H0356-L245603823

H0356-L245603821

H0356-L245603826

H0356-L245603778

H0356-L245603782

H0356-L245603801

H0356-L245603775

Lot 45. Guanyin, Chine, 18° siècle. Détrempe sur toile, 234 x 318 cm. Est: €15,000 - €25,000. Sold: 45 000 €. Courtesy Cornette de Saint Cyr

Très importante peinture représentant l'aspect Chinois d'Avalokiteshvara, le bodhisattva de la compassion. La divinité, identifiable à la représentation d'Amitâbha qui orne son chignon, est assise, richement vêtue et parée, sur un lotus épanoui au coeur de son île. Elle tient un rosaire et est adossée à un bosquet de bambous supportant des bodhisattva et autres divinités du panthéon lamaïque. Autour d'elle, deux lotus supportent un vase et un oiseau et elle est entourée de deux assistants.

Dans l'angle supérieur gauche, Avalokiteshvara sous sa forme tibé-taine classique à onze faces et huit paires de bras est entouré des Târâ verte et blanche.

L'angle supérieur droit est occupé par la représentation d'un lama tibétain de l'école dGe-lugs-pa parmi les montagnes, adossé à cinq pics. Le vase d'abondance tenu dans son giron, le livre et l'épée, at-tributs de Manjushri (Mañjuçrî) dont il est considéré comme une ré-incarnation, posés au dessus de son épaule, permettent de proposer son identification comme lCang-skya rol-pa'i rdo-rje (1717-1786), deuxième Qutuku (Grand lama réincarné de Beijing faisant office de Tuteur Impérial).

Sa présence à cet endroit indique que la peinture a été exécutée durant son règne, et compte tenu de sa qualité, très probablement par les ateliers impériaux pour le Yonghe Gong de Beijing que l'Empereur Qianlong aménagea pour lui en 1745, ou pour le Pule Yuan qu'il lui fit ériger sur le mont Wutai Shan au Shanxi (résidence légendaire de Manjushri) en 1766-1769. Le fait que le lama soit figuré devant cinq montagnes pourrait plaider en faveur de cette dernière place.

Au delà de ses dimensions exceptionnelles, cette peinture présente la remarquable caractéristique de synthétiser les esthétiques bouddhiques Chinoise et Tibétaine, Guanyin, ses attendants et leur environnement étant clairement Chinois dans le style le plus classique, les autres divinités suivant strictement les archétypes lamaïques traditionnels. Cette exceptionnelle synthèse stylistique pourrait égale-ment plaider en faveur d'une Provenance du Pule Yuan, leWutai Shan étant connu pour abriter de nombreuses écoles bouddhiques diverses, et donc des artistes rompus à tous les styles et iconographies bouddhiques de l'Empire.

Petits accidents et usures visibles. 

Provenance : Compagnie de la Chine et des Indes (Paris) (Inv.23479 Acquise en 1991)

Cornette de Saint-CyrCollections de la Compagnie de la Chine et des Indes (1ère vente). Lundi 22 Mars 2021 14:00. Expert : Cabinet Daffos-Estounel Tél. : +33 6 09 22 55 13 daffos-estournel@aaoarts.com