Affiche - Oeuvres préparatoires

PARIS - Le Musée Gustave Moreau présente une sélection d’aquarelles et études préparatoires qui ont servi à l’artiste pour l’élaboration de l’extraordinaire série des Fables. Ce sont non seulement des dessins et essais au crayon, à la plume ou à l’aquarelle qui seront exposés mais aussi des compositions d’ensemble très abouties. Ces œuvres, choisies parmi les 263 dessins préparatoires, ont été réalisées entre 1879 et 1884. Elles éclairent la genèse de l’exceptionnelle commande faite à Gustave Moreau par Antony Roux.

Les 35 aquarelles de Gustave Moreau sur la série complète des 64 fables commandées par le collectionneur marseillais Antony Roux, jamais montrées depuis 1906, et qui forment le cœur de cette exposition seront présentées du 16 juin au 17 octobre 2021 à Waddesdon Manor en Grande-Bretagne. Aussi, dans l’attente de leur exposition au sein même du musée Gustave Moreau qui les a vues naître et afin de ne pas faire attendre davantage le public, il a été décidé de montrer une magnifique série d’œuvres préparatoires composée d’aquarelles et d’études dont certaines sortent des réserves pour la première fois ! Réalisées entre 1879 et 1884, elles éclairent la genèse de l’exceptionnelle commande faite au peintre.

capture_d_e_cran_2021_07_28_a__18

Gustave Moreau, Études de lions (Étude préparatoire pour Le Lion et le Rat), 1881. Graphite, aquarelle, gouache, dim. 19 × 27,5 cm, Paris, musée Gustave Moreau. Cat. 520 © RMN-GP/René-Gabriel Ojéda

L’histoire

A la demande du collectionneur marseillais, Antony Roux (1833-1913), Gustave Moreau réalise de 1879 à 1884 un ensemble de soixante-quatre aquarelles illustrant des Fables de La Fontaine. Pour exécuter cette série qui rompt avec ses créations antérieures, Gustave Moreau se livre à un double travail d’investigation. Il se consacre, dans un premier temps, à des recherches de type naturaliste, s’intéressant à la nature ou aux animaux – des grenouilles qu’il héberge dans sa maison de la rue de La Rochefoucauld sans oublier de recourir, selon ses habitudes, à la documentation dont il dispose, chez lui et à la Bibliothèque Nationale.

elephant

Gustave Moreau, L’Éléphant Bangkok du Jardin des Plantes (Étude préparatoire pour Le Rat et l’Éléphant),1881. Graphite sur papier-calque contrecollé, dim. 30 x 19 cm. Paris, musée Gustave Moreau, Des. 1097. © RMN-GP / René-Gabriel Ojéda. 

Genèse d’une œuvre

D’une grande érudition et toujours curieux, Gustave Moreau étudie régulièrement dans les différents lieux de savoir de la capitale ; il se rend entre autres à la Bibliothèque Nationale et fréquente régulièrement, depuis 1853, le Muséum national d’histoire naturelle qui est pour lui l’endroit privilégié pour mener ses études sur le monde vivant et enrichir ses créations. Exploitant toutes les opportunités que lui offre ce haut lieu des sciences, on le voit assister à des séminaires de chimie-organique, suivre des cours de paléontologie et de minéralogie, se documenter à la bibliothèque du Jardin des Plantes… Pour exécuter la série des Fables, Gustave Moreau procède en deux phases :

La première phase est dédiée à l’investigation avec des recherches de type naturaliste, la seconde s’effectue dans son atelier de la rue de la Rochefoucauld.

L’étude sur le vif est un élément essentiel pour le peintre. Alors, du 24 août au 12 septembre 1881, il reprend ses visites au Muséum et étudie les animaux de la Ménagerie qu’il dessine et observe attentivement. Moreau règle son programme quotidien de façon méthodique et organise ses visites selon les espèces qu’il souhaite étudier. Il réalise en l’espace de vingt jours et de façon précise, une salutaire et considérable palette de croquis des postures et attitudes d’animaux. Mais cette phase de recherches serait incomplète si l’on omettait de rappeler les multiples visites du peintre dans les expositions, au musée du Louvre, à la Bibliothèque Nationale où il consulte, copie ou calque. À cette manne, s’ajoute son recours, selon ses habitudes, à la riche documentation dont il dispose chez lui comme les exemplaires du Magasin Pittoresque.

La seconde phase de son travail s’effectue dans son atelier de la rue de la Rochefoucauld, loin du tumulte du Jardin des Plantes et de la Ménagerie.

