3ae456ee14d1712322fbcc5d7291278d

Affiche de l'exposition Regards à la Maison de Victor Hugo © DR

PARIS - Regards n’est pas une exposition comme les autres. Imaginée par une commissaire non-spécialiste, elle propose des chemins de traverse mêlant des époques, des artistes et des styles. Surprenante, proposant des rapprochements inédits et des mises en abyme, elle tend un miroir inattendu aux œuvres d’art qui témoignent de ce que les artistes, hier comme aujourd’hui, ont su voir, méditer et transmettre.

Réfléchir sur le regard, c’est s’ouvrir au monde. Cheminer, à travers la lumière, vers soi, vers l’autre, vers l’attendu, vers l’inattendu, vers toutes sortes de révélations, d’interdits, de rêves et de visions, mais aussi de déjà-vu.

L’exposition s’articule autour de quatre points de vue.

Le premier concerne l’œil et le regard en tant qu’acteur de notre rapport à l’autre, source et miroir de nos émotions. Tourné vers l’intérieur, ou confronté à sa propre image, le regard se fait introspectif. Une série d’autoportraits de Rembrandt et de Brion Gysin nous rappellent que les artistes ont souvent questionné leurs propres visages de façon amusée, parfois inquiétante, mais toujours sincère.

exposition-regards-a-la-maison-victor-hugo-a-paris-anonyme-pendentif-oeil-droit-bleu-peint-en-miniature-1600x0

Anonyme, Pendentif ; œil droit bleu peint en miniature. Gouache, monture en or, verre sur les deux faces, 4,3 x 2,1 cm Paris, musée Carnavalet – Histoire de Paris, inv. CAROM3384

9e75896f8c1acd09b7e50f0611dc55c5

Rembrandt (Rembrandt Harmensz Van Rijn, dit) (1606-1669) Rembrandt aux cheveux hérissés, 1631. Eau-forte, 6,4 x 6 cm. Paris, Petit Palais, musée des beaux-arts de la Ville de Paris, inv. PP-GDUT07655

6f99ae92fe975df958cec446db12924c

Brion Gysin (1916-1986) Am I what I Am ?, 1961. Diapositive, vue grattée. Paris, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, inv. AMVPPH2178.

L’étape suivante nous permet de saisir les différences entre voir et regarder à travers une série de dispositifs disposés comme en labyrinthe, où les œuvres se laissent découvrir plus ou moins facilement. Le visiteur fera l’expérience de regards volés, de regards interdits, de regards en passant, de regards furtifs – œuvres d’Arroyo, Caroline Feyt, Jules Dalou et Jean Béraud. La Gitane de Raymond Hains, s’offrira enfin plus sereinement à notre contemplation.

Le troisième point de vue est celui de la vision et de l’imagination. Des dessins de Victor Hugo, des photographies de Klavdij Sluban, des lithographies d’Odilon Redon explorent notre capacité à voir au-delà du réel, à inventer des illusions ayant toute les formes et tous les pouvoir de la réalité.

exposition-regards-a-la-maison-victor-hugo-a-paris-victor-hugo-ruines-dun-burg-mai-1847-1600x0

Victor Hugo (1802-1885), Ruines d’un burg, mai 1847. Plume et lavis d’encre brune, aquarelle, papier vélin, 2,4 x 11 cm. © Paris, maison de Victor Hugo

exposition-regards-a-la-maison-victor-hugo-a-paris-odilon-redon-je-vis-un-lueur-large-et-pale-la-maison-hantee-1896-1600x0

Odilon Redon (1840-1916) « Je vis une lueur large et pâle », La Maison hantée, 1896. Lithographie sur Chine appliqué sur vélin, 23,2 x 17,2 cm Paris, Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, inv. PP-GDUT11317(3)

Le dernier point de vue porte sur notre monde contemporain, saturé de regards et d’images à travers toutes sortes d’écrans. Pour questionner cet immense réseau d’images, on peut se souvenir de quelques mythes anciens qui, souvent de façon tragique, mettent en jeu des regards, et trouvent des échos dans le monde contemporain : la folie des selfies et la malédiction de Narcisse, l’omniprésence des caméras de surveillance et autres drones et le géant Argos aux cent yeux, le harcèlement des femmes et l’aventure de Diane et Actéon, le regard dangereux de Méduse... Avec les œuvres de Stéphane Pencréac’h, Djamel Tatah, Salvador Dali, Ossip Zadkine, Antoine Bourdelle et une vaste sélection d’images et de photographies contemporaines.

a44a69003f2c76b1144009c93c35fa9a

Lucien Jonas (1880-1947) OEdipe, tête et main gauche, étude pour le panneau II de la salle des fêtes de la maison des Centraux, rue Jean Goujon, 1916. Fusain rehaussé de lavis aquarellé, papier vergé, 81 x 47 cm. Paris, musée Carnavalet – Histoire de Paris, inv. CARD14880-27.

exposition-regards-a-la-maison-victor-hugo-a-paris-antoine-bourdelle-tete-de-meduse-1600x0

Antoine Bourdelle (1861-1929), Tête de méduse. Plume et encre de Chine sur papier, 24,8 x 27 ,9 cm. Paris, musée Bourdelle, inv. MBD1602.

L’exposition Regards a été conçue par Lucienne Forest, commissaire non spécialiste, à partir des collections des musées de la ville de Paris, de la Bibliothèque historique de la ville de Paris et du Fonds d’art contemporain – Paris Collections.
Elle est le fruit d’une collaboration entre Paris Musées et le Groupe hospitalier universitaire (GHU) Paris Psychiatrie et Neurosciences Saint-Anne et le Groupe d’Entraide Mutuelle, Le Passage. 
 

exposition-regards-a-la-maison-victor-hugo-a-paris-charles-frederic-lauth-la-salle-manger-de-george-sand-a-nohant-1600x0

Charles-Frédéric Lauth, La salle manger de George Sand à Nohant, XIXe siècle,huile sur panneau, 79.5 x 98.5 cm. © Paris, Musée de la Vie romantique.

5132c35eb177c3a1f2125790c9dccbaf

Jean Fautrier (1898-1964) Les yeux, 1940. Plâtre, 15 x 16,5 x 8 cm. © Paris, musée d’art moderne de la Ville de Paris

35e5ea59c9449def9a74e8449288f81e

Jean-Claude Vénézia (1941-2013) Boutique d’antiquité, avenue du Président Wilson, 1976. Photographie, 31 x 24 cm. © Paris, bibliothèque historique de la Ville de Paris

11f26340b873115e8fd98d605c857df2

Alexandra Sacha Pabst, Autoportrait, ombre, à l'hôtel Mayflower, 1983. Photographie, tirage gélatino-bromure, 36 x 24 cm. © Paris, musée Carnavalet – Histoire de Paris

9b91fe38ec558125aec8b566bb10374d

Stéphane Pencréac’h, Persée et la Méduse, 2011, huile sur toile. © Paris Musées, Musée d’art moderne de la ville de Paris