 25 000 visiteurs, première exposition d’envergure réalisée aux Jacobins et fruit d’une collaboration avec le musée du Prado à Madrid. Elle a été, depuis, à l’origine de travaux précurseurs sur la connaissance des peintres espagnols du 19ème siècle. La commissaire d’exposition de l’époque, Yannick Lintz, aujourd’hui responsable du département des Arts de l’Islam au musée du Louvre, garde un oeil bienveillant sur les projets agenais et accompagne cette exposition.

Dans le cadre du Catalogue des Désirs, un dispositif mis en place par le Ministère de la Culture pour faciliter la circulation en France des oeuvres iconiques des collections nationales, le Musée d’Agen a été désigné comme musée pilote. Il a l’honneur de présenter au public «La Femme à l’éventail», célèbre tableau de Francisco José de Goya y Lucientes prêté par le musée du Louvre, depuis le 27 avril 2019.

Goya peint en toute sobriété une jeune femme plantureuse, traitée avec une grande subtilité, les tons minimalistes de gris, de verts céladon et de blancs, remarquables notamment dans le travail délicat des longues mitaines. L’identité de la jeune femme demeure aujourd’hui incertaine. «La Femme à l’éventail» se distingue par son caractère intimiste où Goya s’est concentré sur la psychologie du personnage.

2

Francisco de Goya y Lucientes, La Femme à l’éventail, vers 1805-1810 © Paris, musée du Louvre.

Un projet scientifique ambitieux

Cette exposition s’inscrit dans les recherches organisées par le musée du Louvre et le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). L’exposition bénéficie du conseil technique et scientifique de ce dernier établissement, où deux tableaux goyesques du Musée d’Agen sont actuellement en cours d’étude et de restauration pour l’exposition. 

C’est une nouvelle approche du travail de Goya qui sera ainsi proposée pour mieux souligner la singularité de son art et sa manière de travailler, du dessin à la peinture. 

Ce projet pourrait, à long terme, mieux définir la démarche artistique de Goya et l’implication de ces collaborateurs dans son atelier. L’intention est de fournir tant au public qu’aux spécialistes en peinture espagnole une occasion unique de concentrer un regard intelligent et objectif sur les oeuvres exposées, analyses techniques et documentation à l’appui. 

Attribué-à-Francisco-José-de-Goya-y-Lucientes-Portrait-équestre-de-Ferdinand-VII-esquisse-autour-de-1808-©-Musée-des-Beaux-Arts-d’Agen-791x1200

Attribué à Francisco José de Goya y Lucientes, Portrait équestre de Ferdinand VII (esquisse), vers 1808, huile sur toile, 42 x 28 cm © Musée des Beaux-Arts d’Agen.

Attribué-à-Francisco-José-de-Goya-y-Lucientes-La-Messe-des-relevailles-autour-de-1819-©-Musée-des-Beaux-Arts-d’Agen-1200x776

Attribué à Francisco José de Goya y Lucientes, La Messe des relevailles, vers 1819, huile sur toile, 53.7 x 77 cm © Musée des Beaux-Arts d’Agen

El_globo,_Francisco_de_Goya

Attribué à Francisco José de Goya y Lucientes, Le Ballon, après 1824 (?), huile sur toile, 105 x 84.5 cm © Agen, Musée des Beaux-Arts

csm_6-caprices_ec3625c59e

Attribué à Francisco José de Goya y Lucientes, Scène des caprices, après 1824 (?), huile sur toile, 37.8 x 50 cm © Musée des Beaux-Arts d’Agen.