À l’occasion de cette exposition Gustave Moreau. Les Fables de La Fontaine. Œuvres préparatoires inédites, le musée saisit l’opportunité de présenter trois des sept eaux-fortes gravées par Félix Bracquemond, d’après les Fables. La Tête et la Queue du Serpent, Le Songe d’un habitant du Mogol, L’Homme qui court après la Fortune, et l’Homme qui l’attend dans son lit.

En 1885, Antony Roux commande à Félix Bracquemond (1833-1914) les premières transpositions gravées des Fables de La Fontaine illustrées par Gustave Moreau. La diffusion est prévue par la galerie Boussod, Valadon et Cie avec qui le collectionneur prépare une nouvelle exposition des œuvres de Moreau. Les difficultés de la galerie mettront rapidement un point final à cette initiative. Bracquemond ne livrera que sept eaux-fortes – dont six seront exposées au Salon de 1887 –, la dernière, La Cigale et la Fourmi, demeurant inachevées.

"Les Fables de La Fontaine. Œuvres préparatoires inédites" au musée Gustave Moreau. Du 27 octobre 2021 au 28 février 2022. que

ac59e7_e87b47ba21ca4c5aaf4f2b4b09cd92de_mv2

Félix Bracquemond d’après Gustave Moreau, L’Homme qui court après la Fortune, et l’Homme qui l’attend dans son lit. Eau-forte, dim. 43 × 29,7cm, Paris, musée Gustave Moreau, Inv. 14501 © RMN-GP/René-Gabriel Ojéda

phoebus_et_boreee_esquisse_pou75245

 Gustave Moreau,  Phébus et Borée. Plume, encre brune, gouache, dim. 29,5 x 21cm. Paris, musée Gustave Moreau, Cat. 492. © RMN-GP / René-Gabriel Ojéda.

les_animaux_malades_de_la_pest8354

Gustave Moreau, Les Animaux malades de la peste. Graphite, aquarelle, gouache, dim. 30 x21,5cm. Paris, musée Gustave Moreau, Cat. 424. © RMN-GP / René-Gabriel Ojéda.

3096_Gustave-Moreau_4_popup

Gustave Moreau, La Fantaisie. Frontispice des Fables. Plume, encre brune, graphite (?), aquarelle, gouache, dim. 28,5 x 21,5cm. © RMN-GP / René-Gabriel Ojéda.

3096_Gustave-Moreau_7_popup

Gustave Moreau, Les Compagnons d’Ulysse, 1884. Pierre noire, aquarelle, gouache, dim. 29,4 x 19,8cm. Paris, musée Gustave Moreau, Des. 948. © RMN-GP / René-Gabriel Ojéda.

218973

 Gustave Moreau, Le Renard et la Cigogne. Graphite, aquarelle, gouache sur papier beige, dim. 29 x 20cm. Paris, musée Gustave Moreau, Cat. 446. © RMN-GP/René-Gabriel Ojéda.

3096_Gustave-Moreau_2_popup

Gustave Moreau, Étude préparatoire pour Les Grenouilles qui demandent un Roi. Aquarelle, graphite, crayon noir, dim. 31,5 x 20 cm. Paris, musée Gustave Moreau, Cat. 448. © RMN-GP / René-Gabriel Ojéda.

exposition-moreau-et-les-fables-musee-national-gustave-moreau-5-1600x0

Gustave Moreau, Les Grenouilles qui demandent un Roi. Sanguine, graphite, aquarelle, gouache, dim. 32 × 20,7 cm, Collection particulière © Jean-Yves Lacôte

exposition-moreau-et-les-fables-musee-national-gustave-moreau-1600x0

Gustave Moreau, Le Dragon à plusieurs têtes et le Dragon à plusieurs queues, 1879-1881 © Musée national Gustave Moreau

exposition-moreau-et-les-fables-musee-national-gustave-moreau-1-1600x0

Gustave Moreau, Le renard et les raisins, 1881-1884 © Musée national Gustave Moreau

exposition-moreau-et-les-fables-musee-national-gustave-moreau-2-1600x0

Gustave Moreau, Le Chêne et le Roseau © Musée national Gustave Moreau

exposition-moreau-et-les-fables-musee-national-gustave-moreau-3-1600x0

Gustave Moreau, Le rat des villes et le rat des champs, 1879 © Musée national Gustave Moreau

exposition-moreau-et-les-fables-musee-national-gustave-moreau-4-1600x0

Gustave Moreau, Le Savetier et le Financier, 1879-1881 © Musée national Gustave Moreau